Certains bars orléanais pratiqueraient-ils l’esclavage ?..

saxophone jazzDepuis quelques temps, les bars du centre ville d’Orléans se sont mis à l’heure de la musique. Dans le sillage de l’Atelier de la rue de Bourgogne, pionnier en la matière, un certain nombre de bars ont compris qu’un concert était un bon produit d’appel pour une clientèle jeune ou moins jeune, surtout si le concert est gratuit. Et tout un chacun peut ainsi passer pas mal de soirées à écouter de la musique “gratuite”, évidemment sans oublier de consommer… Mais qu’en est-il des musiciens et groupes plus ou moins amateurs ou professionnels qui se produisent dans des conditions acoustiques pas toujours à leur avantage ?

Une rapide enquête auprès des intéressés nous apprend qu’ils ne sont, bien souvent, pas rémunérés, avec simplement le droit de faire passer un chapeau ou de vendre quelques CD… “T’inquiète pas Coco, ça fait ta promo !”. (J’ai même appris qu’un établissement demande au groupe de payer pour se produire…).

Soyons clair, un travail (puisque jouer de la musique devant un public en est un) sans rémunération porte un nom, c’est de l’esclavage ! D’autant que les établissements concernés ne se gênent pas pour faire de la publicité sur le dos des musiciens, via Facebook et autres flyers affichés en ville pour attirer le chaland-consommateur…

Certes, les temps sont durs, mais il serait bon de réfléchir à un code de bonnes pratiques pour que les jeunes talents orléanais en quête de public ne soient pas les dindons de ce qui, somme toute, reste une activité conviviale et sympathique: écouter de la musique en prenant un verre.

Gérard Poitou

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. il est beau ce saxo comme dirait leo
    selmer alto super action de 1952
    et les gros doigts dessus je crois bien
    qu’c’est les miens!
    geo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail