Bricy (Loiret): hommage national à l’adjudant Thomas Dupuy tombé au Mali

bricy2

L’arrivée du cercueil de l’adjudant Thomas Dupuy porté par ses camarades des forces spéciales de Bricy (photos ECPAD).

Pas d’appareil photo, pas de caméra, c’est complètement “désarmés” que les journalistes ont été conviés mercredi, par un ciel plombé de gris et de noir, sur la base de Bricy près d’Orléans. Et pour cause: d’ordinaire les hommages à un soldat des forces spéciales se font entre militaires. Pas question de montrer son visage aux civils lorsque l’on appartient à ces unités d’élite de l’armée française. Cette fois, sans doute pour braquer le projecteur sur la lutte contre le terrorisme, la cérémonie s’est faite à visage découvert.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a présidé mercredi un hommage national et solennel à la mémoire de l’adjudant Thomas Dupuy, membre des forces spéciales, tué fin octobre lors d’une opération au Mali.

La cérémonie s’est déroulée dans l’après midi sur la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy (Loiret), en présence près d’un millier de personnes, membres de la famille, civils et militaires, au garde-à-vous devant deux A400M stationnés sur le tarmac. En présence de personnalités locales comme le député-maire d’Orléans Serge Grouard, et une autre parlementaire, Marianne Dubois. 

Lors de l'hommage au sous-officier de Jean-Yves Le Drian.

Lors de l’hommage au sous-officier de Jean-Yves Le Drian.

A son arrivée, le ministre, accompagné du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air, du général Grégoire de Saint-Quentin, commandant les opérations spéciales, et du secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants, Kader Arif, a passé en revue les forces du commando parachutiste de l’air n°10, stationné à Bricy, dont était issu l’ancien sergent-chef Dupuy, élevé au grade d’adjudant à titre posthume.

 

Porté par huit camarades

Devant le cercueil recouvert du drapeau national, porté par huit de ses camarades, Jean-Yves Le Drian a exprimé à sa famille et à ses frères d’armes “la reconnaissance de la nation” en saluant le “sang froid exemplaire” de l’adjudant, ainsi que “son courage et son abnégation dans l’action”.

“Dans le combat que nous avons engagé contre le terrorisme, vous avez fait honneur à la France. En retour la France fera honneur à votre engagement en menant à terme ce combat qui est à jamais le vôtre“, a-t-il ajouté, avant de décorer le soldat de la légion d’honneur, à titre posthume.

Les autorités civiles et militaires saluent la dépouille de Thomas Dupuy.

Les autorités civiles et militaires saluent la dépouille de Thomas Dupuy.

Au son d’une marche funèbre, la dépouille a ensuite quitté le tarmac et le ministre s’est longuement entretenu avec la famille avant de revenir s’adresser aux troupes. Dans une brève allocution, il a redit “la détermination de la France à combattre le terrorisme” et sa “confiance” dans les forces spéciales pour éradiquer le terrorisme..

 

 

Sur le pont Alexandre III

Quelques heures plus tôt, une cérémonie d’honneurs militaires, réservée à la famille et aux proches, s’était déroulée aux Invalides, à Paris. Plusieurs centaines de personnes, militaires, anciens combattants et simples citoyens, s’étaient recueillies auparavant au passage du cortège funèbre sur le pont Alexandre III, qui débouche sur l’esplanade des Invalides.

Une haie d’hommes en uniforme, dont beaucoup de l’armée de l’Air à laquelle appartenait le sergent-chef, ainsi que quelques officiers étrangers – notamment malien, nigérien ou nigérian – en stage à l’Ecole de Guerre à Paris, se sont mis au garde à vous.

“On vient dire au revoir à un frère d’armes. Pour avoir mené les mêmes opérations, je sais ce que son sacrifice signifie”, a témoigné le lieutenant-colonel malien Abass Dembelé. Parmi les anonymes, un homme était venu accompagné de ses deux petits-enfants âgés de sept et neuf ans. “J’ai voulu rendre hommage à un militaire tué au combat. C’est bien d’avoir ces hommages. Ce n’était pas le cas pendant la guerre d’Algérie ou en 1914-18”, dit Alain Minard, 74 ans.

Le dixième soldat français tué au Mali

bricy5

Le ministre de la Défense décore de la légion d’honneur le sous-officier à titre posthume.

Thomas Dupuy, 32 ans, est le dixième soldat tué au Mali depuis le début de l’intervention française en janvier 2013. Il est tombé dans le massif du Tigharghar, dans la nuit du 28 au 29 octobre.

Il participait à une mission héliportée, appuyée par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, contre un campement d’hommes lourdement armés. Deux soldats français ont été également blessés et une vingtaine de jihadistes “neutralisés”, selon l’état-major.

Entré dans l’armée de l’Air comme sous-officier à l’âge de 23 ans, Thomas Dupuy avait rejoint les commandos parachutistes de l’air dès 2006, à Bordeaux-Mérignac puis Orléans, où il s’est distingué comme tireur d’élite et spécialiste du saut à ouverture à très haute altitude.

Il a été déployé à Djibouti, dans la bande sahélo-saharienne et en Afghanistan où il avait été pris à partie par des insurgés en 2011, au cours d’une infiltration derrière les lignes adverses, puis blessé lors d’un accrochage. Il était engagé au Mali depuis le 2 août.

 

——————————————————————-

Thomas Dupuy.

Thomas Dupuy.

Originaire de Toulouse, l’adjudant Thomas Dupuy (élevé à ce grade après sa mort, il était sergent chef) était arrivé à Bricy au sein de la CPA (Compagnie de parachutistes) en 2009. Comme l’a rappelé le ministre de la Défense dans un long panégyrique. Il s’était illustré notamment au Togo, au Burkina Faso, en Afghanistan. Avant de tomber au nord Mali. Il faisait partie de cette unité d’élite, chargée des guidages laser avant un bombardement sur un objectif, de la sécurisation des terrains d’atterrissage, parfois aussi de la libération d’otages.

Un ex-otage français le journaliste d’Europe 1, Didier François, détenu en Syrie avec Nicolas Hénin, Pierre Torrès et Édouard Élias,  de juin 2013 à avril 2014) a rendu un hommage ému à Thomas Dupuy sur le tarmac de Bricy. Ce CPA 10 de Bricy comporte 230 hommes dont une bonne partie s’est recueillie devant la dépouille de leur camarade, les autres étant toujours en opération au nord Mali, là où Thomas Dupuy est tombé. Cette unité, spécialisée aussi dans les sauts à très haute altitude, est la seule de l’armée de l’air. Thierry Dupuy comme l’a souligné le Ministre était par ailleurs champion du monde de boxe Thaï.

C’est en ces termes que Jean-Yves le Drian a décrit l’opération qui a conduit à la mort de ce soldat d’élite en s’adressant à lui: “élément moteur, incontournable tant au sein de votre unité, le CPA 10, une unité d’élite à laquelle vous êtes particulièrement attaché, que de vos groupes de combat, aux côtés de vos frères d’armes, vous êtes un sous-officier apprécié de tous. Le 2 août dernier, vous êtes engagé au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane. Vous vous y êtes illustré le 9 octobre en permettant, après un saut en parachute à grande hauteur et une infiltration sous voile d’une dizaine de kilomètres, de neutraliser et capturer un important cadre terroriste. Deux jours plus tard vous contribuez encore à la neutralisation d’une quinzaine de terroristes, ainsi qu’à la destruction d’un important stock de munitions. 

Enfin, le 29 octobre à 02h50 du matin, après un héliportage de nuit, appuyé par des mirages 2000 de l’armée de l’air et un drone Reaper, vous êtes pris sous un feu ennemi particulièrement nourri au cours d’un accrochage dans la vallée de l’Ametettaï, au sein du massif du Tigharghar. Progressant à la tête de votre groupe vous êtes mortellement touché, alors que deux de vos coéquipiers sont blessés. Malgré l’assistance immédiate et la protection que vos compagnons
d’armes vous apportent, vous succombez à vos blessures…”.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Merci et heureusement que tes camarades continueront le job pour protèger l’Europe. merci

  2. Enfin quelque chose en l’honneur de ce jeune !
    Scandaleux le temps alloué lors des infos télévisées sur le fumier et purin répandus l’autre jour en face de quelques mots riquiquis sur ce jeune, même si on peut comprendre la détresse d’une partie du monde agricole !

  3. Toutes nos pensées t’accompagnent Thomas, de ce lieu qui symbolise cette Paix pour laquelle tu as donné ta vie, veille sur tes frères…

Les commentaires pour cet article sont clos.