Loire art show : l’art urbain va faire revivre l’ancien collège Anatole Bailly, à Orléans

Le temps de deux week-ends, le Loire art show investit l’ancien collège Anatole Bailly. Du 12 au 14 et du 19 au 22 avril, la friche deviendra un espace de création éphémère pour célébrer la culture urbaine. 

Orléans, terre de graff ? Une semaine après le festival Roads sur la place du Martroi, c’est au tour du Loire art show d’investir le centre-ville de la cité johannique, du 12 au 14 et du 19 au 22 avril, pour mettre à l’honneur le street-art. Pour sa troisième édition, l’événement organisé par la Ville et l’association Sacre Bleu investit l’ancien collège Anatole Bailly (rue Jeanne d’Arc), après l’ancien hôpital Madeleine et les Vinaigreries Dessaux. Le bâtiment de 4.600 m2, construit au XVIIe siècle, accueillera prochainement deux grandes écoles : l’Institut Supérieur de Commerce de Paris en 2019 et l’Ecole Spéciale des Travaux Publics de Paris en 2020.

Exposition, concerts, DJ sets…

En attendant, la friche va accueillir durant deux week-ends le festival des cultures urbaines.  Graffeurs, DJ’s et illustrateurs vont s’approprier les lieux. Des artistes comme Grems, Veks van Hillik, Niark, Koye ou Enoraone ont répondu positivement à l’invitation lancée par l’association Sacre Bleu, qui gère la direction artistique du Loire art show. “Ils sont bien reconnu sur la scène artistique. Ils exposent dans des galeries, ou on peut les croiser dans d’autres festivals”, indique Jean-Michel Ouvry, de Sacre Bleu. Dans l’ancien collège, ils pourront s’exposer chacun dans leur propre pièce, où les murs ont été recouverts d’une sous-couche de peinture. Quelques graffeurs sont même déjà présents depuis quelques jours pour préparer le terrain. C’est le cas des Orléanais Koye et Enoraone, qui travaillent ensemble. “C’est la deuxième fois que nous participons au Loire art show. On a visité le site en amont pour réfléchir à ce qu’on allait faire. Nous voulons que ce soit immersif. Cet événement est l’occasion de faire découvrir notre univers illustratif et onirique. Les personnages que nous imaginons sont inspirés de la bande-dessinée.”

L’événement sera également l’occasion pour le public d’assister à des live painting sur camions et de profiter les vendredis et samedis soirs de concerts et DJ sets. “Dans la cour de l’ancien collège, une guinguette à la berlinoise sera installée”, souligne Jean-Michel Ouvry. Cette année, les organisateurs espèrent battre leur record de fréquentation, qui s’établit à 15.000 visiteurs. 

Plus d’informations sur le festivalhttps://fr-fr.facebook.com/sacrebleuasso/

Yohann Desplat

Afficher les commentaires