Orléans: Laurent Mariott à Chapitre… “à toutes saveurs”

mariotteA Librairie Chapître, à Orléans, Laurent Mariotte  dédicacera son dernier livre « A toutes saveurs » (Flammarion) ce samedi entre 15 et 17 heures.

Laurent Mariotte a su trouver les ingrédients et les bonnes recettes pour se faire une place à la table des grandes émissions culinaires. Tous les jours sur TF1 il offre un programme court « Petits plats en équilibre ». Depuis 2007, il est chroniqueur à France Info. Chaque vendredi et chaque samedi il présente « A toutes saveurs ». Tous les étés il part à la découverte des chefs cuisiniers et des artisans du goût pour le plus grand plaisir de ses millions d’auditeurs. Nous l’avons rencontré

Magcentre: tous les jours en semaine, avant le 13h, vous présentez un programme en deux minutes et vous accrochez les téléspectateurs par dizaines de milliers. Comment vous y prenez-vous ?

Laurent Mariotte : “en six ans un lien s’est créé. J’en mesure la réalité chaque fois que j’effectue une séance de signatures. Les gens me parlent de la recette de la veille. Ils savent que je suis obsédé par les produits de saison et que ce propose sera facilement réalisable”.

MG: d’où vous vient ce goût pour la cuisine et les bons produits

Laurent Mariotte : “de mon enfance du côté d’Epinal. Mon grand’père était paysan. Je ne cherche pas à être un grand cuisinier. Je suis le porte-parole des petits producteurs, de ceux qui alimentent les circuits courts. Je veux encourager à manger les produits de saison. J’aime les recettes régionales, il ne faut pas qu’elles tombent dans l’oubli”.

MG:quels sont les produits de saison ?

Laurent Mariotte : “en ce qui concerne les légumes, c’est l’époque des racines, des fibres, de la mache.On peut faire avec des tagines de légumes avec des carottes de toutes les couleurs, on a retrouvé des variétés oubliées, des blanches par exemple,, des pommes de terre, des topinembourgs, des épices. C’est très bon avec un poulet rôti”.

MG: quels sont les produits orléanais ? “En cette saison, les betteraves et surtout les pommes dont les variétés cultivées sur place sont bien plus savoureuses que celles qui sont importées et puis moins chères. Les producteurs parce qu’ils vendent en directs ont des prix moins élevés même si, ce qui est normal, ils augmentent leur marge.”

Recueilli par F.C.

  •  Librairie Chapitre à Orléans
  • Samedi entre 15 et 17h





Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail