La voiture Cyclomedia passe les rues de la Métropole d’Orléans au peigne fin

La Métropole d’Orléans s’est dotée d’un outil innovant de vue immersive en trois dimensions. Un véhicule équipé de caméras ultraprécises, permet de réaliser une vue immersive de l’environnement urbain.

Peut-être avez-vous déjà croisé cette voiture équipée sur son toit de caméras en vue panoramique dans les rues d’Orléans. Ce véhicule permet de scruter tous les moindres détails, de la plaque de rue à une touffe d’herbe sur le trottoir. Depuis le mois de mars, il est au service de la Métropole d’Orléans. Pour quelle utilité ? “Cet outil va faciliter le travail de nos agents au quotidien dans l’espace public aussi bien dans la Métropole que dans les communes. Il s’inscrit dans notre service géomatique. Tout est géolocalisé et cela nous permet d’avoir des relevés, de voir des choses. C’est aussi un outil d’aide à la décision”, explique Jérôme Richard, conseiller spécial numérique à Orléans Métropole. En clair, cette voiture siglée Cyclomedia, entreprise néerlandaise productrice des images  permet de visualiser les équipements et les voiries à distance d’effectuer des simulations d’aménagements ou même d’inondations, de réaliser des mesures et de dresser des états des lieux. Tout cela sans même se déplacer !

Coût de l’opération : 490.000 euros

Cinq caméras de 20 mégapixels chacune sont positionnées sur le toit du véhicule.

“C’est un peu comme Google Street View, sauf que l’on voit beaucoup plus précisément”, résume Pascal Boyeau de Cyclomedia. La voiture Cyclomedia permet de cartographier 2.000 km de rues dans la métropole orléanaise, soit plus qu’à Paris (1.800 km), autre ville en France où cet outil est utilisé. Le coût de l’opération s’élève à 490.000 euros, dont 200.000 pour l’acquisition de 1.000 km de voiries. D’autres villes utilisent cette solution aux Pays-Bas ou aux États-Unis. Dotée de cinq caméras de 20 megapixels chacune, d’un GPS et d’un radar, cette technologie de vue immersive, à 360 degrés, possède une marge d’erreur de seulement cinq à dix centimètres. Les Orléanais peuvent être rassurés, les visages et les plaques d’immatriculation sont floutés sur les images.

Afficher les commentaires