Irène Frain : un hymne à la Bretagne laborieuse dont elle est issue

FrainVenue de nulle part, sortie de rien, Irène Frain ? Allons donc ! Et d’abord, personne ne vient de nulle part, personne n’est sorti de rien. Pourtant un journaliste n’a pas hésité à commencer la présentation de l’auteur du « Nabab » en ces termes, un autre de la présenter publiquement de la sorte. « Etre issue de la pauvreté, c’est être issue de quelque chose », réplique l’écrivain blessée. Elle a beau avoir choisi le Vendômois pour y planter sa maison de campagne, Irène Frain est Bretonne née à Lanveur, troisième enfant d’une fratrie de cinq.

L’humilié qui ne plia jamais

Sa rage l’a ramenée vers sa Bretagne. Elle y a retrouvé « un lignage archaïque dont j’ignorais l’existence, rudesse et merveilles, austérité et truculence, cocasserie, poésie. L’esprit même de mon père, l’humilié qui ne plia jamais devant l’adversité ».

frein2Une colère ancestrale s’est emparé de sa plume et lui a dicté un texte tendre et passionné : Elle ressuscite ce « Rien » dont elle est la fille, « ses carnets, toutes ces lettres qu’il écrivit lorsqu’il était prisonnier des nazis, le combat d’un Breton sorti de rien . Combien sont-ils encore, sur la planète, à vouloir sauver comme lui le seul trésor qui vaille : la dignité ? ». Un bel hommage à ce père qui l’a laissée partir pour qu’elle se réalise. Un récit minutieux et poignant.

Alors que la Bretagne gronde et souffre, Irène Frain parle avec beaucoup de tendresse de la région où elle est née et a grandi. Elle en connait la chair et l’âme. « Les Bretons peuvent compter sur leur nerhf (courage). Ils ont la mémoire longue et le souvenir tenace », dit-elle.

F.C.

« Sorti de rien » Irène Frain

(Le Seuil) 282 pages 19,5 euros

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail