Maurienne : Valmeinier au sommet

Ambiance familiale et vu imprenable sur le mont Thabor des pistes de Valmeinier, la dernière née des stations de la Maurienne. 

©OT Valmeinier 2019

Frimeurs, mondains et autres paparazzis, passez votre chemin. Valmeinier (499 habitants sur 11 hameaux), la dernière des stations de sports d’hiver construites en Maurienne, n’est pas de cette engeance. Car ici, que l’on soit jeune ou moins jeune, c’est plutôt en famille que l’on vient. Le cadre, une série d’immeubles et de clubs de vacances regroupés autour d’un vaste front de neige s’y prête parfaitement. Comme les 150 kilomètres de pistes, ni trop pentues ni trop plates reliées au domaine de Valloire, et bordées par une vaste zone Natura 2000. 

Du haut de la remontée de Grand plateau à 2524 mètres, on  voit parfaitement ces vastes étendues totalement vierges dominées par le massif des Cerces et le mont Thabor, dont le pic culmine à 3207m. « Jusqu’en 1947, date de la ratification du traité de Paris, il marquait la frontière avec l’Italie qui depuis s’est déplacé cinq kilomètres plus à l’est, nous explique Fred, le moniteur de l’Ecole de ski français, un local, comme la plupart de ses confrères, qui travaille comme artisan l’été. Et  à cent mètres à l’est du sommet,  il y a une petite chapelle, invisible en hiver ».

La cabane d’en haut ©bdv

Plus bas dans une combe, Fred nous montre le refuge du Thabor. De loin, il ressemble à un tas de pierre et il faut bien écarquiller les yeux pour l’apercevoir. Il est ouvert toute l’année et à certaines périodes (Jusqu’au 22/4 et du 15/6 au 15/9) il est tenu par Marie-Paule, une femme qui accueille les visiteurs qu’ils arrivent en ski de randonnée, en raquette ou à pied l’été. La  grimpette dure environ 2 heures au départ de Valmeinier 1800, d’après Fred. On passe le col des Marches, le lac de Bissorte, le Refuge des Marches, le Lac des Batailléres, le col du même nom, le Lac Long, et le Lac Rond, avant d’arriver enfin au refuge. On peut aussi préférer l’apercevoir de l’ULM de Franck Toussaint et de sa femme, pilote également. Ils ont établi leur base à Valmeinier à 2200 mètres, à côté du restaurant d’altitude La cabane d’en haut, une très bonne adresse, où l’on déguste  potées savoyardes et autres spécialités locales.

Camp de base de l’ULM ©BdV

C’est de là que l’on décolle pour un baptême de l’air d’une vingtaine de minutes absolument inoubliable, tellement c’est impressionnant. Il débute immanquablement par les présentations, avant que Franck ne vous fasse enfiler un casque, d’énormes gants et ne vous arrime solidement à l’engin, un petit biplace muni d’une aile mobile et de skis, qui semble bien fragile, au vu de l’immensité et de la blancheur environnante. Mais courage, la découverte et les sensations fortes sont à ce prix- là. Franck très didactique explique tout ce qu’il fait, sans jamais omettre de faire un petit clin d’œil à la caméra, qui filme certains moments forts. De mon côté, je n’ai plus qu’à ouvrir bien grands mes « mirettes », voire à pousser un cri discret quand c’est trop impressionnant.

Petit tour devant le massif du Thabor et les neiges immaculées de la zone Natura 2000, atterrissage au milieu de nulle part sur d’improbables pentes, vol au-dessus de la vallée à plus de 2500 mètres en regardant bien la ligne d’horizon, précise prudemment Franck, et arrêt du moteur pour bien montrer que nous accomplissons là le rêve d’Icare et surtout qu’en cas de panne rien n’est perdu… Franck en vrai pro, avec ses 15 000 heures de vol au compteur, nous fait découvrir la beauté des paysages de Valmeinier et les joies de l’ULM.

Ce passionné de glisse, travaille aussi avec les pisteurs pour certaines missions de surveillance ou pour leur permettre d’intervenir plus rapidement sur un secours ou sur une avalanche en emmenant le maître-chien et son chien Imac. Et régulièrement, il mesure la pollution des vallées alpines ou le Co2 des forêts, avec des scientifiques du CNRS et du CEA. Ce n’est donc pas un rigolo, ce qui ne manque pas de me rassurer.  Mais quand on atterrit sur le plateau des vaches, sans moteur s’il vous plaît, je suis quand même heureuse que tout se soit bien passé. Et je rechausse mes skis de piste avec grand plaisir. Prête à entamer dès demain de nouvelles aventures loin des pistes, en pleine nature, en ski de randonnée ou en raquettes.

B. de Valicourt 

Carnet pratique

Y aller

En train de Paris en passant par St Michel Valloire, St Jean de Maurienne,  Modane ou Chambéry. Compter 4H15 minimum de Paris, puis bus tous les jours en saison. Ou taxis à partir de St Michel comptez 50 euros pour 3 personnes. Tél. : 06 23 09 89 23. 

Se loger

Hôtel Les Carettes, ambiance familiale pour le seul trois étoiles de la station, qui propose des formules en demi-pension et des animations le soir. Demandez une chambre refaite.

Bar de l’hôtel les Carrettes ©bdv

Infos : https://www.les-carrettes.com/fr/accueil. Tél.: 04 79 59 25 45. A partir de 585 euros la semaine en demi-pension.

-Hôtel L’Aigle, le repère des anglos-saxons de la station. A partir de 550 euros la semaine. Tél. : 04 79 05 33 45.

Ou pour une réservation dans un des nombreux clubs de vacances ou en chalet individuel : www.valmeinier-reservation.com.

Consulter également les bons plans de mars sur le site de l’Office de tourisme. Par exemple séjours en 2 pièces 4 personnes à partir de 265 euros aux HAUTS DE VALMEINIER – ESPACE 2 www.leshautsdevalmeinier.fr. Ou offre spéciale au Centre montagne l’Armera pour la semaine du 02/03 et 06/04/19 : 341 € 8 jours/7 nuits en pension complète par adulte. Nathalie au 06.12.03.86.81 – capourea@ascd73.fr

 A faire

-Faire de l’ULM avec Franck Toussaint ou sa femme.  Tél. : 06 87 56 44 43. A partir de 70€/pers. – option photos et vidéos à partir de 30€

-Skier avec un moniteur de l’ESF. Fred Noraz. Infos : https://www.esf-valmeinier.com

-Skier en ski de randonnée avec Pascal Baudin. Infos : https://www.esf-valmeinier.com

– Glisser à Valmigliss, un nouvel espace de glisse avec Delphine et Romari.

L’automne dernier Romari Desmougin et sa petite équipe ont eu la bonne idée de créer au pied de la station de 1 800 l’espace Valmigliss, une aire de glisse avec trotinettes, luges et pistes de snowtubing, une sorte de grosse bouée dans laquelle on s’assoit avant de se lancer sur la piste et de tenter un saut périlleux sur un gros matelas pour les plus téméraires. Accessible à partir de 6 ans, de 10h à 16h30 tous les jours (sauf le samedi) pour 8 euros, durée illimitée. Mais aussi aire de jeux pour les plus petits à partir de 2 ans. Parking Grange Bernard.  www.valmigliss.com 

-Se balader en raquettes avec Bazil sur les traces des animaux du Galibier, chamois, chevreuils, aigles ou marmottes en avril entre aiguilles d’Arves et Grand Galibier et autres balades sur d’autres thèmes. Esprit montagne. Tél. : 06 22 36 52 28. www.steph-espritmontagne.com

La Gwape à Valmeinier 1 500 ©BdV

-Boire une bière à la Gwape, la nouvelle  brasserie artisanale ouverte le 15 décembre dernier par Chloé Barret, titulaire d’un master en ingénierie des transports publics  et son compagnon, ingénieur ferroviaire, dans le village d’origine de Valmeinier à 1500 mètres. Au passage, visiter les deux rues anciennes qui restent. Bar ouvert de 15H à 21 H tous les jours, sauf en intersaison. Infos : Facebook La Gwape 

-Se détendre au spa Grand Fourchon

Le village vacances du Grand Fourchon au pied des pistes a ouvert l’an dernier un petit spa, avec sauna, hammam et jacuzzi et soins par une esthéticienne diplômée, accessible à tous les vacanciers. 10 euros l’heure. L’espace peut aussi être privatisé pour 10 personnes (80 euros). Sur réservation du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 20h00 et les mardis et dimanches de 15h00 à 20h00.  Tél. : 04 79 59 21 01 www.aec-vacances.com/fr/individuels/destinations/valmeinier.html

-Acheter des fromages à la ferme du Mont Thabor ou directement à la station. La Combaz de 16H à 19H samedi de 8H à 19H. www.la-ferme-du-mont-thabor.com 

-Approcher l’histoire de l’aluminium dans les Alpes à l’espace Alu de St Michel de Maurienne, place de l’église.Tél. : 04 79 56 69 59 ; www.espacealu.fr

Où manger

APernet-OT Géraldine Georges de l’auberge du refuge Les trois diables et son acolyte

Le refuge des 3 diables. C’est la nouvelle adresse bistronomie de la station. Aux fourneaux, Géraldine Georges,  une jeune femme talentueuse qui a fait ses classesà l’Institut Paul Bocus www.valmeinier.com/restaurant/le-refuge-des-3-diables-valmeinier.

Et aussi :

L’Elan, cuisine savoyarde et bon accueil. Résidence Pierre et vacances.Tél. : 04 79 56 82 04

La cabane d’en haut. Cuisine mitonnée et de bon niveau dans une ambiance détendue, sur les pistes face à la chaine. Facebook La Cabane d’en Haut

 

Afficher les commentaires