Orléans : rive droite rive gauche, la Loire thème de campagne

IMG_3981

Le projet de passerelle aboutirait au sud à hauteur de la place de la Bascule, au dessus de ce parking sauvage.

La Loire fera t-elle des vagues pendant la campagne électorale? En 2014, ce sera en tous cas la première fois que le fleuve royale fera couler… tant d’encre et de salive. Orléans se retourne vers son fleuve, la Loire devient un argument de campagne et ne sert plus seulement à partager la ville en deux.

Justement, la proposition de Corinne Leveleux-Teixeira de franchissement du fleuve par une passerelle à l’intention des piétons et des cyclistes, fait l’unanimité. C’est qui ressort d’une consultation organisée par la candidate socialiste et ses amis trois jours durant à l’occasion du Festival de Loire. 900 questionnaires ont été remplis (1 398 réponses cochées). Symboliquement, les résultats ont été présentés place de la Bascule à Saint-Marceau.

Pour deux raisons, déjà parce que c’est à quelques pas que serait installée la tête de pont sud, le nord aboutissant place de Loire. “Et puis, “bascule” c’est comme la mairie d’Orléans en mars“, a lancé Corinne Leveleux-Teixeira sur le ton de l’humour.

Un parc paysager à l Île-Arrault

Quatre propositions ont été classées par les Orléanais: en tête arrive la création d’un parc paysager à l’île-Arrault (l’hippodrome où Serge Grouard voulait mettre initialement l’Aréna), une piscine ouverte en bord de Loire (il en existait une à hauteur de la Motte-Sanguin, quai du Fort Alleaume jusqu’en 1976), un accès vers les duits,(comme ce fut le cas lors de la fête en août) et, enfin, un parcours nature et santé

Parmi les suggestions faites par les Orléanais on retiendra encore  la navigation en Loire par navettes, un centre d’interprétation sur le fleuve à l’île-Arrault, une animation toute l’année sur les quais, pas seulement durant le Festival, et sur une plus grande distance.

IMG_3969

L’équipe socialiste qui a planché sur la Loire avec Corinne Leveleux-Teixeira.

Et pourquoi pas un camping, près de l’Île Charlemagne par exemple? Orléans n’en n’a pas et ce serait un atout supplémentaire pour “la Loire à vélo” et pour le tourisme en général.

Dix millions pour la passerelle

Tant pour Corinne Leveleux-Teixeira que pour Jean-Philippe Grand (EELV) qui participait à ce bilan, “la passerelle n’est pas un gadget, ce serait un lien entre les quartiers nord et sud de la ville”. Coût approximatif de ce “pont” réservé aux déplacements doux, 10 millions d’euros. Un premier pas aussi vers un réaménagement du sud-Loire, délaissé jusqu’ici,, tout en gardant le côté sauvage du fleuve royal. “Il faut revoir aussi tout le plan des pistes cyclables”, insiste Jean-Philippe Grand.

Après la Loire, et après avoir ramé durant des mois pour obtenir le soutien de toute la grande famille socialiste, Corinne Leveleux-Teixeira, parviendra à bon port lundi en recevant (enfin) la bénédiction de Jean-Pierre Sueur et de Michel Brard…entre autres. A cette occasion elle présentera aussi sa “lettre aux Orléanais” qui sera distribuée à 35 000 exemplaires. Et puis la passerelle n’était-elle pas déjà au programme de Jean-Pierre Sueur et de son équipe en 2001. Une sorte de pont entre les générations en somme.

Ch.B

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail