Loiret : Le pont de Chatillon en pleine mutation !

– Publireportage –

Pris en charge par le Département, les travaux entrepris depuis début 2019 sur le pont de Châtillon-sur-Loire ont pour objectif de renforcer sa structure et d’améliorer ses fonctionnalités. Une mission confiée à l’entreprise Baudin Châteauneuf, spécialiste des ponts suspendus, qui célèbre cette année son centenaire.

Essentiel à la circulation entre Briare et Châtillon-sur-Loire, le pont suspendu de Châtillon, construit au milieu du XIXe siècle, a besoin aujourd’hui d’une réfection complète. Débutés à l’aube de l’année 2019, les travaux sont prévus jusqu’à l’été 2021. « En période hivernale, au-dessous de zéro degré, la structure du pont devient fragile. C’est pourquoi le Département a décidé, dans son projet de mandat 2015-2021, d’en entreprendre la réhabilitation totale, mais sans interrompre la circulation, importante dans ce secteur pour l’économie locale », explique Alain Touchard, vice-président en charge du dossier. Initiées en 2012, les études sur ces travaux viennent donc de prendre forme, après consultation des entreprises compétentes pour ce type de chantiers. Le projet du groupement Baudin Châteauneuf * a ainsi été adopté.

Renforcement et aménagement

« Ce projet a pour nous plusieurs avantages : maintien de l’ouvrage sur son site d’origine ; aucune
intervention dans le fleuve, tout se faisant à niveau ou en aérien ; installation de nouveaux équipements, telle la création d’une passerelle réservée aux piétons et cyclistes ». Vu l’étroitesse de la chaussée sur le pont (2×2,75m), cette passerelle fixée sur le tablier sera un vrai plus, sachant que le pont s’inscrit sur le trajet de La Loire à Vélo, qui accueille en moyenne 200 cyclistes par jour en pleine saison. « Nous n’avons pas retenu la solution visant à installer une passerelle sur chaque face, car nous sommes sur un édifice au contact d’un site classé », explique Laurent Giquel, responsable du suivi du projet au Département, « cela aurait modifié son aspect en amont, et l’Architecte des Bâtiments de France n’y aurait pas été favorable. Nous avons aussi l’assurance que cette passerelle unique sera discrète, pour ne pas éclipser l’ouvrage existant ».

Il est vrai que ce pont suspendu, d’une longueur de 354m circulable (450m avec les emprises de maintien sur les rives) est aussi une belle œuvre architecturale. « Les travaux les plus importants consistent en la réfection de l’ouvrage existant par le changement du système de câblerie ; la réparation ponctuelle de la charpente métallique et de maçonnerie ; le renforcement des massifs d’ancrage, et des finitions telles que la remise en peinture et l’éclairage ». Huit entreprises sont prévues pour l’ensemble de ces interventions sur la durée du chantier, sous la responsabilité de l’entreprise Baudin Châteauneuf, qui en assure la majeure partie.

Une expérience centenaire

C’est en janvier 2018 que la Commission d’appel d’offre du Département a attribué le marché conception-réalisation au groupement Baudin Châteauneuf, après une consultation lancée fin 2016, puis finalisée par audition de 3 candidatures en 2017. Implantée depuis cent ans cette année à Châteauneuf-sur-Loire, le groupe Baudin-Châteauneuf, fort de 1500 salariés au niveau national, est aujourd’hui un des principaux spécialistes de réalisation de pont suspendus en France. C’est ainsi lui qui a été choisi pour les travaux de rénovation du pont transbordeur de Rochefort en Charente-Maritime, qui sera remis en service en septembre prochain. Une visite de ses locaux, pour découvrir la fabrication des câbles d’acier choisis pour la réfection du pont en surprendra plus d’un, tant par la technicité et la précision…que par l’aspect artisanal de la machinerie utilisée. « Il y a encore une bonne part de travail à la main, même si les conditions de travail se sont bien améliorées depuis les débuts. Et, vous voyez, pas besoin d’une machine à l’électronique compliqué… », expliquent les membres de l’équipe présente sur place, intervenant pour la torsion des câbles ou la soudure des embouts, et faisant partie des 400 employés du site castelneuvien.

Un membre de l’équipe intervenant pour la torsion des câbles.

Le coût total de l’opération est de 21 millions d’euros, entièrement pris en charge par le Département, soit 50% de son budget total affecté à la voierie départementale pour ce mandat, dont 19,5 millions pour les travaux réalisés par Baudin Châteauneuf. Et avec une garantie : pendant les 2 ans et demi de travaux, la circulation sera maintenue en alternance, pour les véhicules particuliers. Elle restera toutefois interdite aux véhicules de plus 3,5 tonnes, vu l’étroitesse des voies du pont. Quand les travaux seront terminés, quand tous les câbles auront été changés et la passerelle installée, « cela garantira une circulation routière toute l’année, et assurera ainsi le développement de ce territoire. Vous comprenez pourquoi le rétablissement de ce franchissement de la Loire est pour le Département une priorité », souligne Alain Touchard.

• Groupement Baudin Châteauneuf, Artcad, Alain Spielmann architectes et atelier Penneton
Architectes.

Liens :
Conseil départemental : https://www.loiret.fr
Ent. Baudin Châteauneuf : www.baudinchateauneuf.com

Jean-Luc Bouland

Afficher les commentaires