Une liste Front de gauche à Orléans: digue rouge contre marée brune

IMG_7174 (1)

Michel Ricoud, Dominique Tripet, Anne Nedjar, Dominique Lebrun

 

Michel Ricoud et Dominique Tripet (ou Dominique Tripet et Michel Ricoud), seront têtes de liste aux élections municipales. Une liste à deux têtes, le Front de gauche y tient, signe qu’il n’y a pas de patron (un terme mal vu au PC!) et que la vraie parité y est respectée. Là-dessus on peut faire confiance à Dominique Tripet, connue pour ses combats féministes.

“Nos sommes dans une situation politique pas très saine”, explique Michel Ricoud. “Les Orléanais sont en désespérance à cause de la politique menée au plan national.” Nous y voilà, c’est ce qui explique que le Front de gauche y aille seul, contrairement à ce qui s’était passé lors de la victoire de Jean-Pierre Sueur. “On va aller chercher les gens pour leur redonner de l’espoir”, commente à, l’appui Olivier Hicter, du Parti de gauche, l’autre composante du Front de gauche avec le Parti communiste. Reste que la liste Tripet-Ricoud (ou l’inverse!) ne peut pas insulter l’avenir. Alors la critique acerbe de la politique gouvernementale, c’est une chose, mais les têtes de liste du Front de gauche sont claires: “nos adversaires, c’est l’abstention, la droite, les politiques de droite et le Front national”

Les transports gratuits

S’agissant du programme de Corinne Leveleux-Teixeira, de ses amis d’EELV et du PRG, qu’est ce qui distingue les deux listes de gauche? “Nous avons eu l’occasion de discuter mais nous n’avons pas eu de réponse”, explique Dominique Lebrun, un des trois sortants municipaux du PC à Orléans qui détaille les priorités du programme du Front de gauche, “les transports en commun gratuits, la réquisition des logements vides et l’achat d’un domaine en Sologne pour ceux qui ne partent pas en vacances”. Si le peuple maintenant veut mener la vie de château, où va t-on…!

La quadrature du cercle pour le Front de gauche consiste donc à taper fort sur la politique de Hollande, fiscale notamment, tout en conservant des convergences pour s’intégrer au second tour sur une liste avec le PS. “Mais nous nous présentons pour arriver en tête”, lance Dominique Lebrun dont on connait l’humour à froid. La réforme des rythmes scolaires est une des autres pommes de discorde avec le gouvernement et la liste socialiste: “c’est à l’Education nationale de financer“, dit Dominique Tripet, “pas aux collectivités locales, l’éducation c’est un droit, pas un cadeau, nos ne lâcherons rien”, poursuit-elle.

Pour l’heure, le vote des militants orléanais (30 voix pour Michel Ricoud, 29 pour Dominique Tripet, 22 pour Anne Nedjar et 21 pour Dominique Lebrun) n’a désigné qu’une première partie de la liste (Olivier Hicter, pour le PG, figurera en troisième position). La suite de cette liste de militants “dévoués pour la cause de l’humain”, sera connue début décembre. Face au mécontentement ambiant, vague sur lequel surfent les populismes, il s’agira aussi, avec cette liste, de faire des digues rouges contre la marée brune.

Des discussions sont aussi en cours avec Lutte ouvrière, alors qu’aux dernières nouvelles, le NPA ne ferait pas de liste.

Christian Bidault

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail