Municipales en Berry : tout compte fait…

Par Patrick Martinat

 Dans le Cher, Bourges était dans le collimateur national dans la mesure où elle était estampillée « ville moyenne susceptible de basculer à gauche ». Une vision très parisienne survivance d’une considération totalement fausse, à savoir que dans la mesure où Bourges a vécu pendant 16 ans (1977-1993) avec un maire PCF, la cité était foncièrement communiste. Non.

Pascal Blanc.

Pascal Blanc.

La ville avait voté Jacques Rimbault (PCF) à la faveur d’une implosion de la droite locale et s’était ensuite accommodée d’un homme qui avait la capacité de tenir la dragée haute à une autre personnalité politique qui alors respectait ses prébendes, l’UDF Jean-François Deniau, président du Conseil général du Cher. En dehors de ce contexte, il serait stupide de concevoir Bourges comme un bastion communiste. Bourges est clairement de droite bourgeoise et c’est un fait inscrit profondément dans sa culture.

Le résultat de ces municipales confirment quelques éléments parfaitement intégrés par ceux qui suivent de près ou de loin la vie politique locale.

D’abord, que la ville vient de se donner un maire, Pascal Blanc qui est loin de faire l’unanimité et dont la compétence récente de maire adjoint chargé des travaux est particulièrement contestée.

Ensuite, qu’il y a clairement un phénomène de rejet de la personnalité de la candidate PS Irène Félix. Peu avenante, incapable de souplesse, ce que réclame une fonction de maire, elle n’a pas su profité du ras-le-bol que les Berruyers alimentaient depuis plusieurs mois contre le maire sortant Serge Lepeltier honni de sa propre majorité municipale. Que les éjectés comme des malpropres aient le courage de dénoncer publiquement les magouilles dont ils sont les victimes !

Les urnes ont décidé. La démocratie a ses règles que le pouvoir ne respecte que parcimonieusement. On verra bien.

Nicolas Sansu (PC) reconduit à Vierzon

Nicolas Sansu le maire de Vierzon.

Nicolas Sansu le maire de Vierzon.

A Vierzon, le député-maire Nicolas Sansu sera bien obligé d’intégrer que sa ville est lestée d’une vingtaine de pourcents de FN et que globalement plus de 57% des votants lui ont exprimé leurs doutes.

A Saint-Florent-sur-Cher, Roger Jacquet, héritier d’une longue tradition communiste, ne peut guère pavoiser au vu des résultats, parce que plus de 2000 inscrits (sur 5011) ne se sont pas exprimés et que seulement 47 voix lui permettent de devancer son adversaire direct.

A Sancerre, le maire sortant, Jacques Haton est remercié pour 32 voix…

Dans l’Indre, Châteauroux a montré le pire volet de la démocratie. Bon, d’accord, Gil Averous (UMP) est élu mais avec moins de 50% des suffrages et après avoir démontré une ouverture d’esprit à faire pâmer un ban de moules. Mark Bottemine (PS) et son alliance avec deux DVD a fait lui aussi très fort. Tous ces gens donnent vraiment envie d’aimer la politique. Merci messieurs.

P.M

http://elections.interieur.gouv.fr/MN2014/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.