Sabre : quatre mousquetaires du Cercle d’escrime orléanais à l’assaut des championnats du monde

Les sabreurs Amalia Aimé et Alexandre Lacaze (catégorie moins de 17 ans), avec Coline Suzanne et Sébastien Patrice ont été sélectionnés en équipe de France pour disputer les championnats du monde juniors d’escrime du 6 au 14 avril à Torun, en Pologne.

De gauche à droite : Coline Suzanne, Alexandre Lacaze et Amalia Aimé. Manque à l’appel Sébastien Patrice, retenu ce jour-là à l’INSEP.

C’est une première au sein du Cercle d’escrime orléanais. Quatre de ses licenciés sont sélectionnés pour participer aux championnats du monde juniors d’escrime du 6 au 14 avril. À Torun, en Pologne, ces quatre jeunes sabreurs représenteront les couleurs de la France et de leur club. Amalia Aimé et Alexandre Lacaze ont été retenus dans la catégorie moins de 17 ans, tandis que Coline Suzanne et Sébastien Patrice tireront dans la catégorie moins de 20 ans. Pour Alexandre Lacaze, 15 ans, qui a participé aux championnats d’Europe (à Foggia, en Italie) en mars, il s’agit de ses premiers mondiaux. “C’était l’objectif de la saison. C’est une grande fierté, je suis super content car ça n’arrive pas tous les jours ! Mais maintenant, il ne faut pas se laisser déconcentrer.” 

Ces convocations en équipes de France viennent récompenser les très bons résultats obtenus par les pensionnaires du Cercle d’escrime orléanais. À l’image d’Amalia Aimé, qui a remporté deux circuits européens cette saison. “Le but est maintenant d’aller le plus loin possible dans la compétition. J’ai découvert les championnats du monde l’année dernière, je sais à quoi m’attendre. “ Originaire de Genève (Suisse), la sabreuse sera revancharde, car elle  a été contrainte de renoncer aux derniers championnats d’Europe en raison d’une fracture de fatigue. 

Savoir gérer la pression

Du haut de ses 20 ans, Coline Suzanne se dit “prête à en découdre”. La plus âgée du quatuor orléanais compte aussi partager son expérience avec les plus jeunes. Elle compte aussi sur sa combativité et sa persévérance pour bien figurer. Avec cette envie de ne pas passer au travers, comme lors de sa dernière compétition internationale. “Je suis passée à côté des championnats d’Europe de mars. J’avais trop de pression, du coup c’est devenu compliqué. Je veux montrer que je peux mieux faire, ça récompensera le travail de ma saison. En tout cas je suis prête mentalement.”  

Cet aspect psychologique justement, a été l’une des bases de la préparation de cette échéance mondiale qui approche à grands pas. Pour le maître d’armes Arnaud Schneider, qui sera lui aussi du voyage en Pologne, c’est ce qui fait défaut à ses protégés. “La gestion du stress notamment. C’est quelque chose que l’on ne parvient pas toujours à maîtriser. Nous avons essayé de nouvelles choses pour travailler le mental, afin qu’ils aient moins peur.”  Car si la France compte parmi les favoris de ces championnats du monde, d’autres nations peuvent leur donner du fil à retordre. Les équipes de Russie, d’Italie, d’Allemagne ou des États-Unis sont à redouter. 

Arnaud Schneider se montre ambitieux et confiant avec ses sabreurs. L’objectif ? “Aller chercher le titre en équipes et atteindre le podium en individuels.”

Pour suivre le parcours des sabreurs lors des championnats du monde en Pologne à partir du   avril : https://www.fencingtorun2019.com/

Yohann Desplat

Afficher les commentaires