Tours : deux hommages émouvants à Jean Germain

Près de 600 personnes en mairie et, juste après, plus de 800 personnes venues déposer une rose rouge devant le portrait de Jean Germain, place Anatole France ce vendredi, pas tout à fait comme les proches l’avaient voulu.

jean germain hommage

” C’est un réconfort. Je me rends compte que les Tourangeaux ont beaucoup de peine et avaient un attachement pour le maire”. Arlette Bosch, “la taulière” de l’action sociale et du logement sociale comme on aimait l’appeler du temps où Jean Germain était maire, est anéantie par le suicide de son ami, “comme un frère”. ” Je ne sais pas si il nous voit de là où il est, mais il doit être content de voir du monde (…) Politiquement je me souviens de tout ce qu’il a fait (…) de cette ville qui était un peu sommeillante et maintenant le coeur de l’agglo.”

jean germain hommage arlette bosch

Arlette Bosch

Conseillère municipale pendant 31 ans (dont douze dans l’opposition), elle est aussi amer de la tournure de ces rassemblements. “Nous avions discuté avec le maire (Serge Babary) et nous avions dit, avec les amis proches de Jean Germain que nous voyions trois moments avec la population: un moment comme ça avec la population, puis les obsèques et un moment plus officiel en mairie avec les élus et tout ça. On voyait ça comme ça. Et puis on a appris ce matin qu’il faisait autre chose, sans nous le dire ! Je pense que ce n’est pas très… “

Et de poursuivre : “Devant cette tentative de récupérer l’image de Jean Germain, lui, qui a tant souffert d’une chasse à l’homme partisane, nous avons décidé de maintenir ce rassemblement, en ce lieu symbolique.

Mickael Cortot, le premier secrétaire du PS d’Indre-et-loire est aux cotés d’Arlette Bosch pour débuter ce rassemblement. Des roses rouges sont déposées par centaines devant un portrait de Jean Germain apporté pour l’occasion. Un moment de recueillement qui lui “fait chaud au coeur. Nous lui devons cela” avant de ne pouvoir retenir ses larmes ” je garde l’image d’un homme intelligent, cultivé, drôle et proche des gens.” Toute la famille socialiste (actuellement élue ou déchue dernièrement) est venue faire bloc malgré les divisions actuelles. La communiste Marie-France Beaufils, visiblement éprouvée, était aussi présente ainsi que de nombreux collaborateurs.

Jean Germain : “une ville où il fait bon vivre”

germainjean germain hommage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux cotés des proches (famille et amis), des anonymes sont venus, avec des mines affectés, vêtus de couleurs sombres. Un peu comme on irait aux obsèques de quelqu’un que l’on n’a pas vu depuis longtemps mais que l’on connaît bien. Choqués et emprunts de désarroi. Ils sont, en majorité, de la même génération que leur ancien maire pendant 19 ans. Anthony, 58 ans, installé ici depuis 16 ans, est venu en famille “c’est douloureux, il avait des valeurs que nous partageons : l’humanisme et la détermination”.  Pascale, professeur d’allemand, estime que ” c’était quelqu’un de droit qui a fait beaucoup pour changer l’image de la ville et la dynamiser. ” Régine, quant à elle, que “Jean germain avait de la ville de Tours une vile calme, apaisée. Je trouve que c’est une ville où il fait bon vivre. J’espère que ça continuera. (…) Choisir de partir le jour de son procès restera une énigme.”

jean germain hommage briand couteau

Philippe Briand (à gauche), patron UMP de l’Indre-et-Loire, et Jean-Gérard Paumier, maire UMP de Saint-Avertin.

Philippe Briand, patron de l’UMP en Indre-et-Loire et ami de longue date de Jean Germain, dont on sait qu’ils ont partagé un échange de sms moins de deux heures avant le suicide du sénateur, n’était pas à même de prononcer quelques mots, terrassé lui aussi par la peine. Accompagné de Jean-Gérard Paumier, (UMP), qui a également préféré garder le silence. Ils font partie des rares hommes politiques de droite à s’être déplacés depuis l’autre rassemblement, initié par la mairie.

Obsèques dans la stricte intimité lundi

Trois jours après le suicide de l’ancien maire de la ville (19 ans de mandat) à l’ouverture d’un procès en correctionnelle pour l’affaire dite des mariages chinois, Serge Babary (UMP) a dressé le parcours louangeur de celui qu’il considère comme un adversaire mais aussi “un ami. On lui doit cet hommage parce qu’il aura profondément marqué de son empreinte la ville de Tours. Il avait un sens aigu du service public et de l’intérêt général “, a-t-il déclaré.

C’est cette même salle qui a accueilli Manuel Valls il y a deux semaines, pour la dernière grande soirée politique de Jean Germain, le temps d’un meeting d’entre deux-tours qui sentait le roussi pour la gauche. On y avait alors vu un homme à la mine fatiguée et qui avait préféré rester en retrait plutôt que de s’afficher aux cotés du Premier Ministre qui lui avait manifesté son affection en venant inaugurer le tramway.

Sous les airs du deuxième mouvement du concerto pour clarinette de Mozart des musiciens de l’opéra de Tours, il a décliné tour à tour les responsabilités politiques du socialiste et ses réalisations, notamment la première ligne de tramway, le centre aquatique du lac, la médiathèque de Tours-Nord, la halle de Monconseil ou encore le développement du quartier des Deux-Lions.

Les obsèques de Jean Germain se dérouleront lundi à 15h en l’église Saint-Etienne de Tours dans la stricte intimité familiale. Les Tourangeaux pourront cependant accéder à la place Michelet et s’y recueillir.

A-L.P

Afficher les commentaires