Orléans: le ton monte à propos du spectacle de Dieudonné le 11 janvier au Zénith

IMG_5082

Sur les sites de location de spectacles comme la FNAC, celui de Dieudonné, prévu le 11 janvier au Zénith d’Orléans est toujours en vente. Au prix de 43€. en moyenne. Orléans est l’une des première dates de la tournée de Dieudonné, intitulée « Le Mur ».

Dans la foulée de Manuel Valls, sur les antennes, à France 2 et Europe1, le maire d’Orléans a réaffirmé son opposition à la venue de Dieudonné, invoquant « le trouble à l’ordre public ». et disant avoir saisi le préfet. Plus de 2 500 places ont déjà été vendues Voilà pour l’affichage.

Côté coulisse, il faut savoir que le Zénith d’Orléans est géré par « Orléans spectacle », une société qui a une délégation de service public de la mairie, filiale d’ Orléans gestion, qui, elle, est une SEM (Société d’économie mixte), où la ville est majoritaire.

En conseil municipal, Baptiste Chapuis pour le PS, Abel Moitié pour la majorité municipale, avaient interpellé voici plusieurs semaines le maire sur le cas Dieudonné. En conseil d’administration d’Orléans gestion, avant que la polémique ne prenne cette ampleur, Dominique Lebrun (PC), un des deux membres de l’opposition représentant la ville avec Ghislaine Kounowski (PS), avait demandé s’il était possible de « le repousser ou de l’annuler » considérant que « ce n’est pas très bon pour l’image du Zénith ». Réponse de Gérard Thénot, le directeur du Zénith, « je prendrai contact avec le producteur et le manager qui sont des entreprises sérieuses afin qu’il n’y ait pas de débordement » 

Condamnée par Dieudonné

Pour sa part Eric Valette, l’adjoint à la culture d’Orléans avait précisé, à juste titre, que l’arsenal juridique est « faible » pour faire interdire un spectacle. Une étude juridique aurait été diligentée par la ville d’Orléans. Le maire d’Orvault (Loire-Atlantique) qui avait voulu faire interdire un spectacle de Dieudonné sur ce critère de « trouble à l’ordre public » a été condamné en référé par le Conseil d’Etat à verser 15 000 euros à Dieudonné, « pour atteinte grave à la liberté d’expression ». De quoi échauder les villes anti-Dieudonné. 

dieudonneLa ville d’Orléans pouvait-elle agir en amont, par l’intermédiaire d’Orléans-gestion en refusant de louer le Zénith (de 5 000 à 15 000€ la location selon la jauge) ? Le spectacle de Dieudonné, « Le mur » a-t-il été vendu dans un “package” avec des dates d’autres artistes, ou au contraire était-il clairement identifié comme tel lors de la transaction avec le Zénith d’Orléans ? Un refus de vente était -il possible en amont justement sur la base de “trouble à l’ordre public”? 

Non” dit Eric Valette,nous n’intervenons pas dans la politique d’Orléans-spectacle qui est une société industrielle et qui fait des choix….Le Zénith est disponible pour tout le monde, il n’y a aucun arsenal juridique pour interdire un spectacle, dès lors qu’il remplit les conditions de location…Cela me ferait mal au ventre que la ville soit condamnée et que le contribuable orléanais soit obligé de payer pour Dieudonné! “,, s’exclame l’adjoint à la culture.

Le théâtre d’Orléans l’avait refusé

Dominique Lebrun, conseiller municipal (PC) d'Orléans.

Dominique Lebrun, conseiller municipal (PC) d’Orléans.

Entre le Zénith et le théâtre par exemple, il existe une vraie différence sur la “gestion” des spectacles. Le théâtre est un “établissement culturel”. Il y a deux ans, un spectacle de Dieudonné qui s’était présenté “masqué”, avait pu être écarté à temps par la direction de la Scène nationale.

Ces dernières heures, après Manuels Valls, c’est un autre membre du gouvernement que l’on avait pas entendu jusqu’ici, Christiane Taubira, la garde des Sceaux, qui est montée au créneau contre Dieudonné pour « l’organisation d’insolvabilité frauduleuse » laquelle est punie par la loi. Dieudonné doit en effet plus de 65 000 euros au Trésor public pour différentes amendes, après des condamnations pour propos antisémites.

Nancy et Metz demandent l’interdiction

valette

Eric Valette, adjoint à la culture à Orléans.

Deux autres maires de villes où Dieudonné doit se produire, Metz et Nancy, viennent comme Serge Grouard à Orléans, de demander l’interdiction de ses spectacles, les 18 et 19 janvier.

« La liberté d’expression est une donnée fondamentale de notre société mais lorsque cette expression qui se doit d’être libre se transforme en une propagande raciste, xénophobe et antisémite, il y a lieu de réagir en préservant la République des atteintes qui sont portées à ses valeurs » a déclaré André Rossinot, le maire de Nancy. A Orléans, la balle est dans le camp du préfet qui, pour l’instant, n’a pas répondu aux sollicitations du maire. “Valls a fait la boulette de sa vie”, poursuit Eric Valette. A moins qu’une manifestation “antifaciste” aux abords du Zénith ne permette au préfet de demander au maire de prendre un arrêté d’interdiction….

Et Dieudonné, pendant ce temps, peut continuer d’affirmer que ce tam-tam médiatique du gouvernement et des maires à vouloir l’interdire, est « une promotion formidable ».

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je vais encore ramener mon “grain de sel”.

    Je suis un petit cousin de Michel Malécot, l’un des sept de Huismes, mort en Décembre 1944 au camp de Buchenwald victime du traitement, aggravé par rapport aux autres prisonniers, qui lui a été infligé par ses “bourreaux” au seul motif que “vu son faciès, il était certainement juif” (… ce qui n’était pas le cas).
    Devant ce type de raisonnement insensé et qui dépasse l’imagination, devant les crimes commis et auxquels à l’époque une grande majorité se refusait à croire, ne pouvant envisager de telles horreurs, je ne suis pas sûr qu’il faille trop occulter les excès de certains.
    Le souvenir ne suffit pas parfois à éviter que se renouvellent les drames. “Entendre” des excès permet de rester en alerte et permet “d’illustrer” auprès des jeunes la menace de la haine des autres qui, chez certains, n’est et ne sera jamais éradiquée.
    Dieudonné n’a qu’une minorité d’adeptes. Il peut servir de répulsif pour les autres.
    Dans un monde qui n’est et ne sera jamais idéal, laisser voler les paroles caricaturales par leur excès permet d’informer et d’éviter le retour de ce contre quoi les hommes de bonne volonté se battront: “Plus jamais ça!”

  2. A Le Douarin :
    Vous avez parfaitement exprimé la problématique : il serait plus sage d’éteindre ce feu, de laisser cet homme se produire et combattre les idées qu’il véhicule par une information toujours plus relayée, incisive et massive.

    • On ne peut pas, sous couvert de liberté d’expression, laisser un homme se produire en public dans ce qu’il appelle un spectacle et qui n’est autre qu’une tribune où il exprime une propagande raciste, xénophobe, antisémite et négationniste. Ce genre de propos sont condamnables d’un point de vue pénal. La liberté d’expression atteint une limite évidente lorsque le discours bafoue les lois élémentaires de la république.

  3. 2 points :
    -la ville d’Orvault n’a été condamnée qu’à 1500€ d’amende (source : le site du Conseil d’Etat et plus précisément l’arrêt)
    – la liberté d’expression ne se discute pas. Elle est. Nul ne peut interdire à autrui de s’exprimer. C’est la gloire de la démocratie de laisser s’exprimer ceux qui ne pense pas comme elle. mais en contre-partie, il existe une sanction des abus. La répression dans ce cas doit être absolue et pour ce qui concerne Dieudonné, il est inadmissible que certaines condamnations anciennes ne soient pas en core exécutée. D’autre part, la vérité doit être relayée sans relâche, pour ce qu’elle est et pour ce qu’elle est exemplaire des mauvais instincts humains, donc pour servir de leçon au présent. mais là, peu de gens se mobilisent pour empêcher les horreurs contemporaines, trop d’intérêts immédiats sont en jeu. Tant il est vrai que dénoncer le passé ne nous met pas en danger !

  4. Qu’attend M. Grouard pour prendre un arrêté interdisant carrément toute la journée du 11 janvier sur Orléans ?

  5. il n’y à qu’à lire l’ensemble des commentaires de tous les articles traitant de l’affaire Dieudonné, on doit bien être à un bon 80-85% de gens qui trouvent inadmissible cette volonté de censure (même ET surtout, parmi les gens qui n’aiment pas particulièrement Dieudonné ).

  6. Quand est-ce qu’on mettra autant de zèle contre les Femen qui viennent souiller les églises que contre Dieudonné ?

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail