Orléans Jazz, c’est la note finale !

orléans jazz festival

Magcentre vous l’avait annoncé il y a dix jours , (voir Magcentre:Le Festival de Jazz 2015 en ballotage ? ), Orléans Jazz sera bien la variable d’ajustement du plan de rigueur du maire d’Orléans (Plan de rigueur à Orléans). Malgré le “c’est faux” catégorique de Nathalie Kerrien, son adjointe à la culture, Serge Grouard a donc décidé de supprimer la vingt-cinquième édition du Festival de jazz au Campo Santo pour 2015, et par la même occasion, le Jour J, la programmation place de Loire, les Concerts Intimistes et le Tremplin Jazz, pour faire place à “Jazz à l’Évêché”, festival à l’ambition et à la programmation à l’évidence nettement plus limitées.

Explication de Serge Grouard à propos du Festival: « il est intéressant, sympathique mais il n’a pas acquis une grande notoriété », et oui, c’est le glissement sémantique entre culture et événementiel, peu importe les dizaines de milliers de spectateurs orléanais que l’ensemble du festival attirait, Orléans Jazz n’est pas rentable en terme de retombées médiatiques… sur la base de ce critère, il est certain que l’Election de Miss France est plus prometteuse !

Un festival de sous-préfecture

En dépit de ses ambitions de capitale régionale, Orléans va ainsi perdre sa seule manifestation musicale d’importance et se retrouver, quelque soit les efforts des futurs programmateurs* de “Jazz à l’Évêché “, avec un événement musical digne d’une sous préfecture.

Il est loin le temps où Orléans attirait un million de visiteurs avec ses Floralies, et il est somme toute affligeant, de constater que nos petites voisines comme Bourges avec son Printemps ou Blois avec ses Rendez-vous de l’Histoire, ont su créer des événements culturels d’envergure nationale.

Et il faudra sans doute beaucoup d’imagination à la ville d’Orléans, pour enrichir le contenu de ses Fêtes de Loire, si la ville veut se donner une image un peu moins passéiste entre gabare, friture  et chants de marins…

Gérard Poitou

*A propos, qui seront-ils, entre Stéphane Kochoyan, actuel programmateur du Campo Santo, Jean Louis Derenne président d’ O’Jazz, ou Gérard Bedu de Un Nuage en Pantalon ?

 

Afficher les commentaires