Le Printemps a pris ses aises à Bourges

La 43e édition du Printemps de Bourges a débuté tranquillement ce mardi soir avec l’hommage à Alain Bashung, à travers la première des sept créations spéciales du festival, “L’homme à la tête de choux”. Un spectacle de danse contemporaine à guichets fermés, en ouverture du premier des festivals de l’année, voilà qui indique la direction prise par l’équipe de Boris Vedel, le patron de la manifestation berruyère.

Merguez street a connu, déjà, une belle affluence.

Parmi les six autres créations on retrouvera un autre hommage, celui rendu à Jacques Higelin par ses trois enfants Izia, Arthur H et Kên qui seront rejoints par les amis de la famille : Camille, Jeanne Added, Jeanne Cherhal, Mathieu Amalric, entre autres. Plus accessible à tous les publics, la grande scène Séraucourt accueillait Jérémy Frérot, la première moitié du duo Fréro Delavega. Spectacle gratuit, soirée printanière, et c’est tout un public de curieux, de familles, de passants qui n’auraient dû que passer et qui sont restés charmés par la première nuit musicale.

En ouverture des Exclamations, « une exclamation comme un appel au débat, comme la manifestation de ce que la musique dit de notre société, et vice versa », explique la direction du Printemps de Bourges. C’est Barbara Hendricks, célèbre cantatrice certes, mais aussi et surtout ambassadrice itinérante du haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, qui a introduit les rencontres sur les thèmes de migrations et de l’éducation. Elle participait au premier « débat » des Exclamations consacrées à l’Europe. Les allées de merguez-street pouvaient se retrouver sous le soleil. Le Printemps de Bourges version 2019 a bel et bien pris ses aises !

Fabrice Simoes

Afficher les commentaires