#4 La politique version femmes: Constance de Pélichy (Divers droite)

A deux semaines du scrutin départemental, il nous a semblé que l’on pouvait mettre  –aussi – en avant ces femmes qui s’engagent en politique. Parce que c’est aussi méritoire et courageux –voire plus– que de créer une entreprise. A tort, la politique n’a pas bonne presse. C’est pourtant l’organisation de la cité, le vivre ensemble qui sont en jeu. Or, quoi qu’on en dise, la France a besoin d’élus, hommes et femmes qui s’engagent, qui donnent de leur temps pour les autres.  Dans les départements qui, quoi qu’il arrive de la réforme, garderont leur compétence sociale, les femmes seront maintenant aussi nombreuses que les hommes. Dans le Loiret, elles étaient  8 sortantes, conseillères générales, sur 41 élus, après le second tour de scrutin le 29 mars, elles seront 21 femmes sur 42 conseillers départementaux. Nous  avons demandé à cinq candidates de base comment elles ont vécu jusqu’ici leur engagement politique et leur avis sur cette réforme du conseil départemental qui va déboucher sur la parité.

A 27 ans, elle est devenue maire de la Ferté-Saint-Aubin, alors qu’on lui prédisait que ce bastion, tenu par une des figures du parti socialiste départemental, serait “imprenable”. Force est de constater l’image de la femme politique incarnée par Constance de Pélichy, plus jeune maire du Loiret, a de la gueule.

constance de pelichyAdepte de la montagne et des sommets à 4 000, cette native de Blois adore les défis. Celui-là en était un. Comment est-elle entrée en politique, après avoir fait droit à Assas, avec un master de sciences po et histoire de l’art. “J’ai gardé un souvenir passionné des cours de droit constitutionnel” qui d’ordinaire sont le cauchemar des étudiants de Science Po. “J’étais un OVNI”, répond cette grande jeune femme blonde, distinguée, qui fait penser à NKM. Dans son ascension vers la “carrière” d’élue, la jeune femme se souvient de ces quelques fées qui se sont penchées sur son berceau, le prof et le chargé de TD, et puis surtout, il y eut Véronique Vasseur. L’ancienne médecin chef de la santé avait sa permanence aux législatives dans la rue du 13ème arrondissement de Paris où Constance demeurait. Ca tombait bien, la jeune femme cherchait un stage. “C’était une personnalité singulière et qui m’a permis de continuer mon chemin”. Lequel passe ensuite par Toulouse et Dominique Baudis. Puis c’est l’Europe, sa grande “passion”. Elle devient son attachée parlementaire lors du retour de Dominique Baudis au Parlement de Strasbourg en 2009. Pas de discrimination à Strasbourg et Bruxelles mais quand même quelques députés machistes, “plutôt chez les Italiens qui ont des comportements parfois…”

“Le sexisme ordinaire, ce sont des remarques au quotidien”

constance de pelichyA-t-elle été “freinée” dans sa jeune carrière politique parce qu’elle est une femme? “Freinée non”, répond-t-elle, mais comme elle ne pratique pas (encore?) la langue de bois elle ajoute, “de la part de certaines personnes, j’ai l’impression d’être prise pour une conne, de n’être pas crédible”. Lors d’un entretien récent en compagnie du président de la communauté de communes, le troisième interlocuteur ne s’adressait qu’à lui, elle n’existait pas. Femme et en plus très jeune, elle cumule décidément les “handicaps”. Au jour le jour, dans le boulot de maire d’une commune rurale, “le sexisme ordinaire, ce sont des remarques au quotidien qui vous rappellent que vous être une femme. Si l’on va sur un chantier on me parle de mes talons, alors que j’ai toujours une paire de bottes dans la voiture. Fait-on des remarques aux hommes sur leur façon de se chausser?”.

Sans étiquette, Constance de Pélichy se revendique “clairement de droite” et s’est affichée à de nombreuses reprises aux côtés de Guillaume Peltier, le leader de la Droite forte à l’UMP. Le binôme des départementales? Elle aurait préféré un scrutin de liste, mais dit “c’est toujours intéressant de gommer l’écart entre les hommes et les femmes”. Sans parti pris elle constate que “l’UMP a pris du retard par rapport au PS sur l’insertion des femmes en politique… Mais maintenant on rattrape le retard à droite”. Sur la ligne de départ de ces élections départementales elle n’est que remplaçante et suppléante d’Anne Gaborit (UDI) sur ce canton de la Ferté, qui comprend une partie de la Source. L’avenir? Comme elle pratique aussi le semi-marathon, Constance de Pélichy a du souffle et des objectifs à moyens et plus long terme: “je suis intéressée par la région, mais mon ambition c’est d’être un jour parlementaire européenne, j’ai trop aimé l’UE”.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.