Les dirigeants de Centre France (la Rep) sermonnés par les élus régionaux

05.12.13 Silhouettes (1)

Les victimes sous forme de silhouettes devant le siège de la Rep à Saran.

A mesure que tombent les plans sociaux, les élus sont très sollicités ces temps-ci. On les aimerait plus occupés à inaugurer les chrysanthèmes, mais c’est ainsi. En début de semaine, Gilles Crémilleux, le directeur délégué de La Rep a été reçu par le président de région, François Bonneau, et sa vice-présidente, Marie-Madeleine Mialot. De source régionale, il se serait pris une soufflante par les deux élus qui estiment à 154 le nombre de suppression de postes prévues par le PSE du groupe Centre France, à la République du Centre, au Berry Républicain et dans les hebdos du Loiret (l’Eclaireur du Gâtinais, le Courrier du Loiret, le Journal de Gien…). François Bonneau avait déjà envoyé une lettre dans le même sens à Edith Caillard, la présidente du groupe, lui demandant de réexaminer le plan social. Jeudi, c’était au tour du maire d’Orléans, Serge Grouard d’écouter le matin les représentants du personnel et l’après-midi le même Gilles Crémilleux, qui a subi le même discours indigné. 

Devant le siège de la Rep les “victimes” du plan social

05.12.13 Pancarte (1)En effet, lors de la reprise du  titre République du Centre par la Montagne en 2010, les dirigeants de Centre France n’avaient à aucun moment évoqué la réduction de la voilure et en particulier la fermeture de l’imprimerie de Saran. A son tour, Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret et les élus du département, devrait recevoir les salariés et la direction.

Espérons que ces pressions politiques auront autant d’effet qu’à Fagor où la production a repris. 

 

L’impression de l’Echo en avant

Jeudi, les salariés de la République du Centre après la manifestation et l’opération coup de poing sur la RN20 avaient décoré l’entrée du siège à Saran avec des silhouettes noires représentant les victimes et baptisés ” sacrifiés” du PSE (Plan social d’entreprise), éclairés par des feux de palettes.

La négociation concernant le volet économique du plan se poursuit et les salariés continuent de mettre en avant l’impression de l’Echo républicain de Chartres. D’autres actions symboliques et spectaculaires auront lieu dans les jours à venir pour maintenir la pression sur la direction.

Ch.B






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail