La gauche dans le Cher… c’est sans le Parti Socialiste

Dans le Berry on ne fait rien comme ailleurs en région Centre. Aux élections départementales la gauche ira “rassemblée” mais sans le PS. 

Dans le Cher les communistes (ici au conseil régional) ont fait alliance avec les écologiste.

Dans le Cher les communistes (ici au conseil régional) ont fait alliance avec les écologiste.

Les autres partis de gauche, PCF, PG EELV et MRC viennent de signer un accord pour  une “majorité renouvelée”. Tout le contraire du Loiret où les écologistes d’EELV ont voté pour des accords et des binômes avec les socialistes, comme ce sera le cas notamment pour les deux sortants écolos, Estelle Touzin et Thierry Soler. La grande différence c’est que le Cher fut un fief communiste où les relations avec le PS n’ont jamais été un long fleuve tranquille.

Michel Ricoud

Michel Ricoud

Dans le Loiret, les responsables départementaux du PS ont fait le maximum pour laisser la porte ouverte au PC et notamment à ses trois sortants, Michel Ricoud (Orléans la Source), Michel Guérin (Saran-Ingré) qui sera remplacé par Sylvie Dubois et Franck Demaumont (Chalette).  Mais rien n’y a fait, les consignes nationales sont claires, les communistes, estampillés Front de gauche, iront sans les socialistes. D’autant que, sur La Ferté-Saint-Aubin (avec le sud de la Source) où se présente Michel Ricoud, le PS n’a rien trouvé de mieux que d’envoyer Michèle Bardot, fidèle assistante de Jean-Pierre Sueur que le conseiller général communiste sortant accuse d’avoir manié les ciseaux du redécoupage qui l’envoient au casse-pipe.

Cette gauche “alternative” au PS a t-elle un avenir? En Europe dans des pays comme l’Espagne, la Grèce, le Portugal, le mouvement en faveur de cette gauche “radicale” est en train de monter, à la faveur d’une fronde contre le “diktat” bruxellois.

Une autre alternative au citoyen

François Dumon (PC Cher).

François Dumon (PC Cher).

Dans le Cher (où le PC a huit sortants!) le discours est le même qu’ailleurs contre le PS, “Il était difficile pour nous de partir aux côtés des socialistes alors qu’aucun de nous ne soutient la politique gouvernementale qui asphyxie nos collectivités” dit François Dumon (PC). “Nous souhaitons apporter une nouvelle perspective et proposer une autre alternative aux citoyens” ajouté le responsable d’EELV, Jean-Marie Brochard, cité par le Berry républicain. Contrairement au Loiret, dans le Cher, le PC a donc réussi à rallier les écologistes. Ce qui a donné quelques contorsions assez remarquable lors de la dernière session du conseil régional que gouvernent ensemble PS-PC-PRG et EELV. “Nous sommes d’accord avec les amendements présentés par les écologistes mais nous ne pouvons pas les voter car ils n’ont pas été discuté en amont, en réunion de majorité” a dit François Dumon,vice-président du conseil régional. C’est ce qui s’appelle du funambulisme, d’ailleurs le PC a voté les dépenses du budget primitif, mais pas… les recettes. Ce qui a entraîné cette question pertinente de Nicolas Perruchot (UMP), “comment fait-on pour dépenser lorsqu’on n’a pas de recette”.

La recette que recherche la gauche à trois mois des départementales, c’est celle qui lui permettrait d’éviter la Bérézina promise. Chaque terroir a la sienne de recette, et le Berry, toujours rétif à s’intégrer en Val de Loire se démarque à la maison tout en jouant l’union de la gauche à Orléans. De là à  imaginer que ce soit la potion magique…

Ch.B

Afficher les commentaires