FAUVE en concert à Orléans : lorsqu’arrive un amour sauvage et élégant.

996975_241705722655080_1853700033_n
C’est en ce mercredi 27 novembre, que la salle de concert de l’Astrolabe d’Orléans, accueille le « FAUVEcorp » –collectif ouvert- le temps d’une rencontre humaine incroyable et sans frontière

Sortie de tunnel.

Qu’est-ce que c’est ? C’est une histoire de dingue. Des mecs B(L)IZZARD.

« C’est une histoire de gosses. Une histoire d’amis. De vieux frères. C’est un peu comme une erreur de casting, en fait ! On est comme tout le monde ! On est des personnes regardant simplement dans la même direction. » déclare un des membres du corp.

Photographie A.E

Photographie A.E

C’est un collectif, une entreprise, un projet, une unicité, un monstre d’une sensibilité extrême, un monstre à mille pattes, mille bras, et mille cœurs. Un truc qui tachycarde et s’arrache en recherche de bonheur. Mais c’est aussi le canon froid du flingue que t’as sous la mâchoire. Les toiles d’araignées qui t’encrassent le crâne le soir. C’est un fleuve de maux qui va toujours « parlez chemins ». C’est La petite voix. Celle que tout le monde connait, même toi. C’est une sortie de tunnel. C’est un frisson. C’est presque de l’ordre de la confusion, une bonne confusion. C’est un assemblage de vie, un voyage à sac à dos. C’est un train qui hurle et expectore, un train qui traverse les plaines vaporeuses et s’éraille vers les désirs et les corps. C’est un accident. Des accidentés de la vie. Des êtres aux gouffres spirituels en bordel. Des cœurs, des couilles, des têtes qui ont une démence commune, celle de vivre, de jouir, d’être sauvés, et de discourir, de manière unique. C’est tellurique, oui, c’est orgasmique !

Mais c’est aussi, cette justesse dont parlait Kerouac Sur la route, lorsqu’il évoquait que « […] les seuls gens qui m’intéressent sont les fous furieux, les furieux de la vie, les furieux du verbe, qui veulent tout à la fois. »

A chœur ouvert

Arrêtons d’essayer de qualifier à tout prix leur genre, comme sait si bien le faire la société, et oublions les castes, les rangs, les étiquettes ! Ce n’est ni du rap, ni du slam, ni du rock…

« Il ne faut pas penser FAUVE comme un genre, mais comme un besoin. » confie un des cœurs du corp.

 

Photographie : A.E. Route de Yosemite parc, avril 2013.

Photographie : A.E. Route de Yosemite parc, avril 2013.

Il s’agit d’une cuisine sémantique mélangeant leur frustration, leur désir, et leur sensibilité respective au service d’une cause commune et humaine. La sinistrose qu’est le BLIZZARD, est comme ce vent glacial qui nous transperce de part et d’autre le crâne, et pourtant, cela ne les empêche pas d’avoir une ouverture d’esprit incroyable !

Avouons qu’il grouille dans leur propos et de leur engagement, une source urgente, une acuité pénétrante, une vérité tranchante et insoluble de leur traces, de leur « pas sage », comme un besoin venant de trop loin. Ainsi, inévitablement et irrévocablement, au c(h)oeur du monstre, rien n’est faux tout est FAUVE !

En effet, là ou beaucoup, penseraient que c’est un travail décousu et impulsif, sans queue ni tête, la notion de parler les maux, telle une thérapie, apporte une dimension plus violente, plus brute, celle d’une animalité en lutte. Celle de la vie…

C’est un abîme presque douloureux, c’est comme d’enlever un pansement pour constater sa plaie, ça fait mal sur le moment, mais ça libère finalement.

Qui sont-ils ? Ne cherchez pas à connaitre les visages, laissez vous allez, abandonnez vous à ce voyage. Rien ne peut l’expliquer, il faut le vivre.

Ils sont Toi, ils sont Vous, ils sont Moi, ils sont Elle et Lui, ils sont Nous. Ils sont Batman et qui d’autres ? Ils sont le monde entier, pour sûr. Ils sont FAUVE, bien sûr…

Ana Elle

http://www.youtube.com/watch?v=519_pOvP9xs&hd=1

Retrouver de nombreuses informations sur le projet à l’adresse suivante : http://fauvecorp.com/

 

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail