Les Partenariats Public-Privé mieux balisés

La loi sur la simplification de la vie des entreprises adoptée définitivement par le Parlement et promulguée le 20 décembre 2014 reprend plusieurs propositions du rapport rédigé par Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret et Hugues Portelli sur les Partenariats Public-Privé (PPP), qui a été rendu public en juillet 2014. Ceux-ci avaient déposé cinq amendements qui ont été en grande partie repris dans le texte.

Le collège de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret) construit grâce à un PPP.

Le collège de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret) construit grâce à un PPP.

L’article 42 de cette loi dispose qu’une ordonnance précisera “les modalités d’élaboration des évaluations préalables à la passation” de ces contrats afin de renforcer leur “sécurité juridique et financière”, les “conditions de recours et de mise en œuvre de ces contrats de nature à circonscrire leur utilisation” et fixera “un seuil financier à partir duquel le recours à un contrat global est possible”.

Jean-Pierre Sueur s’est réjoui en séance de l’adoption de ces dispositions qui “suite à un dialogue très fructueux” reprennent “une part non négligeable” du rapport rédigé avec Hugues Portelli, assez proches des conclusions des rapports de l’Inspection des Finances et de la Cour des Comptes. Insistant sur les grands défauts de “l’étude préalable” telle qu’elle est définie aujourd’hui, il a dit : “L’étude préalable doit porter sur les capacités financières à moyen et long termes de la collectivité, de telle manière que les PPP ne soient pas des bombes à retardement. Ne laissons pas des dettes durables à nos enfants et petits-enfants”. Il faut aussi préciser les notions d'”urgence et de complexité” qui justifient le recours aux PPP, conformément à la position du Conseil Constitutionnel. 

Afficher les commentaires