Orléans: Fagor Brandt en cessation de paiement, les élus montent au créneau à Bercy

IMG_9868

Ici avec Martine Aubry, Christophe Chaillou (à gauche) et François Bonneau avaient visité Fagor durant la campagne de la Présidentielle, à l’époque une entreprise exemplaire.

 

Fagor c’est fini. A l ‘issue du comité central d’entreprise qui s’est tenu à Rueil-Malmaison, la direction a indiqué que Fagor-Brandt allait se déclarer en cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Nanterre. En espérant que celui-ci décide d’une procédure de redressement judiciaire qui permettrait de trouver une solution de relance de l’entreprise.

La mise en redressement judiciaire doit permettre à Fagor Brandt de poursuivre la recherche de solutions visant la continuation de son activité tout en préservant au mieux l’emploi, les intérêts de ses fournisseurs et de ses partenaires.” explique la direction.

L’Etat pourrait-il soutenir provisoirement Brandt? C’est ce que vont demander probablement les élus locaux qui seront reçus jeudi à Bercy par les cabinets de Michel Sapin et Arnaud Montebourg. François Bonneau, le président de Région et Marie-Madeleine Mialot, vice-présidente chargée de l’économie y seront.

Toutes les pistes

fagorLe maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle et conseiller général, Christophe Chaillou qui participera à cette réunion est bien décidé à empêcher la fermeture de Fagor: “Je suis convaincu que certains des sites sont viables, et celui de Saint-Jean-de-la-Ruelle en fait partie. Nous avons une usine moderne, ou l’on fabrique des produits de très grande qualité. Nous allons explorer toutes les pistes pour faire redémarrer l’entreprise, soit avec l’implication d’un repreneur, soit avec le soutien direct de l’Etat, par exemple dans le cadre d’un plan de réorganisation autonome de la direction de FagorBrandt, qui nécessiterait un apport financier complémentaire.

Fagor n’est pas un canard boiteux

L’Etat doit prendre ses responsabilités. Il est certes très sollicité mais ne peut être inattentif à la perte d’un tel outil industriel. Ce n’est pas un canard boîteux, et je ne vois pas qu’il soit possible qu’il s’en désintéresse. Demain, je redirai mon attachement au maintien de ces fabrications françaises, et à la défense de l’emploi, puisqu’environ 600 personnes sont concernées ici, dont la moitié d’ouvriers. Nous soutiendrons la mobilisation des salariés, mais le temps presse. Il faudrait que l’on puisse être fixé sur l’avenir du groupe au plus tard en fin d’année.”. 

Pour la responsable CFTC de Fagor Saint-Jean-de-la-Ruelle,  “La réunion s’est déroulée dans un climat tendu, mais la décision a enfin été annoncée, et nous sommes plutôt optimiste par rapport à la perspective d’un redressement judiciaire. La direction nous a dit qu’il leur fallait 20 millions d’euros pour faire redémarrer l’entreprise et qu’ils cherchaient des financement. De notre côté Nous espérons le soutien de l’Etat”.

Pour les représentants de la Région centre, “ Une marque, qui représente 14 % des parts de marché de l’électroménager, des sites industriels régionaux performants, des salariés compétents et attachés à leur entreprise, ont nécessairement un avenir en région Centre. Nous nous battrons avec eux. “

 Les salariés devraient se réunir jeudi matin sur le site de Saint-Jean-de-la-Ruelle puis se rassembler  en centre ville d’Orléans. Les représentants des salariés seront ensuite reçus chez le préfet.

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail