Le groupe Monassier, l’employeur d’Olivier Geffroy, un très proche de Serge Dassault…

Qui est Bernard Monassier, le notaire fondateur du Groupe et de l’étude qui portent son nom? Le groupe Monassier c’est l’employeur d’Olivier Geffroy, l’adjoint à la tranquillité publique du maire d’Orléans, parfois présenté comme son dauphin et son successeur.

Olivier Geffroy, adjoint à la sécurité publique.

Olivier Geffroy, adjoint à la sécurité publique.

En tant que secrétaire général, le brillant Olivier Geffroy, issu d’une famille de notaires, tient la baraque de cette “association”, en fait un réseau de 28 études notariales à travers la France, dont Bourges et Joué-les-Tours dans notre région..  Et il bénéficie parallèlement d’un “détachement” du ministère de l’Intérieur en tant que sous-préfet hors cadre. Un “détachement” qui lui permet de continuer à progresser dans sa carrière administrative.  Or les textes sont formels, un “détachement” n’est possible pour un fonctionnaire (haut ou pas) que dans une autre administration ou, cas exceptionnel “auprès d’une entreprise ou d’un organisme privé d’intérêt général ou de caractère associatif assurant des missions d’intérêt général”.

Ce peut être le cas par exemple d’un ordre comme celui des experts-comptables ou du Conseil national du notariat. Or, en l’occurrence, rien dans les statuts du Groupe Monassier que Magcentre s’est procuré, ne stipule que cette “association” pourrait  bénéficier d’une dérogation pour employer un secrétaire général “en détachement”. Cette situation de va-et-vient entre le public et le privé avec maintien des avantages (progression dans la carrière et points retraite), qui, parait-il serait “courante” notamment entre Bercy et les grandes banques, paraît en tous cas parfaitement exorbitante, voire hors la loi…

Et pour cause. Cette association Groupe Monassier, n’est selon des connaisseurs du milieu notarial qu’un “réseau d’études qui se rendent des services” comme l’explique Bernard Trigallou, un notaire qui lutte contre les abus de la profession.

Notaires: l’interdiction de la pub

monassierLe règlement national des notaires dans son article 4.4.1 prescrit une interdiction de toute publicité personnelle aux membres de la profession. Seuls les organismes professionnels nationaux, régionaux et départementaux peuvent faire, à leur convenance, une publicité informative générale sur le notariat, les services qu’il peut offrir et les moyens dont il dispose pour répondre aux besoins de la clientèle.

Pourtant, le site internet du groupe Monassier qui s’apparente, effectivement, plus à un réseau d’études notariales qu’à un organisme professionnel territorial, assure une forme d’information collective au bénéfice des études membres du réseau. De là à qualifier cette information collective de publicité, il n’y a qu’un pas assez étroit à franchir. La Chambre des notaires, interrogée sur la conformité de la communication en ligne du groupe Monassier avec les règles déontologiques, ne s’y risquera pas et  botte prudemment en touche.

“Le conseiller le confident, l’ami des riches et des puissants”

Bernard Monassier

Bernard Monassier

Dans le milieu notarial, Bernard Monassier est connu comme le loup blanc. “Le notaires des grandes fortunes” titrait même Le Point dans un long portrait qui lui était consacré en 2009. L’homme a de l’entregent et il a bâti un “empire” au fil d’une carrière qui a véritablement démarré lorsqu’il a réussi l’exploit de souffler en 1986 à un confrère un énorme client, le milliardaire Serge Dassault. C’était à la mort de Marcel Dassault. “Il est notaire mais aussi et surtout le juriste, le conseiller le confident, l’ami des riches et des puissants. C’est le nom que l’on conseille en chuchotant sous un manteau en loden”, lit-on dans cet article. Rayon gratin des affaires, Bernard Monassier était un proche d’Hubert de Givenchy qu’on ne présente pas, de Gérard Brémond (Pierre et Vacances) et de bien d’autres grosses fortunes…

Serge Dassault

Serge Dassault

Bernard Monassier , qui a été administrateur du Figaro (propriété de Dassault), de la Socpresse et du groupe Dassault, a fait sa fortune grâce à Serge Dassault qui lui a ouvrert toutes les portes et il est ensuite devenu, toujours grâce à l’avionneur, un proche des ministre de l’époque Sarkozy comme Nadine Morano, Hervé Novelli, Christine Lagarde, Eric Woerth, Philippe Marini…A l’UMP, où il s’est engagé en 2002, Bernard Monassier a été président de la fédération professionnelle des métiers de la justice et du droit. Toujours selon le Point, il a été un homme décisif dans la candidature de Rachida Dati dans le 7 ème arrondissement.

A 74 ans, Bernard Monassier a maintenant pris du recul. Mais il est toujours président d’honneur du groupe Monassier. Il en a cédé la présidence à Arlette Darmon . Et il continue de signer des tribunes dans la presse économique.  Arlette Darmon qui est, “parallèlement”, notaire associée avec deux confrères, dans l’étude Monassier.  

Olivier Geffroy, le vrai “patron” opérationnel du groupe Monassier

Siège parisien du groupe Monassier

Siège parisien du groupe Monassier

Est-ce vraiment un  hasard si  Olivier Geffroy (UMP) a été embauché par le groupe Monassier, lui qui fut un éphémère directeur de cabinet d’Alain Juppé (au ministère de l’Ecologie) et qui, sous-préfet s’est retrouvé “placardisé” comme il le dit lui-même par la gauche après mai 2012? Ce n’est sans doute qu’une coïncidence qu’Olivier Geffroy soit secrétaire général du groupe.  Il est le bras droit de la présidente, depuis 2013, “il anime et fédère le réseau” et il “peut recevoir toute délégation de signature du président et engager seul le budget du Groupe dans une limite définie par le président” comme le disent les statuts de l’association. Olivier Geffroy est donc bien le vrai “patron” opérationnel du groupe Monassier. A la tête d’une dizaine de collaborateurs, il met en œuvre les “nombreux services fournis aux notaires du réseau, communication-marketing, démarche qualité, stratégie d’entreprise, formation…”.

Lorsqu’il n’est pas au siège du groupe Monassier, rue de la Boétie Paris 8ème, Olivier Geffroy sait occuper son temps libre. A Orléans, il est adjoint au maire, et il vient d’être élu conseiller départemental du Loiret sur le canton Orléans 4. En revanche, il a démissionné de son fauteuil de conseiller communautaire de l’agglomération. Mais il a été élu il y a quelques jours, président d’Approlys, la centrale d’achat qui regroupe des collectivités de la région et qui a été créé par le département du Loiret. Ce qui est tout à fait logique puisqu’il est rapporteur général du budget départemental. 

Quelle santé!

Ch.Bidault

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Quelle ironie ! Et après on s’étonne que la sécurité se dégrade à Orléans ..! Ce mélange des genres est insupportable ! Merci pour l’info …

  2. Je ne peux pas croire une seconde à la malhonnêteté ou à la négligence d’Olivier Geffroy. C’est incroyable, c’est comme si le ciel nous tombait sur la tête…

  3. Il n’y a pas que le mélange des genres et la captation des postes de pouvoir, dans le notariat. La récente Convention notaires/généalogistes du 19 mai illustre bien les faveurs que cette corporation obtient de l’État et de la justice. Elle rejette le droit relatif à la prestation de services, elle établit l’usage d’un contrat de généalogiste illégal et elle nécessite d’enfreindre le secret professionnel.
    Or, il est rappelé que l’article 2 du Règlement notarial interdit tous actes contraires à la loi, mais l’article 3.2.3, plus précisément, que tout notaire est tenu de refuser d’élaborer des conventions contraires à la loi. De fait, aucun procureur ne se saisit de leurs manquements.
    Et qui a validé cette Convention ? Le président du C.S.N. assisté de la responsable de la déontologie !
    Qui en pâtira ? Les héritiers spoliés par les généalogistes couverts par ce partenariat. France, pays de droit ?

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail