Des musées, la nuit…

Au musée des Beaux-arts d'Orléans.

Au musée des Beaux-arts d’Orléans.

Le temps, frisquet voire pire, n’étaient pas à flâner aux terrasses des cafés samedi. Raison de plus pour ceux qui restaient en ville ou ceux qui la découvraient, d’expérimenter les musées, la nuit pour la nuit européenne. Place Sainte-Croix il y eut foule dès 19h pour suivre les artistes de la compagnie Aede, un IMG_8003laboratoire  créatif qui s’était installé dans des décors cosy entre les toiles et les fresques classiques du musée des Beaux-arts.

Des danseuses continuaient de “décoiffer” le décor classique et invitaient le public à suivre leur drôle de poupée vêtue de bleu. Même les statues n’en revenaient pas…

Des notes d’Arménie

IMG_7986Au Cercil en début de soirée, une belle chambrée aussi pour entendre une conteuse Christine Kiffer dire des histoires d’Arménie, puis, Armen Harutyunyan, qui a joué la musique traditionnel de son pays, tour à tour religieuse et folklorique. Dans la cour du Cercil, le public a été transporté du côté d’Erevan. Réfugié avec sa petit famille à Orléans, Armen qui nous a régalé, a toute les peines du monde a obtenir ses papiers…Vint ensuite la projection du film Ararat.

Azincourt en direct

Un public nombreux au Cercil.

Un public nombreux au Cercil.

 

Le Centre Charles-Péguy, lui, a fait flèche de tout bois pour animer cette nuit des musées. Il faut dire que l’exposition en cours explique en détail la fameuse bataille d’Azincourt (1415) qui a vu la France prendre une fessée digne d’un match du tournoi des six Nations. En moins drôle quand même, car les blessés  de l’époque revenaient rarement au match suivant…Public limité en raison de la configuration de la cours Renaissance du musée, mais les visiteurs se pressaient pour assister aux joutes pédestres des guerriers des Maslins d’Orliens qui ont combattu en armure, comme au Moyen-âge. 

 

Afficher les commentaires