Saran (Loiret): Anne Perbal, d’une brûlante pudeur, danse un “Phasme” envoûtant

phasme

Très beau moment, d’une pure beauté, jeudi, au Théâtre de la Tête Noire dans le cadre du festival Traverses.

Fontaine charnelle. Evocation plastique et plasmique. Arborescence des gestes, de la lumière et des ombres. Tout ceci est animal , végétal. Une merveille. D’une poésie jaillissant intensément de la puissante braise de l’abstraction. Long flux de la cime du cosmos à la voie lactée à la petite herbe ou au petit sable qui court sous les pieds, la chevelure d’Anne Perbal, chorégraphe et danseuse inonde la haute scène du Théâtre de la Tête Noire à Saran. Est-elle de dos ou de face cette chorégraphe, cette artiste et danseuse s’offrant avec une nerveuse pudeur sur une bande son de Mathieu Delepau où le jazz et ses souffles aux reflets bleutés s’insinuent à merveille dans les oscillations du corps?

On ne le sait parfois. On s’y perd et l’on s’y trouble. On s’y captive surtout. Capturé par l’intensité. A dire vrai, dans ce noir et blanc à la poésie de Chaplin, un art teinté de ce surréalisme pudique et d’une beauté à l’élégance infinie, nous sommes ici convoqués avec un bonheur immense.

L’intensité révoltée

Voici, le temps de quarante minutes hypnotiques , une performance aussi belle que l’offrande d’un aveu de vie redoutable et assurée. Voici le corps doucement cassé aux effondrements délicats n’en finissant pas de tutoyer le sol, voici les gestes à la peau rose jaillissant du noir d’une robe noire qui se défait et qui tressent les gestes du corps. Voici la chair, la peau, les os. Voici le drame doux comme blessé du corps en appelant à la précaution de l’autre. Bref, Anne Perbal, chorégraphe qui a créé sa compagnie “Les yeux grands fermés”, est une artiste dont l’intensité révoltée à le regard franc et direct.

Anne Perbal, une offrande sans fard

Voici une belle et rare danseuse accueillie par le festival Traverses et dont la liberté est une offrande sans fards. Voici les gestes d’une absolue beauté et d’une densité nourrie de vérité de naturel. Voici une belle artiste qui interprète sa pièce selon l’inspiration du jour, en accord avec l’énergie du moment. Une leçon. Son corps danse, bouge, bouscule, s’émeut et nous émeut. On en prend plein le bonheur. Un remarquable solo. Une réussite et une présence essentielles.

Jean-Dominique Burtin.

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail