Anne Lauvergeon : « Ce que la France ne doit pas rater »

 

 

Anne Lauvergeon jeudi à Orléans, préside une association d'insertion dans la metallurgie.

Anne Lauvergeon jeudi à Orléans, préside une association d’insertion dans la metallurgie.

Anne Lauvergeon a été chargée par François Hollande de la commission “Innovation 2030” pour notamment dénicher dans quels domaines la France se distingue vers des innovations majeures.

Petit déjeuner avec Anne Lauvergeon. Elle arrive détendue et souriante, simple et sans détour. Elégance classique, tailleur veste et pantalon dans les tons ocres de saison, une Orléanaise qui n’en fait pas mystère et saisit les occasions pour rappeler ce qu’elle doit à un père professeur et une mère assistante sociale. Ses deux enfants sont, l’une au collège, l’autre à l’école élémentaire. Une tasse de café avant d’entrer dans le vif du sujet. Tout est simple, direct, sans façon.

Mais c’est bien à la présidente de la commission « Innovation 2030 » que nous nous adressons. Pas une seconde nous ne pouvons l’oublier. Celle-ci, installée en avril par le Président de la République, composée de 19 membres, dont la spationaute Claudie Haigneré, l’économiste Philippe Aghion et le philosophe Michel Serres, a reçu pour mission de « déterminer les domaines où la France a du potentiel pour les innovations majeures ».

Anne_Lauvergeon[1]« Nous n’avons plus les moyens de nous disperser » dit l’ancienne présidente d’Areva qui a rendu son rapport il y a un mois. « Sans innovation technologique point de salut, sans innovation qui rencontre son marché », précise- t-elle. « Nous devons faire des choix, éviter le zapping. Nos recommandations anticipent des besoins et des marchés à venir quand les plans industriels partent de l’existant » ajoute-t-elle avant de tacler les comportements actuels « Le principe de précaution doit rester dans la constitution mais on doit y ajouter le droit à l’expérimentation. Comment innover sans expérimenter ? Il faut considérer notre écosystème tel qu’il est et ne pas changer les règles sans cesse », puis elle pointe la triste mentalité française qui « dès l’enfance conditionne à voir le verre à moitié vide et non le verre à moitié plein ».

Anne Lauvergeon: sept ambitions

Stockage de l’énergie : développement des énergies renouvelables, pour la plupart intermittentes, optimisation de la production électrique et développement de la portabilité, éléments indispensables de la réussite de toute transition énergétique. La France possède dans ce domaine de réels atouts avec des entreprises grandes et petites bien positionnées et une recherche publique de qualité.

Recyclage des matières en particulier des métaux rares. la France dispose de réels atouts dans un contexte européen favorable. L’innovation et un cadre règlementaire adéquat peuvent permettre l’émergence de leaders dans ce domaine.

Valorisation des richesses marines : métaux en eaux profondes et dessalement de l’eau de mer apporteront des ressources indispensables à une population en croissance. La France dispose d’une des plus importantes zones exclusives d’exploitation marine ainsi que des organismes de recherches très compétents dans ce domaine.

Protéines végétales et chimie du végétal : de nouveaux produits alimentaires reposant sur des protéines végétales devront être conçus pour répondre à la croissance de la demande alimentaire. Notre richesse agro-alimentaire et notre tradition d’innovation culinaire doivent permettre à la France de disposer d’un gros potentiel d’exportation. « Avez-vous essayé les steaks de lentilles ? C’est délicieux ».

Médecine individualisée : le développement des sciences « omiques » (génome et séquençage d’ADN), les liens croissants entre les dispositifs médicaux et les thérapies ainsi que le développement du numérique vont faire émerger une médecine très personnalisée, porteuse d’un très grande efficacité individuelle et collective. Dans ce domaine la France possède une recherche internationalement reconnue par sa qualité.

Silver économie au service de la longévité : D’ici 15 ans , 1,2 milliards de personnes sur la planète auront plus de 60 ans. Les seniors, avec des besoins spécifiques, assureront en France la majorité des dépenses. Une économie nouvelle doit se développer. La présence de star-up innovantes, d’intégrateurs et équipementiers de haut niveau, notre système centralisé de santé sont autant d’atouts pour le développement de ce secteur en France.

Valorisation de données massives (Big Data) : La multiplication de données créées par les particuliers, les entreprises et les pouvoirs publics constituera une opportunité pour l’essor de nouvelles star-up. L’école française de mathématiques et de statistiques est une des meilleures au monde. Plusieurs entreprises sont leaders de sous-segments.

Un état stratège

Le 24 mai dernier à Polytech à Orléans la Source, Anne Lauvergeon retrouve ses parents, Solange et Gérard.

Le 24 mai dernier à Polytech à Orléans la Source, Anne Lauvergeon retrouve ses parents, Solange et Gérard.

Si on lui objecte que dans ce catalogue les transports et les nouvelles énergies sont oubliées, qu’il serait peut-être bon de s’en préoccuper, « Nous avons retenus ces sept secteurs pour leur capacité à générer de la croissance, des emplois et des exportations. Ils sont à la confluence de marchés majeurs portés par des besoins sociétaux certains déjà clairement identifiés par la Commission européenne » répond Anne Lauvergeon. « Nous avons les compétences pour aller de l’avant avec des innovations de rupture », se réjouit-elle. « Aussi nous proposons que dans les sept domaines définis soient organisés des concours d’innovation. En Avril une première sélection sera effectuée ».

300 millions pour les projets

Les projets retenus bénéficieront d’une enveloppe de 300 millions. Doivent-ils émaner des seuls Français ? « Pas forcément » répond Anne Lauvergeon, « européens, pourquoi pas ? Pas à 28 pays mais à deux ou trois. Nous avons déjà de beaux exemples de réussite. Pourquoi ne pas envisager des coopérations avec d’autres parties du monde ? Nous sommes ouverts. Ce que nous créons ce sont des leviers d’action. Il faut montrer qu’il y a une volonté politique, que l’état est stratège de direction, d’un éco-système dans lequel se développer ».

Au-delà, autour des ambitions affichées par la Commission, Anne Lauvergeon souhaite obtenir « un consensus » susceptible de permettre un déploiement à long terme des ambitions affichées, quelles que soient les alternances politiques.

F.C.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail