Aux Européennes, Place Publique propose l’union des gauches: du pour et du contre

Un an avant les municipales, la gauche est éparpillée façon puzzle et les anciens tontons, parrains du camp progressiste, s’apprêtent à se faire flinguer aux Européennes comme jamais. Car avant les municipales, il y aura eu le 26 mai les élections au Parlement européen. Essayiste et fondateur du mouvement “Place publique”, Raphaël Glucksmann ne se satisfait pas de ce désastre annoncé.

Claire Nouvian Raphaël Glucksmann

Militant de “justice écologistes et de “justice sociale“, depuis des mois Raphaël Glucksmann avec sa coéquipière Claire Nouvian, une militante écologiste, et l’économiste Thomas Porcher, ont rencontré les partis de gauche pour tenter une “synthèse”. Samedi dernier, Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS a dit banco. Acceptant que pour la première fois que le Parti socialiste n’ait pas une tête de liste réservée à un membre du PS, puisque Raphaël Glucksmann mènera la liste.

“Ne pas se recroqueviller”

Olivier Faure, Premier secrétaire du PS.

Samedi Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS a réussi à faire accepter cette architecture, une vraie révolution, par le Conseil national auquel participait Carole Canette, secrétaire départementale du Loiret. “Je n’avais pas d’à priori sur cette hypothèse”, et samedi elle a voté pour, comme la fédération du Loiret. “Nous n’allons pas nous recroqueviller sur nous même, quand on a fait 6% à la Présidentielle, il faut se montrer un parti responsable et ne pas faire preuve d’hégémonie”. Même son de cloche du côté de Baptiste Chapuis, candidat aux municipales à Orléans et secrétaire de la section. “Devant l’émiettement de la gauche j’appelle à son unité”. “Sinon nous risquons de nous retrouver avec un duel entre la droite, Macron, et l’extrême-droite, Le Pen”. “Et puis sur l’Europe y a t-il tant de différence entre le PS, EELV, les radicaux, Génération-s…”

EELV ferme la porte à Place Publique

Jean-Philippe Grand.

Justement ce n’est pas l’avis de Jean-Philippe Grand (EELV), conseiller régional et municipal et candidat pour 2020, qui, comme son leader national, Yannick Jadot, tête de liste, ferme la porte à une liste avec Place Publique. “C’est vrai que les programmes que proposent les partis de gauche ne sont pas radicalement différents sur l’Europe. Mais nous cela fait vingt ans que ce que nous proposons en matière d’écologie est aujourd’hui mis en avant”. “Or ces élections européennes sont pour nous l’occasion d’une tribune qui nous permette d’exprimer vraiment nos idées. Je trouve légitime de pouvoir exprimer ce que nous disons depuis vingt ans”. C’est en effet à ces élections à la proportionnelle intégrale que les écologiste font leur meilleurs scores. En 2014, EELV avait envoyé 14 députés à Strasbourg sur 74 députés français. Autrement dit, les Verts veulent pouvoir se compter et renforcer leur groupe au Parlement. 

Corinne Leveleux-Teixeira

Pour Corinne Leveleux-Teixeira (PS), “cette initiative” (celle de Place Publique) “est un geste de bonne volonté“. Mais poursuit la leader de l’opposition à la mairie d’Orléans, “mon souhait c’est que toute la gauche rallie cette liste, il faudrait aussi que le parti communiste soit avec nous”.

“De toutes façons, le Parti socialiste n’est pas en capacité de se présenter seul. L’image du PS est tellement abîmée dans l’opinion qu’il lui faudra très longtemps avant d’être en capacité de se poser en rassembleur et en alternative crédible à la droite”.

Le PC et LFI chacun pour sa peau

Invité à participer à une liste commune qu’en dit-on du côté du PC? Michel Ricoud qui n’est pourtantpas un radical fermé à toute alliance rappelle que le PC a déjà sa liste menée par Ian Brossat.

Michel Ricoud ©MLBonneau

“Et puis avec le PS et Place publique nous avons trop de divergences importantes sur l’Europe pour pouvoir faire liste commune. Il est des choses sur l’Europe que nous ne pouvons pas accepter”. “Nous avions des contacts avec Benoît Hamon mais ça n’a pas marché”, poursuit le conseiller municipal PC d’Orléans.

Du coté de la France Insoumise la question d’une alliance ne se pose même pas. “Que chacun se débrouille”, dit Jean-Marie Boutiflat. “Ce n’est pas étonnant que Glucksmann se raccroche au PS, les Socialiste avaient tellement de mal à trouver une tête de liste…Nous avons notre propre liste de rassemblement ce qui nous intéresse c’est d’avoir une liste pour une Europe sociale, solidaire et démocratique”.

Si l’on s’en tient donc aux positions des uns et des autres en mars, à deux mois du scrutin européen, Place Publique, en ne ralliant que le PS, a raté son pari de rassemblement. Fallait-il que Glucksmann annonce vendredi qu’il sera tête de liste avec Claire Nouvian, Thomas porcher ayant prévenu lui qu’il n’en serait pas? L’intellectuel parisien a t-il encore une chance de convaincre Yannick Jadot pour espérer jouer un rôle entre En Marche, LR, RN voire LFI? Sinon il ne s’agirait que d’une liste du PS améliorée, sans grand espoir de faire beaucoup plus que 10%. Et la gauche resterait émiettée façon puzzle. Les Tontons flingueurs sont toujours d’actualité.

Ch.B

Afficher les commentaires