L'agglomération d'Orléans a une présidence à deux têtes

 

Les trois têtes de l'executif de l'agglomération, Charles-Eric Lemaignen, Olivier Carré et Serge Grouard.

Les trois têtes de l’exécutif de l’agglomération, Oivier Carré, Charles-Eric Lemaignen, et Serge Grouard (archives).

L’histoire retiendra que Charles-Eric Lemaignen a été le premier président de l’agglomération Orléans Val de Loire élu au suffrage universel. En même temps qu’ils ont voté pour élire des conseillers municipaux et un maire les 23 et 30 mars, les électeurs des 22 communes ont aussi désigné par leurs suffrages des conseillers communautaires (liste ci-dessous). Charles-Eric Lemaignen (UMP) a recueilli une large majorité, 63 voix (sur 95 inscrits) à l’image de la représentation d’Orléans (34 élus), contre 24 à Christophe Chaillou, maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle présenté par le PS et EELV, 4 à Maryvonne Hautin, maire de Saran (Front de gauche) et 2 à Philippe Lecoq (Orléans).

Olivier Carré et Jacques Martinet, deux vice-présidents attendus.

Olivier Carré et Jacques Martinet, deux vice-présidents attendus.

Un troisième mandat donc pour Charles-Eric Lemaignen à la tête de l’agglo, “le dernier” a-t-il précisé, mais à entendre le long discours programme de Serge Grouard, on peut se demander qui, du maire d’Orléans ou du président, dirige vraiment l’agglo.

En verrouillant à double tour l’exécutif dont les quinze postes de vice-présidents seront pour la première fois de couleur unique, le duo Grouard-Lemaignen va bâtir à sa mesure la Communauté urbaine. En trois ans, Charles-Eric Lemaignen l’a confirmé. Celle-ci absorbera les compétences aujourd’hui dévolues aux communes, développement économique, voirie, eau potable et grands équipements du genre …Arena. Autrement dit, le vrai pouvoir basculera encore un peu plus à l’agglo. Nous serons alors en 2017. Année de la loi sur le cumul des mandats. Et Serge Grouard devrait alors prendre le volant de l’agglomération, en laissant son siège de député, le “deal” a été passé entre les deux hommes après que Charles-Eric

Lemaignen , il y a un an, a menacé de présenter sa liste.

Réservés aux membres de la majorité

Charles-Eric Lemaignen et Michel Martin.

Charles-Eric Lemaignen et Michel Martin.

Alors la gauche s’est offusqué que la droite veuille tous les pouvoirs dans cette agglo nouvelle formule où les oppositions des communes siègent. Christophe Chaillou (PS) qui était le candidat désigné au cas où la gauche l’eût emporté, a même convoqué tous les maires-président d’agglo d’Orléans depuis Roger Secrétain qui avaient tous co-géré l’agglomération d’Orléans. Il a aussi pris l’exemple de villes de droite comme de gauche, élues aussi selon la nouvelle loi, mais qui n’auront pas cet exécutif monocolore comme Tours, Blois et Bordeaux.

Maryvonne Hautin la maire de Saran et candidate à la présidence pur le Front de gauche.

Maryvonne Hautin la maire de Saran et candidate à la présidence pour le Front de gauche.

“nous regrettons le choix que vous avez fait de réserver les vice-présidences aux seuls membres de la majorité”. Maryvonne Hautin, la candidate du Front de gauche avait opportunément rappelé de son côté que, même l’ultra libéral Jacques Douffiagues gouvernait l’agglo avec le communiste André Chêne, et parlé des “façons brutales” de la présidence Lemaignen. Celui-ci dans son discours d’après élection, a plaidé pour un “exécutif homogène comme dans toutes nos communes. Cela n’empêche évidemment pas la recherche systématique de consensus dans toutes nos décisions et pour élaborer notre projet de territoire…”. Un territoire plus “cohérent” avec un objectif numéro deux de cette communauté urbaine de 2017, de “devenir une métropole d’excellence”, précisément la ligne définie par Serge Grouard pour Orléans.

Tout colle, c’est donc bien une présidence à deux têtes dont l’agglo s’est dotée jeudi soir.

————————————————————————————-

La bataille des départements a commencé

Le chantier des réformes des collectivités locales annoncées par Manuel Valls pour amaigrir notre mille feuilles administratif, de plus en plus indigeste pour les citoyens et nos finances, ne sera pas une sinécure. Les boucliers se lèvent déjà, y compris dans le camp du Premier ministre. C’est ainsi que Christophe Chaillou, le maire et aussi conseiller général PS a étonné tout le monde en estimant que le discours qui consiste à “supprimer tel ou tel échelon” consiste à faire “de la com”. Rien que ça! Les départements n’ont pas dit leur dernier mot.

——————————————————–

 

Conseil de la Communauté d’agglomération Orléans Val de Loire (95 membres)

 

BOIGNY SUR BIONNE

 M. MILLIAT Luc Maire, Mme CROSNIER Marie-Odile.

 Bou

Mme WOJCIK Nicole Maire M. BUREL Christian (suppléant)

 CHANTEAU

M. VIÉ Jannic, Mme DUPRÉ Nadine,

LA CHAPELLE-SAINT-MESMIN

 M. BONNEAU Nicolas, Mme BARTHE-CHENEAU Valérie, M. BOUTIGNY Christian

CHECY 

VALLIES Jean-Vincent, Mme BAULINET Virginie, M. RABILLARD Rémy

 COMBLEUX

Mme MASSON Marie-Claire, M. SIMON Denis (suppléant)

 FLEURY-LES-AUBRAIS

 Mme LINGUET Marie-Agnès, M. BARNOUX Jean-Pierre, Mme LOISEAU Sophie, Maire M. DESORMEAU Philippe Mme LEPROUX-VAUZELLE Fabienne, Mme CANETTE Carole

INGRE

DUMAS Christian, Mme MAIGNAN Catherine, Maire M. GOUGEON Philippe

 MARDIE

THOMAS Christian, Mme CAILLETEAU-CRUCY Clémentine

 MARIGNY- LES-USAGES

 ARCHENAULT Eric, Mme GRIVÉ Claude

 OLIVET

SAURY Hugues, Mme PALANT Sophie, SCHLESINGER Matthieu, Mme PATAS D’ILLIERS Fabienne, M. BELOUET Philippe, M. SONCY Horace,

ORLEANS

GROUARD Serge, Mme KERRIEN Nathalie, M. CARRÉ Olivier, Mme ODUNLAMI Béatrice, M. LEMAIGNEN Charles-Éric, Mme SAUVEGRAIN Muriel, M. MONTILLOT Florent, Mme ARSAC Martine, M. LAGARDE François

Mme LE DONNE Jennifer, M. RENAULT Thomas, Mme HOSRI Martine, M. MARTIN Michel, Mme GRIVOT, Martine, M. SANKHON Soufiane, Mme CARRÉ Florence, M. GEFFROY Olivier, Mme LECLERC Alexandrine

M. BAILLON Yann, Mme DESCHAMPS Chantal, M. GABELLE Jean-Pierre, Mme ANTON Stéphanie, M. LELOUP Philippe, Mme CHERADAME Muriel, M. FOUSSIER François, M. PEZET Philippe, Mme BARRUEL Béatrice, Mme LEVELEUX-TEIXEIRA Corinne, M. BRARD Michel, Mme ET TOUMI Hayette, M. GRAND Jean-Philippe, M. LECOQ Philippe, Mme FOURCADE Arlette, M. RICOUD Michel,

ORMES

 TOUCHARD Alain Maire Mme GENET Jeanne,

SAINT CYR-EN-VAL

 . BRAUX Christian, Mme SOREAU Evelyne

 SAINT DENIS-EN-VAL

 MARTINET Jacques, Mme LUBET Marie-Philippe, M. RICHARD Jérôme

 SAINT- HILAIRE-SAINT MESMIN

 M. PINAULT Patrick Maire Mme FRANÇOIS Valérie,

SAINT-JEAN-DE-BRAYE

 M. THIBERGE David, Mme PONTHONNE Colette, M. MALINVERNO Bruno, Mme MARTIN-CHABBERT Colette, M. DELPORTE Michel,

SAINT-JEAN-DE-LA RUELLE

 M. CHAILLOU Christophe, Mme DESNOUES Véronique, M. VILLARET Marceau, Maire Mme CHARTON Annie, M. LAVAL Pascal,

SAINT- JEAN- LE–BLANC

 M. BOIS Christian, Mme CHEVRIER Murielle, Maire Mme GRIVOTET Françoise,

SAINT- PRYVE-SAINT MESMIN

 M. COUSIN Thierry Maire Mme MORIO Chantal

 SARAN

Mme HAUTIN Maryvonne, M. FROMENTIN Christian, Maire Mme DUBOIS Sylvie, M. LHOMME Laurent,

SEMOY

M BAUDE Laurent, Mme LIPIRA Pascale

 

 

Jean-Pierre Sueur: “le respect du pluralisme est plus efficace que le sectarisme”

    

   “Le refus du pluralisme au sein de l’exécutif de la communauté d’agglomération Orléans-Val-de-Loire est une attitude sectaire, sans précédent dans notre agglomération, qui contredit ce qui est l’essence même de l’intercommunalité – c’est-à-dire la coopération entre des communes ayant des orientations politiques différentes pour l’intérêt commun.

       C’est d’autant plus dommageable que, durant des décennies, le respect du pluralisme a été bénéfique et n’a nullement empêché la mise en œuvre de projets d’envergure, tout au contraire.

       J’ai eu l’honneur de présider notre instance d’agglomération durant douze ans. Mon premier vice-président fut, dans une première période, André Chêne et dans une seconde, Pierre Bauchet.

       Les vice-présidences étaient attribuées aux maires des différentes communes dans un ordre déterminé par le seul critère démographique.

       Je regrette vivement que ce pluralisme ne soit plus à l’ordre du jour. Et je ne pense pas que notre communauté d’agglomération y gagnera. Ni en cohérence, ni en cohésion, ni en efficacité.”

 

  

 

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail