Orléans: la mort de la rotative fait triste impression à la Rep

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

IMG_9639

La République du Centre qu’on peut acheter ce lundi dans le Loiret, numéroté 231 249, est le dernier journal imprimé à Saran, rue de la Halte, au siège du quotidien. Un numéro collector. Dans la nuit de dimanche à lundi, précisément à 0h 45, le dernier exemplaire de l’édition « Orléans-métropole » est sorti des entrailles de la rotative « Gross métro » qui avait emménagé au siège du journal le 19 février 1969. Depuis cette date, on estime que cette rotative, révolutionnaire à l’époque, une des premières à imprimer en offset, a sorti environ 829 millions de journaux!

Marc Blanquet installe les dernières plaques.

Marc Blanquet installe les dernières plaques.

Pour autant, le quotidien orléanais continuera de paraître mais, pour la première fois depuis sa création le 27 septembre 1944, il ne sera plus produit industriellement dans le Loiret mais à Auxerre dans l’Yonne, sur les presses de l’Yonne Républicaine. Ainsi en a décidé la direction de Centre France, le groupe propriétaire de la République du Centre.

Mais dans la nuit de dimanche tous les salariés réunis autour de la machine, dans le vacarme produit par le vrombissement du monstre, ont vécu cette fin de vie dans une ambiance de veillée funèbre. Les yeux braqués vers la course rythmée du papier sur les plaques, jusqu’au défilé final des journaux vers la chaîne d’expédition, la grande famille de La Rep, venue de tous les services, de la rédaction aux ventes en passant par la régie publicitaire, a vécu cette dernière nuit au chevet de la rotative comme un déchirement. Jusqu’à certains « forts en gueule » de la rotative qui n’ont pu cacher des larmes à l’heure IMG_9632de se séparer d’une machine, compagne de leur nuit d’un travail noble qu’il vienne de perdre.

Applaudissements de tout le personnel, embrassades des rotativistes, sincèrement émus, ont ponctué ces derniers tours de production. Avant qu’un barbecue sur le parking du journal, rappelant les jours de grève contre la plan social, ne réunisse les salariés une bonne partie de la nuit.

La fin d’une histoire

La « bête » qui avait été achetée aux USA avant d’être montée en Angleterre et transportée à Saran, sera sans doute 45 ans après, démantelée et envoyée à la ferraille, hormis sans doute les tours couleurs rajoutées en 2003 lors du passage au tabloïd. Les « ouvriers du livre » devraient recevoir leurs lettres de licenciement à la mi-juillet. Ils entreront ensuite dans le processus de

Le clap de fin à la salle de commandes de la rotative.

Le clap de fin à la salle de commandes de la rotative.

reclassement du PSE (Plan social d’entreprise). Pour Patrick Boulen, le secrétaire du CE, « c’est la fin d’une histoire, une triste fin…La Rep était faite de A à Z ici, du moindre article jusqu’à la fabrication du journal, c’est fini. On s’est battu, on a perdu. Il y avait moyen de faire autrement. La direction veut gorger le site de Clermont, mais elle continue de donner du boulot à l’extérieur alors qu’ ici on ferme… ».

Ironie de la « der des der », relevée par un membre de la hiérarchie, affligé au diapason par cette fin de règne, « l’impression de ces derniers journaux a été parfaite, sans incident et tirée dans les temps… » ; Comme un baroud IMG_9635d’honneur de la vieille machine.

A l’heure du basculement en cours de l’information sur internet (la Rep c’est un million de visiteurs par mois sur son site), c’est aussi une page de l’histoire de la presse qui s’est tournée dimanche à Saran.

Orléans vient de perdre l’impression de son quotidien régional, un tournant dans l’histoire de la ville. Avant de lâcher bientôt son titre de capitale régionale?

Ch.B

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 + = quatorze

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>