Loiret : où en est le projet de déviation de Jargeau ?

Après quelques remous, le projet controversé de route entre Saint-Denis-de-l’Hôtel et Jargeau, mené par le Conseil départemental, se poursuit. Des techniciens du Bureau de recherche géologique et minière (BRGM), basé à Orléans, procèdent actuellement à une étude approfondie du sous-sol.

Marc Gaudet, le président du Département du Loiret (manteau noir, à droite), en visite sur le site de la future déviation.

Entre Jargeau et Saint-Desnis-de-l’Hôtel, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Le projet de déviation de la RD 921 entre les deux communes, avec un pont pour franchir la Loire est loin de faire l’unanimité. Depuis plus de 20 ans, il s’attire les foudres de l’association Mardiéval, qui défend l’environnement et les riverains. En juillet dernier, ce projet à 80 millions d’euros mené par le Département du Loiret avait d’ailleurs connu un coup d’arrêt, suite à un recours de l’organisation. Et puis, en janvier dernier, nos confrères de France Bleu Orléans rendaient public un rapport du Bureau de recherche géologique et minière (BRGM) sur des études géologiques préalables à la réalisation de la future déviation. Ce rapport pointait plusieurs dangers potentiels : karstification des sols (fissures dans le sous-sol dues au calcaire qui se dissout) avec risque de pollution des nappes mais aussi des « risques de mouvements de terrain ».

“On ne peut pas nous reprocher de ne pas prendre de précautions”

Actuellement, et ce jusqu’en octobre, des techniciens du BRGM sont en train de procéder sur le site à des investigations migrogravimétriques. Autrement dit, à une étude approfondie du sous-sol. Il s’agit de sondages de contrôle, afin d’analyser les circulations souterraines et de localiser les fontis (cavités). Puis au lieu d’injections massives de béton dans les karsts (fissures) des pieux chemisés seront réalisés afin d’éviter les mouvements de terrains. Les zones karstiques, répandues dans l’Orléanais ne mettent pas en péril le projet. “On ne peut pas nous reprocher de ne pas prendre de précautions. Le BRGM est là pour étudier la nature de ce sous-sol, ce qui nous permettra ensuite de sécuriser l’ouvrage. Ce type de risque était déjà réel lors de la construction du Pont de l’Europe à Orléans”, souligne Marc Gaudet, président du Conseil départemental.

D’autres recommandations seront prochainement apportées par trois candidats au marché de conception-réalisation lancé fin 2018 par le Département, à savoir : Vinci, Bouygues et Baudin Chateauneuf. Les résultats seront connus en octobre. Les travaux devraient commencer d’ici la fin de l’année. 

L’association ANV-COP21 proteste avec le portrait d’Emmanuel Macron

Ce dimanche 14 avril, 10 militants de l’Association Non Violente COP21 se sont rendus sur les bords de Loire à Mardié pour afficher leur opposition au projet de déviation de Jargeau. Ils sont apparus avec l’un des 33 portraits du président Emmanuel Macron réquisitionnés par le collectif. Cette prise a eu lieu de mars dernier à Saint-Jean-de-la-Ruelle. Le communiqué de ANV-COP21 précise : “L’objectif de l’action : montrer au Président ce projet jugé destructeur et emblématique d’une vision politique dépassée, qui est pourtant celle que défend le gouvernement.” 

Yohann Desplat

Afficher les commentaires