Nathalie Arthaud à Orléans : « mettons fin à cette société de plus en plus barbare »

La tête de liste Lutte Ouvrière est venue mobiliser les troupes à Orléans et faire entendre « le cri des travailleurs ».

Une salle bien remplie

Nathalie Arthaud ne se fait pas d’illusion : la liste Lutte Ouvrière qu’elle conduit avec le syndicaliste Jean-Pierre Mercier ne gagnera pas les prochaines élections européennes. Mais qu’importe : même si les sondages la créditent de 1 à 1,5% des voix, et donc sans espoir d’envoyer un seul élu au Parlement Européen et même d’être remboursée des frais de campagne, Nathalie Arthaud maintient le cap. Elle est venue le rappeler jeudi au centre de conférences d’Orléans devant une salle mobilisée de plusieurs dizaines de militants.

Et pas question de cautionner l’Europe actuelle : « nous n’avons rien à attendre de cette Europe capitaliste, cette Europe de brigands, faite de marchandages entre les bourgeoisies européennes. L’Europe a été construite par et pour la bourgeoisie ». Construire une autre « Europe, celle des États Unis socialistes d’Europe, celle d’une Europe fraternelle, unie, ouverte sur le monde où chacun peut se déplacer et circuler ». LO veut donc « une autre Europe au nom même de l’idée européenne ».

« Renverser la bourgeoisie ! »

Mais avant d’arriver à ce stade final, il faut détruire le monde actuel, « renverser la bourgeoisie car le système capitaliste nous mène à la catastrophe économique, sociale et écologique avec une société de plus en plus barbare ». Nathalie Arthaud rappelle aussi que « tous les maux ne viennent pas de l’Europe » mais « des capitalistes et de leurs suppôts, les entreprises qui maintiennent des salaires faibles, des gouvernements qui impose des petites retraites ». Le combat de Lutte Ouvrière dans ces élections c’est d’abord de « faire entendre le cri des travailleurs », de relayer les luttes pour un Smic à 1800 euros nets par mois, pour des retraites revalorisées fortement ». Pour autant LO ne veut pas de « faux débats portés par les souverainistes », ces représentants de la droite qui appellent au repli national ou encore par Mélenchon dont elle dénonce le slogan du « pouvoir au peuple ». « Il ne peut pas y avoir de pouvoir au peuple sans renversement de la bourgeoisie » martèle-t-elle.

Des candidats régionaux

Pas question non plus de cautionner les violences, notamment celle des black blocs car « les travailleurs n’ont pas besoin de zorros et la révolution ne se fera pas par une minorité ». Pourtant la tête de liste LO « veut relativiser les violences : on ne crie pas avec les loups quand le Fouquet’s est incendié. La violence est un retour de flamme d’une société très violente, de plus en plus inhumaine ». Lutte Ouvrière reste donc sur ses fondamentaux : interdiction des licenciements et des fermetures d’usines, augmentation du pouvoir d’achat, renversement de la bourgeoisie, expropriation des capitalistes ».

Farida Megdoud Nathlie Arthaud Dominique Clergue

Même si « rien ne peut changer par les élections », LO se présente à chaque scrutin. Et celle fois les candidats régionaux sont bien représentés : Farida Megdoud, enseignante à La Source est en 9ème position et Dominique Clergue, ouvrière chez Hutchinson à Chalette en 21e. Trois autres candidats représenteront également la région : Éric Bellet du Cher (6ème), Vincent Chevrollier d’Eure-et-Loir (32ème) et Anne Brunet d’Indre-et-Loire (37me).

J.-J.T.

 

Afficher les commentaires