La forêt, c’est 20 % de la région et… c’est bon pour la planète et l’emploi

La forêt représente20% du territoire de la région Centre.

La forêt représente 20% du territoire de la région Centre.

En Région Centre, la forêt en pleine croissance et source d’emplois, demande de la main d’œuvre.

La forêt, c’est bon pour la planète. Elle est une sacrée tombeuse d’effet de serre. Les arbres stockent du CO2 grâce à la photosynthèse et le bois abattu continue à le séquestrer même lorsqu’il est transformé en meuble. 1 M3 de bois utilisé égale 1 tonne de CO2 séquestré. C’est pourquoi notre ministère de l’Agriculture se proclame aussi ministère de la forêt dont il tient à accompagner le développement durable.

« Il s’agit de tracer un avenir à notre agriculture et à la jeunesse en mobilisant l’ensemble des acteurs concernés par l’agriculture, l’alimentation et la forêt. Ces ambitions sont traduites dans les principales dispositions du projet de loi » que Stéphane Le Foll défendra devant l’Assemblée nationale à la mi-février. Il s’agit avant tout de préparer notre agro-alimentaire mais aussi notre forêt à la nouvelle politique agricole commune. Notre ministre de l’Agriculture s’exprimait hier devant les représentants du Centre national de la propriété forestière qui fêtait ses cinquante ans.

IMG_6031

Créé en 1963 par Edgard Pisani, le CNPF est un outil de gestion dont pouvoirs publics et professionnels se partagent la gouvernance. Regroupant 18 centre régionaux, il oriente la gestion des forêts privées, conseille, améliore et forme ses propriétaires en vulgarisant les méthodes de sylvicultures les plus productives et respectueuses de l’environnement. Le CRPF de la Région Centre à laquelle est adjointe l’Ile de France était largement représenté à cette cérémonie qui dressait « le bilan des 50 ans passés et dessinait « les 50 à venir car tout est long pour la forêt. Son temps ne correspond pas à celui des hommes qui sont obligés de prévoir et d’anticiper pour elle ».

« Chez les forestiers tout est affaire d’homme », expliquait Xavier Pesme du CRPF Ile-le-France-Centre. Il suffisait de voir, d’entendre et d’écouter les représentants de la filière bois, à grande majorité masculine, venus de toutes la France pour abonder dans ce sens. Que de passion dans leurs propos !

La forêt cette inconnue

107 (1)Que savons- nous de la forêt, nous tous qui adorons nous y promener, cueillir des champignons où y observer la faune et la flore très variées qu’elle abrite ?

En région Centre, la sixième région la plus boisée de France, la cinquième pour sa forêt privée, elle couvre 886 000 ha (20% de la surface régionale) dont 770 000 appartiennent à des particuliers. Partout elle gagne du terrain, en moyenne 2500 hectares par ans depuis 30 ans, essentiellement sur les terres agricoles délaissées. Il faut remonter au Moyen-Age pour trouver une telle surface boisée. Le palme du taux de boisement revient en Région Centre au Loir-et-Cher avec 32% ( 205 700 Ha dont 187 200 privés), suivi par le Loiret 25% (168 100 ha dont 129 400 privés, le Cher 24% (171 800 ha dont 146 000 privés) et l’Indre-et-Loire 24% ( 150 100 ha dont 135 000 privés).

3% de ses propriétaires détiennent 44% de sa surface et 74%, les plus nombreux en possèdent de 1à 10ha. 70% l’ont reçue en héritage et 80% de ceux qui s’en occupent sont des retraités que la marche au grand air maintient en bonne santé. « La forêt source d’économie pour la sécurité sociale » affirmait le plus sérieusement du monde un représentant du Limousin.

La forêt de la Région occupe généralement des sols pauvres qui la limitent aux espèces d’arbres les plus frugales. Aussi les feuillus occupent-t-ils les trois quarts de sa surface. 61% sont des chênes moins demandés que les résineux par le bâtiment et la menuiserie. Cela explique que la filière bois contribue à hauteur de 6 milliards au déficit de la balance des paiements française. Nous importons des résineux. « Pourtant », dit Xavier Pesnes , « la situation est loin d’être désespérée. Le monde entier a des sols à résineux pas à feuillus. Il nous faut en produire de qualité et nous les vendrons, sans compter que les feuillus donnent d’excellents bois de chauffage, lequel était considéré comme un déchet par les forestier jusqu’en 1980. Maintenant c’est du bois dont la récolte ne cesse d’augmenter ». La Région en produit 1,2 m3 par an notamment sous forme de copeaux. A l’heure actuelle la région vient en tête pour la production de chêne de qualité supérieure, elle est la deuxième pour toutes les qualités de chêne. Elle est aussi à plus petite échelle productrice de peuplier

095Les gestionnaires de forêts publiques ou privées construisent de plus en plus des plans de production avec des objectifs concomitants : production de bois, préservation des milieux, protection de l’air et de l’eau, équilibre du gibier et préservation du renouvellement qui garantisse dans l’avenir une forêt aussi belle, riche et productive qu’aujourd’hui sinon plus.

La forêt source d’emplois

2,5% de la population active régionale, 25 000 personnes dont 1 000 directement travaillent dans et pour la forêt. De nombreux métiers interviennent tout au long de son développement, à commencer par les pépiniéristes. Les entrepreneurs de travaux forestiers nettoient et dégagent les jeunes tiges. Quand les arbres grandissent et se gênent il faut des bûcherons. Pour mener à maturité les arbres et les veiller sur eux , il faut des gestionnaires, des gardes, des conseillers, des chercheurs, des scieurs. Puis l’arbre devient le point de départ d’une vaste filière aux produits diversifiés, ameublement, bâtiments, papiers, énergie… Il faut des charpentiers pour l’équarrir en bois de charpente. Dans ce domaine des places sont à prendre et les filières de formation sont en place.

Françoise Caries

 

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail