Quels sont les revenus complémentaires de vos parlementaires

assemblée nationale

A la suite du scandale Cahuzac, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) s’est collée à l’analyse des déclarations sur le patrimoine et les activités des Parlementaires. Il s’agit de répondre à des questions simples comme “mon député exerce t-il une activité rémunéré en dehors de son (ses) mandat(s)?”. “A-t-il des parts dans une entreprise, touche t-il des dividendes…et ces activités entrent-elles en conflit avec son mandat?”

Ces déclarations viennent d’être rendues publiques sur le site de l’Assemblée nationale. Elles ont été rédigées à la main, certaines sont illisibles, ce qui est plutôt ébouriffant à l’heure de la numérisation et d’Open data.

Philippe Vigier, député d'Eure-et-Loir.

Philippe Vigier, député d’Eure-et-Loir.

Que les plus gros revenus lèvent la main. Dans la Région Centre ils sont deux à crever le plafond, Philippe Briand (UMP Indre-et-Loire) et Philippe Vigier (UDI Eure-et-Loir) les autres députés et sénateur des six départements font plutôt figure de bons élèves, avec des nuances toutefois. En toute légalité – mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit surtout de mettre du beurre dans les épinards – plusieurs députés emploient leur conjointe (conjoint) comme assistant parlementaire. A quel salaire? Ce n’est pas dit. Rappelons qu’un député touche, en plus de ses indemnités (environ 80 000€ par an), 5 000€ par mois pour rémunérer des assistant(e)s. Chez les sénateurs, Sylvie Doligé est assistante parlementaire à mi-temps.

Patrice Martin-Lalande (UMP), ici avec Alain Carignon à la fête de la Violette.

Patrice Martin-Lalande (UMP), ici avec Alain Carignon à la fête de la Violette.

C’est aussi le cas du maire d’Orléans Serge Grouard qui emploie sa femme Sophie – une information connue depuis deux ans – de Jean-Pierre Door (UMP) également député du Loiret, qui salarie son épouse Véronique, de Jean-Pierre Gorges le maire de Chartres dont l’épouse Stella est son assistante parlementaire. Il est un député qui fait encore plus preuve de l’esprit de famille, c’est Patrice Martin-Lalande (UMP Loir-et-Cher), partisan de la Droite forte et de la famille forte qui emploie sa femme Farida et son fils Nicolas. Sénateur du Loiret, Jean-Noël Cardoux emploie comme assistante Tiphaine Cardoux.

Quelques assistants parlementaires sont aussi de vrais responsables politiques comme le régional Marc Fesneau, à la fois assistant auprès de Jacqueline Gourault, sénatrice” du Loir-et-Cher et secrétaire général du Modem.

Extrait de la déclaration de Philippe Briand.

Extrait de la déclaration de Philippe Briand.

Quant à Laure de la Raudière (UMP Eure-et-Loir), au nom de l’égalité entre les sexes y compris en politique, elle a fait de son mari Hubert Penin de la Raudière, lui aussi issu d’une bonne famille, son assistant parlementaire (il s’occupe du site web, du numérique et des relations avec les médias), mais à mi-temps, puisque dans la vie il est “sylviculteur”, et surtout propriétaire forestier, comme elle l’indique dans sa déclaration.

 

Un mari sylviculteur et assistant parlementaire…

Laure de la Raudière (UMP).

Laure de la Raudière (UMP).

Par ailleurs Mme de la Raudière a été dirigeante de deux sociétés, Navigacom, spécialisée en conseils en infrastructures et réseaux et Madisy, domicilée à Saint-Denis-les-Ponts. Elle déclare 5723 € touchés de la première en 2009 et 5784€ en 2010, et 10 813 et 5001€ de la seconde. Auxquels il convient d’ajouter plus de 25 000€ de dividendes. Laure de la Raudière a cessé ces activités et revendu ses parts en 2010.

Mme de la Raudière fait figure de nécessiteuse à côté de son collègue régional de l’UMP, Philippe Briand. Il faut dire que ce chef d’entreprise qui porte bien son nom a fait fortune dans l’immobilier. Il fait partie de ces quelques députés qui annoncent plus de 100 000€ de revenus par an en plus de leur mandat électoraux. Cytia qu’il dirige, agence immobilière et gestion de patrimoine, classe le député d’Indre-et-Loire 387 ème fortune de France avec 120 millions d’euros. Dans sa déclaration, il annonce 37 sociétés civiles et immobilières. En 2013, le député tourangeaux qui fait la pluie et le beau temps à Tours depuis de nombreuses années en duo avec Jean Germain avant que le maire socialiste ne soit déchu, et maintenant, dit-on, avec le nouveau, Serge Babary (UMP), a déclaré 101 643€ comme chef d’entreprise en 2013 et 361 000€ de dividendes. Comme député, maire de Saint-Cyr-sur-Loire-et vice-président de l’agglomération (Tours Plus), il avait gagné 145 417€, toujours en 2013.

Philippe Briand (UMP-Indre-et-Loire) et Claude Greff aux côtés de Jean-Pierre Door lors du meeting de Nicolas Sarkozy à Ormes près d'Orléans.

Philippe Briand (UMP-Indre-et-Loire) et Claude Greff aux côtés de Jean-Pierre Door lors du meeting de Nicolas Sarkozy à Ormes près d’Orléans.

Philippe Briand a été d’autre part trésorier de la campagne du candidat Nicolas Sarkozy en 2012 et il a d’ailleurs promis de faire toute la lumière sur son financement, remis en cause par les révélations sur Bygmalion.

Quant à l’autre nanti régional, Philippe Vigier (UDI), il exerce en plus de ses mandats (député d’Eure-et-Loir, maire de Cloyes-sur-le-Loir…) la profession de pharmacien biologiste au sein d’un laboratoire d’analyses dont il est le co-gérant, “Exercice libéral de la biologie à temps partiel” précise t-il, du laboratoire SEL la Madeleine de Châteaudun qui annonce un chiffre d’affaire de 4 millions d’euros. En 2014, il n’a gagné que 73 742€ alors qu’en 2008, cette activité annexe lui avait rapporté 128 456€. Les temps sont durs.

Yann Gallut (PS) avocat à ses heures perdues

Pas de complément d’indemnités pour les élus dans le Loiret. Serge Grouard se contente de 7 686€ par mois (député, maire et conseiller d’agglomération), et Jean-Pierre Door ancien médecin de 33 084€ par an (député-maire). Olivier Carré, maire adjoint d’Orléans, avait liquidé sa société de conseils en placements FIVAL en 2007 mais en 2013 il a touché 8 500€ de sa liquidation complète.

Yann Gallut (PS) avec François Hollande lors du Printemps de Bourges.

Yann Gallut (PS) avec François Hollande lors du Printemps de Bourges.

Reste le cas très couru au plan national de député qui continuent d’être avocat, comme c’est la cas, entre autres, pour Jean-François Copé (UMP) 180 000€ par an, Gilbert Collard 400 000€ par an (apparenté FN), Frédéric Lefevre (UMP) 207 000€ et aussi pour le député PS du Cher, le très frondeur Yann Gallut, qui déclare 66 220€ pour 2013.

Pour l’anecdote il faut signaler que le sénateur du Loiret Jean-Pierre Sueur a déclaré 979€ de cours à la faculté de droit d’Orléans en “droit et administration du politique”.

Pour autant, la transparence ne va pas jusqu’à dévoiler qui, parmi  les parlementaires, paye l’ISF (Impôt sur la fortune). On s’en souvient, les Ministres avaient été contraints – certains en traînant des pieds – de déclarer leur patrimoine. Pour les Parlementaires ce sera plus compliqué. Si vous voulez le connaître, vous pourrez en prendre connaissance en préfecture mais il sera interdit de le publier. Ce qui à l’heure des réseaux sociaux est d’une hypocrisie sans nom.

Ch.B

Vous pouvez consulter directement les revenus de vos parlementaires sur: 

 http://www.hatvp.fr/recherche_geographique/centre.html

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Comment cet organe a-t-il fait pour analyser les déclarations de revenus des députés? En tout cas, ces derniers sont plutôt futés pour prendre leurs conjoints comme assistants parlementaires.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail