Municipales Orléans (6): LREM a les marcheurs mais pas encore la tête

Qui sera sur la ligne de départ ? A un an des prochaines élections municipales, les  ambitions s’aiguisent  déjà à Orléans.  Elle n’est pas candidate dans la capitale régionale, mais la 1 ère adjointe au maire de Briare depuis 2008, Jihan Chelly est la nouvelle référente de LREM (La République en Marche) pour le Loiret. Nous l’avons interrogée sur la liste orléanaise.

Jihan Chelly, référente de LREM pour le Loiret.

 
Vous l’avez déjà annoncé, le confirmez-vous, y aura-t-il une liste de la LREM dans un an aux municipale à Orléans ?

Jihan Chelly: Non seulement nous présenterons une liste mais la tête de liste sera LREM. Même si notre objectif c’est de rassembler.

Une liste qui serait menée par Olivier Carré ou qui soutiendra sa candidature , c’est possible?

J.C. En l’état actuel, il n’y a donc aucune chance que cette tête de liste soit Olivier Carré qui est pourtant “Macron-compatible”, mais il n’a pas adhéré à LREM. il na pas voulu sauter le pas et il n’a pas demandé non plus le soutien de notre mouvement. Ce n’est pas uniquement lui, qui est en cause, mais Il y a des personnes parmi ses adjoints actuels qui ne portent pas les valeurs de La République en Marche. Je raisonne en tant que liste, Olivier Carré je n’ai rien contre lui…

Qui sera votre tête de liste alors ?

J.C. Pour l’instant je ne peux pas vous le dire, les candidatures sont adressées directement à la commission d’investiture à Paris. C ‘est elle qui décide. Mais je peux vous révéler qu’il y a des candidates et des candidats, cela peut être une députée, une adjointe au maire…ou un candidat. Tout est ouvert.

Emmanuel Constantin, le premier référent de LREM s’intéresse toujours à Orléans ?

J.C. Il demeure toujours à Orléans. Il a été désigné comme responsable de la campagne des Européennes sur toute la région.

Quel profil pour cette tête de liste ?

J.C. Un profil de renouvellement, il y en a plein chez les Marcheurs, mais aussi avec de l’expérience et capable de rassembler.

Plutôt une femme, comme Caroline Janvier, Stéphanie Rist, Nathalie Kerrien, Béatrice Ondulami…?

J.C. – A tire personnel, je préférerais une femme, même si l’on va dire que nous trustons tout, députées, référente… (rire). 

Dans votre mouvement il y avait un clivage entre les deux députées, l’une Stéphanie Rist, favorable à une alliance avec Olivier Carré, l’autre Caroline Janvier qui prônait une liste indépendante. C’est toujours le cas?

J.C. Depuis que je suis référente, nous avons tous la même position, il n’y a plus de problème de ce côté-là.  Sur cette liste il y aura des gens qui ne font pas partie du personnel politique, des Modem notre allié, bien sûr, mais autant d’anciens LR qui ne se reconnaissent plus chez Wauquiez, que d’anciens PS. Il faut aussi donner leur chance à des gens qui ont des compétences, à des jeunes.  Quand ils connaîtront le nom de la tête de liste, il y a des gens qui viendront s’agréger. J’aimerais que nous soyons soutenus par deux maire qui ont fait beaucoup pour Orléans, Serge Grouard et Jean-Pierre Sueur, nous avons  une proximité avec l’un et avec l’autre

Serge Grouard sera sur votre liste… ?

J.C. Je n’ai pas dit cela, mais ce sont deux anciens maires qui comptent, qui ont transformé la ville et qui sont certainement plus connus qu’Olivier Carré. La composition de notre liste sera connue en juin ou en septembre.

 Sur votre projet…?

J.C. En attendant le détail, nous sommes sur le cadre de vie, le bien vivre ensemble et nous voulons donner à Orléans une identité qu’elle n’a pas, un rayonnement, notamment pour faire venir les touristes, et pas seulement chinois.

Propos recueilli par Christian Bidault et Jean-Jacques Talpin.

Afficher les commentaires