Valérie Corre (PS) : “on a dit aux députés frondeurs, vous nous faites chier…!”

IMG_5054

Lors de son arrivée à l’Assemblée nationale en 2012.

Que ce soit à Paris ou à Orléans, le Parti socialiste ne parle pas toujours d’une seule voix.

Comment Valérie Corre, députée PS de la sixième circonscription du Loiret vit-elle ces différences, voire ces divergences à l’Assemblée et à la Fédération du Loiret? Elle répond à magcentre.

Depuis l’affaire Léonarda et quelques autres, on a assisté à une fronde de certains députés socialistes. Lorsqu’on est comme vous députée PS comment vit-on les dissonances qui se sont fait jour vis-à-vis du gouvernement ?

A l’intérieur du groupe, il existe des députés qui, sur certaines politiques du gouvernement, ne sont pas forcément d’accord. C’est plutôt ceux-là qu’on entend, d’où ce sentiment de fronde…

Est-il normal qu’ils se fassent entendre à l’extérieur ?

Dans un mouvement politique, qu’il y ait débat, c’est normal. Une fois qu’il y a eu un vote, nos désaccords, on n’est pas censé les porter sur la place publique.

– Cela veut dire que le Premier ministre ou le président de groupe à l’Assemblée ne tient pas sa majorité ?

IMG_5062Nous sommes un parti de gauche et même deux ans après, le débat peut repartir, on évolue aussi en fonction de l’état du pays. Après, il y a peut-être un problème de mode de fonctionnent sur ces députés qui se comportent comme ça, pas très loyalement, et on n’a pas forcément de moyen de les sanctionner.

  C’était il y a quelques semaines, on a l’impression de l’extérieur que cette fronde s’est un peu tassée. Quel a été le déclic, y a-t-il eu un coup de poing sur la table du Premier ministre… ?

Non, ce n’est pas le Premier ministre. Le coup de poing sur la table, c’est notre groupe, la majorité silencieuse qui a dit « ça suffit vous nous faites chier, on en a marre de n’entendre que vous , on en assez que vous alliez voir la presse », cela s’est passé lors d’un séminaire. Ceux qui étaient d’accord avec la politique du gouvernement n’étaient pas audibles. Deuxième chose, le lancement de la réforme de la fiscalité qui a fini de détendre l’atmosphère entre nous tous.

Pourquoi le Premier ministre a-t-il squeezé le ministre de l’Economie…

Non, c’est le Premier ministre qui l’annonce. Si Moscovici l’avait annoncé on aurait dit « que fait le Premier ministre? ».

– On a quand même eu l’impression qu’il n’était pas au courant.

L’annonce a été préparée de telle façon que peu de gens étaient au courant

Dans cette « majorité silencieuse » dont vous faites partie il y a quand même des politiques sur lesquelles vous n’êtes pas d’accord, non ?

Oui, je le dis au sein du groupe. Quand je rencontre des militants pour parler de mon mandat je l’évoque, mais je considère que mon rôle est plutôt d’expliquer la politique du gouvernement, la faire évoluer quand je ne suis pas d’accord, mais pas de prendre le clairon pour annoncer sur la place publique mes éventuels sujets de désaccord…

Valérie Corre et ses réserves sur la politique migratoire

Par exemple…

La thématique sur laquelle je suis le moins à l’aise aujourd’hui, c’est celle de l’immigration, l’accueil des étrangers, c’est le sujet sur lequel je suis le plus en difficulté.

IMG_0029

Elle soutient le gouvernement, ici avec Arnaud Montebourg chez Duralex.

Vous l’avez fait savoir, y compris au ministre de l’Intérieur?

En groupe oui, mais non je n’ai jamais eu à le dire en présence de Valls. Je ne m’en cache pas à Orléans non plus. Je le fais savoir par des parrainages républicains et les associations qui travaillent à accompagner les étrangers savent ma façon de penser. On verra si je suis efficace quand la loi sera votée.

– Faut-il changer le ministre des Finances qui ne semble plus avoir la main ?

– Ce n’est pas la politique de Pierre Moscovici, ministre de l’Economie, c’est la politique du gouvernement, comme la politique de Valls c’est la politique du gouvernement, contrairement à ce que certains pensent. Il n’y a aucune raison de changer s’il n’y a pas de changement de politique.

Valérie Corre, vous redoutez une catastrophe pour les Municipales ?

 Non, même si je sais qu’il va être difficile de convaincre les électeurs d’aller voter pour nos candidats. Donc, il va falloir travailler, faire du porte-à-porte, rappeler l’échéance et son importance…Et sur Orléans par exemple les copains disent que lors de ces porte-à-porte les gens ne parlent pas d’Ayrault ou Moscovici, mais des enjeux locaux…

– Il y a des dissonances au plan national, on a cru comprendre que c’était aussi le cas ici au plan local au PS…

 Le parti socialiste localement est comme le PS national c’est-à-dire que les différences politiques existent, c’est une des richesses de ce parti…

IMG_4090

Avec Christiane Taubira et Jean-Pierre Sueur.

 C’est un autre débat, il y a eu une primaire interne que Corinne (Leveleux-Teixeira) a largement gagnée donc il existe une vraie majorité derrière elle. Comme après beaucoup de primaires, la réconciliation a été un peu longue, peut-être trop longue, mais la liste ayant été votée, les débats sont derrière nous.

A la fête du PS à Ingré en 2012.

A la fête du PS à Ingré en 2012.

– Sauf que après la publication de la liste certains ont dit dans votre camp que celle-ci n’était pas parfaite.

 Si vous trouvez le candidat parfait ou la liste parfaite vous m’appelez, c’est très rare surtout chez nous…Il risque d’y avoir encore une ou deux réactions intempestives mais la liste a été votée par 70% des militants…

La lettre d’Harlem Désir met fin à la polémique ?

 Elle répond aux associations…Mais maintenant Corinne et Michel, c’est un vrai duo, un vrai.

Une réaction sur la candidature de Serge Grouard ?

 C’est un non événement. On savait qu’il ne finirait pas être candidat, il l’est…

– Candidat à Orléans et à l’agglo selon vous ?

 S’il veut l’agglo, il l’annoncera très, très tard, sinon ce sera la guerre chez eux. Député, président de l’agglo, maire ce serait intéressant dans le genre cumul…

Serge Grouard: “il travaille plus la pierre que l’humain”

– Qu’est ce que vous lui reprochez en particulier ?

 D’avoir plus travaillé la pierre que l’humain. On ne peut pas nier qu’il y a des endroits plus sympas qu’avant, mais à la Source, à l’Argonne, les gens n’ont pas l’impression qu’on ne s’est occupé d’eux. Les associations ne sont plus soutenues, il n’y a pas de projet…

Le GPV (Grand projet de ville) ce n’est pas un échec à la Source, si ?

 Non, mais Camille Flammarion entourée de grillages, je ne suis pas sûr que ce soit l’habitat que j’ai envie d’avoir dans ma ville…

Propos recueillis par Christian Bidault

  ————————————————————————

  L’émotion de lire des phrases que l’on a écrites,  dans le projet de loi…

 

 A l’Assemblée nationale, Valérie Corre siège à la Commission éducation et au Conseil national d’évaluation du système éducatif (CNESS), chargé auprès du Ministre de l’Education nationale de s’exprimer sur les méthodologies et les outils des évaluations conduites par le ministère, ainsi que sur les résultats de ces évaluations. Ce conseil comprend 14 membres. Valérie Corre est, d’autre part, membre de la Mission d’information sur les relations entre l’école et les parents, qui est composée de dix-huit députés et dont elle est la rapporteure.

 Elle apprécie ces missions législatives à leur juste valeur: “Lorsqu’on auditionne les ministres ou des experts et lorsque l’on voit des phrases que l’on a écrites dans un projet de loi, la première fois, ça fait quelque chose…”.

S’agissant les profs de “prépa” qui se révoltent et qu’elle a reçus récemment, elle commente  “Je ne suis pas loin de penser que leurs heures de préparation et de correction, ils devraient les faire dans leur établissement car il y a une telle différence entre la présence et la réalité du travail, que la perception qu’on peut en avoir de l’extérieur est injuste. Mais le fait de leur demander deux heures de plus par semaine ne me choque pas…”. 

——————————–

NDLR:

Cette entretien a été réalisé avant la parution du rapport concernant l’intégration sur le site de Matignon.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail