Franck Thomas-Richard (UMP) à Bourges : histoire d’un trublion

11 septembre 2001 611

Franck Thomas-Richard au conseil régional, à sa gauche Hervé Novelli, le patron du groupe.

Trublion de la politique locale (Cher), Franck Thomas-Richard (UMP) l’est incontestablement. Chez lui, ce n’est ni une qualité ni un défaut, mais de l’inné plus que de l’acquis. Par Patrick Martinat

Le voici candidat à Bourges pour les municipales, sous étiquette DVD. Comme si tout le monde avait oublié qu’il avait été en 1998 l’un des plus fermes soutiens de Bernard Harang (UDF-DL), président une semaine durant, avec l’aide du Front National ; comme si tout le monde avait oublié que l’année précédente, il avait été un quadra sur le retour mais piaffant comme un poulain si mal débourré que Jean-François Deniau, alors président du Conseil général (UDF), l’avait lui-même (déjà) qualifié d’ « incontrôlable »…Un arrêt sur image s’impose. Elu en 1997 président départemental de l’UDF, « FTR » contribue en 1998 à l’échec de l’ancien ministre aux cantonales. Dans la foulée, il demande la démission de Frédérique Deniau (épouse du ministre), alors première adjointe du maire de Bourges Serge Lepeltier. L’ ancien « balladurien » se rapproche dans la foulée d’Alain Madelin (UDF-DL). Canal historique tendance dure.

Franck Thomas-Richard, médecin, catholique pratiquant…

Reprenons le parcours. Ce député a été parmi les 137 qui, en 1993, se sont prononcés favorablement au rétablissement de la peine de mort. Argument-massue ? « Je suis médecin, catholique pratiquant et je mets au premier plan le respect de la vie humaine »…Ca c’est de la position tranchée !

On sait que ce cardiologue possède un poult de martinet, ce petit oiseau que l’on confond avec l’hirondelle, qui a la réputation de voler très vite et ne jamais se poser. Une légende. Mais quand ce sont ses ailes d’auto qui frôlent une hirondelle, comme en mars 2001, se faire retirer son permis quelques mois n’est rien moins qu’une justice, qu’il conteste évidemment…Franck Thomas-Richard parle (trop) vite, est (trop) familier ou revendicatif. Il arrive (parfois) à ses fins sans (trop) regarder aux moyens. Bref ! Avec lui la tape sur le ventre peut cacher un coup de couteau dans le dos. A ce tarif, la loi du Talion s’impose et faut-il s’étonner qu’ayant eu politiquement la peau de certains (le couple Deniau par exemple), il soit remercié par le parti qui l’avait fait président départemental ?

Fricoter avec l’extrême droite

thomas-richard2Il s’excuse d’avoir le sang vif, ce qui lui permet, quand ça l’arrange, de dire qu’il est de là-bas –il est né à Alger en 1950 – et quand ça l’arrange de fricoter avec l’extrême droite (Régionales 98).

Franck Thomas-Richard, toujours conseiller régional du Centre, est d’ici et d’ailleurs, de partout et de nulle part et lorsqu’il n’est plus rien, il créé une association. Cette fois, elle s’appelle « Bourges, avant tout ! ». Ce n’est pas la première. En 2004, le conseiller général avait créé pour « une nouvelle conception de la vie politique », l’association Action d’Union Départementale pour une Action Civique et Efficace : AUDACE, toujours de l’audace.

Ce que l’on sait moins sans que ça surprenne outre mesure, c’est que le petit Franck, tout frais rapatrié, avait rejoint une classe du lycée Claude Bernard (paraît que l’on dit « Claude B » lorsqu’on veut passer pour un connaisseur), et qu’en histoire-géo il avait un certain Louis Poirier, un peu plus connu sous le pseudonyme de Julien Gracq, à la plume aussi souple et alerte que la morale étroite et rigide. L’étonnant, c’est qu’il ne s’en soit jamais vanté plus que ça…Franck Thomas-Richard aurait-il une face cachée ?

L’enjeu est un strapontin

Celle qu’il montre en tout cas est adepte de l’éclipse et quitte à être comme la lune, ce n’est pas un soleil sur le déclin qui va l’empêcher de lui passer devant. Il en fut de Jean-François Deniau comme d’un Jacques Rimbault, député maire PCF de Bourges, singulièrement affaibli par la maladie en 1993. Une façon comme une autre de se contenter d’un triomphe sans gloire, on ramasse bien les glands au pied des chênes.

Franck Thomas-Richard, fidèle à son discours depuis désormais plus de 20 ans, veut une fois encore proposer une « démarche originale »…Elle l’est, on ne peut lui nier ni l’intention ni la réalité. Une fois de plus il est le « rassembleur » et les autres ne sont que des « ambitieux ». Parmi ces derniers, Alain Tanton (alors Force Démocrate) avec lequel, en 1997, il ambitionnait de composer une liste pour les régionales. Mais en fin de règlement de compte, c’est une autre affaire plus récente que veut solder l’évincé de 2004 de la liste des régionales. Nom de code : FTR-DVD, ex UMP ex DL. En se disant que ça peut réussir. L’enjeu est un strapontin.

Patrick Martinat

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail