Fagor à bout de souffle: 600 emplois menacés à Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret)

A l'usine Fagor de Saint-jean-de-la-Ruelle (archives).

A l’usine Fagor de Saint-Jean-de-la-Ruelle (archives).

Ca va mal chez Fagor. Le groupe coopératif espagnol s’est déclaré en cessation de paiement selon  la presse ibérique. Depuis lundi, l’usine de St Jean-de-la Ruelle, près d’Orléans est en chômage technique. Même situation dans l’unité de la Roche-sur-Yon et à Vendôme en Loir-et-Cher. Dans l’Orléanais, les syndicats avaient fait preuve jusqu’ici de modération et de discrétion, contrairement à leurs homologues de Vendée.

L'usine de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

L’usine de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

A St Jean de la Ruelle, Fagor qui fabrique des tables de cuisson, des fours et des cuisinières, sous les marques de Diétrich, Sauter et Brandt, emploie six cents personnes et une soixantaine d’intérimaires. Selon des sources internes, Fagor est à l’arrêt faute de recevoir le pièces nécessaires à l’assemblage des appareils. “Les sous-traitants ne sont plus payés, le problème et essentiellement financier” explique un proche du dossier qui veut garder l’anonymat. Pour autant, le directeur de l’usine de Saint-Jean-de-la-Ruelle aurait déclaré récemment que les deux unités de l’Orléanais et de la Roche-sur-Yon n’étaient pas les plus menacées, même si des compressions d’effectif semblent inéluctables. A contrario, l’usine de Saint-Jean-de-la-Ruelle dispose d’ un atout majeur, le centre de recherche et de développement du groupe.

                                                                                 Martine Aubry en campagne

Le directeur de l'usine explique à Martine Aubry et aux responsables politiques régionaux le processus de production.

Le directeur de l’usine explique à Martine Aubry et aux responsables politiques régionaux le processus de production.

Martine Aubry, alors qu’elle était ministre de l’emploi et de la Solidarité sous le gouvernement Jospin, avait donné un coup de pouce financier de l’Etat à Fagor, déjà en difficulté financière à l’époque. C’est donc tout naturellement chez Fagor à St Jean-de–la-Ruelle, que Martine Aubry s’était rendue début 2010 (après la victoire de François Hollande à la primaire socialiste) lors d’une étape dans le Loiret

Les syndicats, CGT et CFTC sont inquiets mais ne veulent pas alarmer les salariés avant le Comité central d’entreprise qui aura lieu à Rueil-Malmaison le 24 octobre et qui annoncera les décisions. “Ce n’est pas possible que le site ferme” disent les salariés orléanais. Fagor est un des derniers fleurons de l’industrie sur l’agglomération et sa fermeture serait une catastrophe pour l’emploi.

Ch.B

——————————————————–

1er groupe français d’électroménager

Tableau d'honneur des ouvriers orlénais.

Tableau d’honneur des ouvriers orlénais.

Le groupe Fagor est l’une des 270 entités du premier groupe coopératif mondial Mondragon, originaire du pays basque espagnol (Vitoria). Avec un chiffre d’affaire de 1,4 milliards d’euros, Fagor qui emploie 8 200 personnes, est le 5 ème groupe européen d’électroménager et le numéro 1 en France.  Présent dans 130 pays, Fagor possède 18 sites de production dans six pays sur trois continents. Lave-linge en France, Espagne, Pologne, sèche-linge en France, lave-vaisselle en France et Espagne, réfrigérateur et congélateur en Italie, Espagne, Pologne et Maroc, cuisson en France, Espagne, Pologne, autocuiseur en Chine et chauffe-eau et chaudière en Espagne.

Fagor se targue d’innovation et de protection de l’environnement. Notamment avec ses tables à induction et avec la “Water Saver Technology” qui  affiche la plus faible consommation d’eau dans les lave-linge et les lave-vaisselle, grâce au recyclage de l’eau du dernier rinçage.

Fagor est commercialisé sous cinq marques, De Diétrich, Brandt, Sauter, Vedette et Fagor.

En France, Fagor Brandt, 2 114 salariés, représente 15,5% de part de marché pour 540 millions de CA en 2010.

Christian Bidault

Histoire de calmer le jeu et les inquiétudes, le communiqué diffusé hier soir par Fagor, dans le registre langue de bois économique: .

Fagor entre dans une nouvelle phase du financement de sa
dette
Rueil, 16 octobre 2013
Fagor Electrodomésticos a informé ce jour le tribunal de commerce de San Sebastian (Pays
Basque espagnol) de l’ouverture de négociations visant à parvenir à un accord préalable de
restructuration de sa dette, comme prévu par l’article 5.3 de la loi espagnole relative à la
prévention des difficultés des entreprises.
Il s’agit d’un cadre juridique spécifiquement espagnol, qui s’apparente à un processus de
conciliation.
À partir de ce jour, la société dispose d’un délai de 3 mois et 21 jours pour élargir le champ de
négociations, entamées avant l’été avec Mondragon Corporation et les autorités espagnoles.
Ces négociations, conduites également avec les partenaires bancaires et les différents
créanciers devront permettre à l’entreprise de faire face aux paiements immédiats et de
retrouver une activité normale.
Cette procédure n’a pas d’impact direct sur les activités de FagorBrandt en France.
La Direction de FagorBrandt a convoqué un Comité Central Extraordinaire le 24 octobre pour
une information plus approfondie des instances représentatives du personnel sur la situation
économique et financière de l’entreprise et de son actionnaire, le groupe Fagor.”

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail