Issad Rebrab, PDG de CEVITAL, principal actionnaire de FAGOR l’entreprise orléanaise depuis 2014, arrêté en Algérie

L’homme d’affaire algérien Issad Rebrab, considéré comme la plus grosse fortune du pays a été arrêté lundi. Il est le PDG du premier groupe privé d’Algérie, un conglomérat qui comprend notamment le groupe CEVITAL lequel en juin 2014 a racheté Fagor Brandt, (500 salariés sur le site orléanais), au bord du gouffre en avril 2016.

Malik Rebrab, fils du PDG Issad Rebrad, arrêté en Algérie, lors de sa visite chez Fagor.

Malik Rebrab, le fils du PDG arrêté en Algérie,  directeur général du pôle industrie était venu visiter l’usine de Saint-Jean-de-la-Ruelle et avait confirmé alors que Brandt un des fleurons français de l’électro ménager qui fabrique notamment des fours et des tables de cuisson à induction, sur son site de Saint-Jean-de-la-Ruelle, “pouvait reprendre sa place de leader”. Le capital financier apporté par CEVITAL était de l’ordre de 200 millions d’euros “tant pour le rachat du groupe que pour le redémarrage”, avait indiqué à l’époque Malik Rebrab. Le consortium algérien au capital de 2,5

Arnaud Montebourg lors de sa visite chez Fagor à Saint-Jean-de-la-Ruelle.

milliards d’euros avait sauvé l’entreprise avec l’appui du gouvernement français avec notamment Arnaud Montebourg ministre du Redressement productif venu sur le site orléanais en 2014.

Issad Rebrab a été arrêté et déféré devant le procureur en Algérie pour “fausse déclaration concernant le mouvement de capitaux“. Il est trop tôt pour savoir si cette arrestation peut avoir une incidence sur l’avenir de l’usine Fagor de Sait-Jean-de-la-Ruelle. Selon certains témoignages syndicaux à Orléans et à Vendôme où Fagor Brandt a une autre usine, le groupe CEVITAL aurait été en butte à des problèmes de trésorerie.

Outre l’arrestation du patron du Groupe Cévital, Issad Rabrab, les trois frères Kouninef, Réda, Abdelkader-Karim, et Noah-Tarek, richissimes hommes d’affaires qui ont profité de leur proximité criarde avec le régime de Bouteflika, pour ériger un empire financier en Algérie et à l’étranger, ont également été placés sous mandat de dépôt.

Selon le quotidien algérien El Watan, “dans une dépêche l’agence officielle, l’APS, revient sans citer de source, sur le sujet en affirmant que le patron de Cevital « a comparu devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger pour être auditionné dans le cadre d’une enquête anti-corruption ».

Elle précise que Issaad Rabrab, « devra répondre des chefs d’accusation de fausse déclaration relative aux transferts illicites de capitaux de et vers l’étranger, surfacturation d’équipements importés et importation de matériels d’occasion alors qu’il avait bénéficié d’avantages douaniers, fiscaux et bancaires », tout en évoquant « une interpellation tôt dans la journée » de l’homme d’affaire, alors que le concerné avait déclaré avoir « répondu à une convocation » de la gendarmerie.”

Ch.B

Afficher les commentaires