Meilleurs apprentis : un sans papier, avec talent, reçu au Sénat

©senat

©senat

338 apprentis médaillés d’or au concours des Meilleurs Apprentis de France seront reçus ce mercredi 4 mars au Palais du Luxembourg. Au cours de la cérémonie qui se déroulera en présence du Président du Sénat, Gérard Larcher et de la Secrétaire d’État au Commerce et à l’ Artisanat, Carole Delga, leurs récompenses obtenues dans chacune des catégories qu’ils représentent, leur sera remise. Onze sont issues de la région Centre-Val-de-Loire.

  • Pour le Loiret, Caroline Raffi de Blène dans la catégorie fleuriste et Bastien Godinou  de Bonny-sur-Loire dans la catégorie ébénisterie.
  • Pour l’Eure-et-Loir,Alexis Saint-Mars de Châteaudun dans la catégorie maintenance-équipement.
  • Pour l’Indre, Valentin Lioret d’Aubigny-sur-Néré dans la catégorie maintenance des matériels ; Lucie Perez De Ar d’Argenton-sur-Creuse dans la catégorie vente action marchande, Matthieu Gourlaque de Concremiers dans la catégorie maintenance des matériels.
  • Pour l’Indre-et-Loire, Sarah Notariann originaire de Labège en Haute-Garonne mais scolarisée au lycée de Joué-les-Tours dans la catégorie signalétique, enseigne et décor ; Mathilde Verdal de Saint-Ouen-les-Vignes dans la catégorie vente action marchande, Cyril Nivert  de Perrusson dans la catégorie tailleur de pierre-marbrier, Clément Lahaye de Montargis scolarisé au CFA de Tours dans la catégorie couverture bâtiment.
  • Pour le Cher, Romain Anne de la Chaussée Saint-Victor dans la catégorie installation thermique. 

 Lauréat en situation irrégulière

Armando CurriLe cabinet du président du Sénat a décidé d’accueillir, Armando Curri, un jeune lauréat Albanais de 19 ans résidant dans la Loire pour lui remettre sa médaille de meilleur apprenti menuisier de France après avoir refusé un temps de le faire en raison de sa situation irrégulière. Primé en juin, M. Curri arrivé en France il y a trois ans et bénéficiant du statut du mineur isolé, est depuis sa majorité sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français qui lui interdit de travailler. Il a déposé un recours devant le tribunal administratif de Lyon qui doit l’examiner en mai.

« Au plan des principe, le Sénat, institution de la République chargée d’élaborer la loi, se doit de la respecter. Au plan des réalités, l’apprentissage est une voie d’excellence que le Sénat ne cesse de promouvoir. Sans préjuger de la décision souveraine du tribunal administratif et de celle du gouvernement qui, à tout moment, peut délivrer un titre de séjour, Gérard Larcher a décidé, après en avoir informé le ministère de l’Intérieur de ne pas faire obstacle à l’accueil de ce jeune dans le cadre strict de la cérémonie », a fait savoir la présidence de la Haute Assemblée dans un communiqué .

Afficher les commentaires