Football : le Tours FC au fond du trou

Orléans-Tours, l’historique querelle de clochers, comme Saint-Etienne-Lyon a la vie dure. Tours a le TGV et un CHU (Centre hospitalier universitaire), mais Orléans reste la capitale régionale, non seulement administrative, mais du football. Avec ce paradoxe cruel pour Tours. Alors qu’Olivier Carré, le maire d’Orléans n’a jamais affiché une passion débordante pour le sport et le football en particulier, son homologue tourangeau, ancien journaliste a travaillé pour Largardère sport et fut président de l’Olympique de Marseille de 2002 à 2004, ce qui n’est pas rien, puis vice-président du Tours FC de 2009 à 2011. Autant dire que la descente aux enfers du Tours FC doit être d’autant plus dure à avaler pour Christophe Bouchet, alors que l’US Orléans a fait une saison remarquable et a même failli jouer les barrages pour l’accession en Ligue 1, et ce malgré un budget riquiqui. En revanche, retour au statut amateur pour le Tours FC qui tombe en Nationale 2, l’ancienne CFA, malgré un maire ancien pro du football…

Ch.B

 

 

La chute était malheureusement prévisible, inéluctable même. La lente descente aux enfers du Tours Football Club s’est prolongée vendredi dernier à la Vallée du Cher par une relégation en Nationale 2, synonyme de perte du statut professionnel.

Le match contre Cholet vendredi dernier n’est finalement que l’aboutissement d’un long périple pour le Tours Football Club. Toute la saison, malgré le 4e budget du championnat de Nationale 1, le TFC a en effet traîné sa peine pour exister, bien loin des intentions de remontée immédiate en Ligue 2 du début de saison. Une saison compliquée, à l’image du quotidien du club ces dernières années.

Lire la suite sur 37°

Mathieu Giua

Afficher les commentaires