Nucléaire: qui pilote les drones au-dessus de Dampierre et Saint-Laurent?

drones

Notre région Centre a, entre autres particularités celle d’afficher le plus grand parc nucléaire de France. Pas moins de quatre centrales. Alors il aurait été étonnant que nos réacteurs, bien de chez nous, échappent au survol par des drones, une activité illicite devenue à la mode. C’est fait. Depuis vendredi soir. En début de soirée, vers 21h 30, un drone a survolé la centrale de Dampierre-en-Burly près de Gien.

Le Loir-et-Cher n’a pas été en reste avec un drone au-dessus de Saint-Laurent-des-Eaux, comme quatre autres centrales survolées en France (Golfech dans le Tarne-et-Garonne, Penly en Seine-Maritime, Flammanville dans la Manche et Fessenheim dans le Haut-Rhin) Quant à Belleville-sur-Loire (Cher) autre centrale de notre Région, elle n’a été qu’approchée par un engin volant identifié drone, mais sans que celui-ci ait pénétré dans le périmètre de sécurité. En octobre neuf sites avaient déjà été visités.

Ni EELV, ni Greenpeace

Dampierre-en-Burly (Loiret)

Dampierre-en-Burly (Loiret)

Après les “attaques” coordonnées contre ces cinq centrales vendredi, il ne fait plus de doute que ces vols sont coordonnés. Mais qui tient les télécommandes de ces engins, certes inoffensifs mais qui survolent impunément des installations classées? Les “pilotes” de drones sont-ils de vilains écologistes comme Greenpeace par exemple qui voudraient démontrer la légèreté du système de protection du nucléaire civil en France. Jean-Sébastien Herpin et ses amis d’EELV tiendraient-ils les commandes en région Centre, par pure distraction durant les longs week-ends d’été indien? Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d’EELV a assuré que ce n’était, ni ses amis, ni Greenpeace qui faisait circuler ces engins. Dont acte.

Atomes crochus

IMG_7453

La centrale de Saint-Laurent-Des-Eaux -Loir-et-Cher).

Alors s’agirait-il d’un parlementaire comme Claude de Ganay (UMP) pour faire parler de ses initiatives, lui qui a  lancé des “appels répétés depuis des mois en écho à sa proposition de loi visant à renforcer les conditions d’accès aux installations nucléaires de base”. Peu probable. En tous cas, le plus virulent avocat du lobby nucléaire à l’Assemblée et les écologistes de Greenpeace sont pour une fois d’accord et afficheraient même quelques atomes crochus: “le ministère de l’Intérieur doit maintenant sortir de son silence et arrêter de minimiser le risque en répétant que ces survols ne posent aucun problème” dit l’organisation environnementaliste. Tandis que Claude de Ganay (UMP), le député du Loiret estime que “le gouvernement fait  preuve d’une totale incohérence dans la gestion de ce dossier” et souhaite que “toute la lumière soit faite afin que les auteurs soient jugés sans délais”.

Pa bonheur, depuis les attentats de 2011, la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly dispose d’un peloton de gendarmerie d’une quarantaine d’hommes (PSPG) basés sur la commune et “des mesures spécifiques ont été mises en place” selon les communicants d’EDF. Quarante gendarmes pour assurer la sécurité de la centrale! On voit mal  comment les gens qui télécommandent des drones dans un rayon de 5 km autour du site nucléaire, pourraient passer longtemps à travers les mailles d’un tel filet…!

Ch.B

 

Afficher les commentaires