La Rep, le journal local délocalisé, à la Une de la manifestation samedi à Orléans

400 manifestants sont partis de la cathédrale.

400 manifestants sont partis de la cathédrale.

Elle était triste cette manif samedi. Sordide comme un fait divers sanglant. Par un ciel bas, la Rep est en train d’agoniser ou presque. Dans sa version papier elle souffre et l’affiche. Sordide, noire, comme une “Une” de mauvaise nouvelle, la banderole comme une vilaine manchette dramatique, a traversé la ville portée par des salariés qui chantaient “il faut sauver l’information, Clermont nous a pris pour des cons”.

Le secrétaire du CE de la Rep,

Le secrétaire du CE de la Rep,

Clermont-Ferrand, le siège de Centre France, le groupe qui vient d’annoncer la suppression de 80 emplois à la République du Centre et la fermeture du centre d’impression de Saran. Il faisait un froid de canard, ça tombait bien pour un journal, mais personne n’avait le coeur à rire samedi. Environ 80 salariés du journal s’étaient mobilisés pour dire aux Orléanais leur colère.

 Vengeance mesquine 

 On a cherché en vain le soutien des confrères de

Corinne, une des condamnées du service "phoning".

Corinne, une des condamnées du service “phoning”.

la presse, les professionnels du syndicalisme, les donneurs de leçons sur les ondes et dans les colonnes d’autres journaux, avaient sans doute des courses à faire. La Rep peut bien crever dans son coin. Vengeance mesquine contre le média “dominant”? Pourtant, ce sont les salariés qui se battent, pas des patrons qui se pavanent…Et ceux de la Rep de scander: “Clermont si tu savais, ton projet où on se le met…!”.

 78 salariés virés parce que les dirigeants d’hier et  d’aujourd’hui, n’ont pas su prévoir les mutations

Christelle, reporter-photographe, menacée de suppression de poste.

Christelle, reporter-photographe, menacée de suppression de poste.

technologiques et éditoriales. Certains grands esprits continuent même, malgré leurs échecs, à donner dans les colonnes du quotidien, des leçons à la planète entière. On croit rêver!  Ceux qui vont en faire les frais? Les femmes du “phoning”, Corinne, Armelle, Nathalie. Celle qui depuis Saran, au siège du journal, relançaient les abonnées. Virées. Elle connaissaient les terrain, “on respectait le lecteur, le client” raconte Corinne, elles ont 48, 49 et 36 ans, “si on nous  proposait un poste à Clermont, aucune ne pourrait y aller, on a notre vie ici”. Demain, à

Quelques centaines de manifestants dans les rues d'Orléans.

Quelques centaines de manifestants dans les rues d’Orléans.

Clermont, loin d’Orléans et du Loiret, “c’est un centre d’appel qui démarchera les abonnés…”.

 Un baroud d’honneur

 Désabusée, Corinne ajoute, “ce n’est pas normal qu’un journal qui fait de la locale soit délocalisé”. Le secrétaire du Comité d’entreprise de la Rep, Patrick Boullen, n’y crois plus: “c’est un baroud d’honneur”. Il bosse à la roto, (la rotavive), quarante emplois sur le carreau: “c’est la baisse du tirage plus rapide que prévue qui nous condamne, pas seulement le numérique mais

Des anciens journalistes de la Rep ont tenu à témoigner leur solidarité leurs anciens collègues.

Des anciens journalistes de la Rep ont tenu à témoigner leur solidarité à leurs anciens collègues.

c’est aussi la fermeture de notre édition d’Eure-et-Loir et le refus d’imprimer l’Echo républicain qui accélère la fermeture“. Avec un petit sursis, ce sera sans doute en décembre 2014, pas avant.

 Ceux qui vont faire les frais de ce deuxième plan social depuis le rachat de la Rep par Centre France en 2010, ce sont aussi trois reporters photographes, considérés par Clermont comme des “laborantins”. Depuis sept ans, en gros depuis le passage au numérique, Christelle, Daniel et Eric, faisaient le boulot de journalistes de terrain. Photographes professionnels, inscrits

Mme le maire de Sran interviewé pour ...la République du Centre.

Mme le maire de Sran interviewé pour …la République du Centre.

au tableau de service des journalistes, ils couvraient l’actualité, la venue d’un ministre, le match de football ou l’illustration magazine. “On nous a toujours refusé la carte de presse” explique Christelle. Payés comme des administratifs. mobilisables le soir, les week-end, et rayés des salariés, parce que inscrit au contingent de l’administration dans l’entreprise.

    Derrière la République du Centre, qui bien malgré elle faisait la Une de la manif organisée à l’initiative de la CFDT mais qu’avaient rejoint quelques maigres bataillons de la CGT, de la FSU, Solidaires et de l’Unsa, des entreprises du Loiret menacées, Alcatel, GMD à Neuville.

 Sept représentants chez le préfet

 Les élus et les politiques se sont faits bien rares samedi. Il y avait quand même quelques communistes, Michel Ricoud, Alain Roméro Mme le maire de Saran, siège de la République du Centre, Maryvonne Autain, pour laquelle “un quotidien comme la Rep ne peut pas disparaître”, Marie-Madelaine Mialot, vice-présidente de la Région représentait presque à elle seule le Parti socialiste alors que la Fédération avait annoncé son soutien, et un bataillon de centristes indépendants autour de Tahar Ben Chaabane, candidat aux municipales.

Devant la préfecture.

Devant la préfecture.

 Une délégation de sept représentants syndicaux dont le secrétaire départemental de la CFDT Guy Baudry et Catherine Billault, secrétaire à la communication et à la culture, a été reçue en préfecture par le représentant d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Philippe Malizard. Celui-ci leur a promis qu’une lettre partait chez les Ministres, Valls, Montebourg et Sapin.

 Dans les jours à venir, les salariés de la République du Centre, envisagent d’autres actions et n’excluent pas de bloquer encore la sortie du journal. Pour leur survie et pas seulement pour alimenter la rubrique “sociale” des journaux.

 Ch.B

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail