La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret): Duralex a un mois pour se mettre aux normes

IMG_9997

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, avait visité l’usine Duralex.

 

La verrerie Duralex, sommée de se mettre aux normes pour raison de sécurité, va devoir effectuer les travaux nécessaires dans un délai d’un mois. Le juge des référés d’Orléans n’a toutefois pas exigé la mise à l’arrêt des installations qui aurait entraîné la fermeture immédiate de l’usine. Si la verrerie ne s’exécute pas, elle devra payer une astreinte de 500 euros par jour pendant deux mois, et risque une nouvelle action en justice. “Il y a urgence à imposer les mises en conformité qui s’imposent”, indique le juge dans son ordonnance, rendue publique ce vendredi.

Avec le directeur de l'entreprise.

Avec le directeur de l’entreprise.

L’usine de La Chapelle Saint-Mesmin où s’était rendu Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif il y a un peu  moins d’un an,  qui emploie environ 200 salariés, a été jugée dangereuse par l’inspection du travail qui a relevé de très nombreuses infractions à la réglementation, concernant notamment les réseaux de gaz et d’électricité, l’aspiration ou encore la sécurité incendie. La direction assure de son côté qu’elle a déjà beaucoup investi depuis qu’elle a repris l’usine en 2008 et estime que ces nouveaux investissements, non productifs, l’empêcheront de rester compétitive






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail