Carte blanche à Ugo Schiavi au Musée des Beaux-Arts d’Orléans

Unique et audacieux en France. “Et in Arcadia “ exposition proposée par le Musée des Beaux-Arts d’Orléans, saisissante et sobre, poétique et magique  scénographie à la pertinence régie à couper le souffle,  invite les amateurs d’art à voyager au cœur des sculptures meurtries et des fragments sortis des réserves du musée amenés à être restaurés ou mis à terme en valeur. 
 

Ugo Schiavi œuvrant avec Antonin Verhulst sur Le faune dansant, de Captier. Copyright: JDB.

Une émouvante résurrection d’œuvres

A long terme,  tout cela se  trouvera révélé au Musée des Beaux-Arts. Ici, dés à présent, tout un chacun peut  découvrir des œuvres souffrantes du XIXe siècle, corps  auxquels le musée et ses équipes qui s’attachent avec quasiment  un soin  chirurgical à offrir, compte tenu de leur mission, une  sécurité éternelle inaliénable.
Soucieux de faire rayonner de manière audacieuse et contemporaine le patrimoine d’Orléans, le Musée a également invité l’artiste Ugo Schiavi, sculpteur né en 1987 à Neuilly-sur-Seine, spécialiste du fragment et de la relecture des œuvres de l’espace public, à s’imprégner de cette collection pour en livrer, in situ, les effets d’une carte blanche à partir du 13 avril. 

Ugo Schiavi, un sculpteur contemporain invité

Sorti diplômé de la Villa Arson à Nice, Ugo Schiavi s’approprie de fait les sculptures de l’espace public qu’il saisit grâce à l’empreinte et au moulage explique le Musée. La dernière “”Nuit Blanche” à Paris a du reste consacré ce jeune sculpteur  en lui permettant d’intervenir sur “Le Triomphe de la République”,  de Jules Dalou, place de la Nation. 
 
Celui qui devait intervenir ce jeudi sur la “Jeanne d’Arc” de Marie d’Orléans,  au pied de l’Hôtel Groslot d’Orléans ,  a du renoncer et reporter  son intervention, sans coup férir,  compte tenu des conditions météorologiques défavorables. Reste que cet artiste, qui présentera sous peu au musée d’Orléans ,  sous le commissariat de Matthieu Lelièvre, expert et historien de l’art,  un ensemble d’œuvres dont ces fameux “Looters” réalisés avec son comparse Thomas Teurlai, rouleaux de graffitis arrachés sur les murs, a commencé d’intervenir ce même jour  en public sur “Le faune dansant”, bronze d’Etienne François Captier, avec silicone et résine.
 Tout cela s’est déroulé, dans une une certaine urgence,  grande concentration artistique et professionnelle  en vue de futurs multiples préparés , dans l’atelier-exposition en compagnie d’Antonin Verhulst, étudiant de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design d’Orléans, structure associée​. 
Ugo Schiavi, ce jeudi, aimablement ouvert à la Presse régionale: “Je suis fasciné par cette réserve découverte avec Olivia Voisin. Ce fut un vrai  bonheur. Travailler pour moi est ici un accomplissement. Semer le trouble entre mes œuvres et celle de l’histoire de l’art dont je dispose ici me captive”.
 
Jean-Dominique Burtin.

Exposition “Et in Arcadia Fragments de collection, dans la réserve des sculptures”, jusqu’au 31 mars.

Musée des Beaux-Arts , 1, place Sainte-Croix, Orléans. Du mardi au samedi de 10 heures à 18 heures, vendredi jusqu’à 20 heures, dimanche de 13 heures à 18 heures.

En savoir plus sur les animations:www.orleans-metropole.fr (rubrique culture/musée)

Carte blanche à Ugo Schiavi: du 13 avril au 13 juillet,  le Musée des Beaux-Arts invite cet artiste contemporain  à prendre possession des lieux pour une carte blanche confrontant sa pratique à la réalité des réserves du musée.

L’artiste Ugo Schiavi sera de nouveau présent à Orléans pour une opération de moulage, en public, sur la Jeanne d’Arc en prière de Marie d’Orléans située dans la cour de l’hôtel Groslot, ce lundi 18 mars à 14 h 30 dans la cour de l’Hôtel Groslot.

 

Afficher les commentaires