Art contemporain en paysage : la 1ère Biennale de Sologne

Depuis 2009, avec l’organisation réussie de trois premiers événements dédiés à la sculpture monumentale en paysage, l’association Sculpt en Sologne a créé, en fédérant toutes les énergies institutionnelles et privées de la région, les fondements d’un événement d’envergure qui a su mobiliser les talents de tout un territoire et au-delà.

photo_jardin_p4-0d11f

Fort de ces expériences, l’association créée en 2015 la première Biennale de Sologne, de dimension internationale, avec pour commissaire du “Jardin de Sculptures”, point d’orgue de l’événement à Chaumont-sur-Tharonne, le philosophe et critique d’art Matthieu Corradino.

Artistes reconnus ou émergents sont conviés à cet événement unique en France par son propos et la diversité de son offre. Les lieux sont librement ouverts à tous les publics offrant une autre lecture du spectacle de la nature, livrant des émotions nouvelles, des dialogues inattendus, des échanges surprenants entre terre, ciel et eau. 

La Biennale de Sologne réunit une cinquantaine d’artistes, plasticiens, et présente une centaine d’oeuvres autour des quatre pôles qui la caractérisent, autour du thème “l’invention de la nature :

Le parcours d’Art Environnemental

Quand la Nature sert l’Art ; quand l’Art se plie à la Nature… Des installations insolites apparaissent au détour d’un bois, sur l’eau calme d’un étang ou d’un cours d’eau. Elles se posent tout l’été au long d’un circuit qui invite à la découverte des villages de Sologne, de leurs faces publiques et de leurs côtés plus secrets. Ainsi se crée un thème de balades, idéales pour la contemplation du promeneur solitaire comme pour les échanges en famille. > Du 1er juillet au 20 septembre 2015,

Le Jardin de sculptures

xavier_dambrine-2ed9dNi cloître ni lande ouverte aux éléments, le Jardin de sculptures a pourtant des deux : écrin intime, il donne une dimension spatiale aux œuvres exposées.
Plus d’une cinquantaine d’œuvres émaillent un parcours sur 10 hectares qui se veut avant tout ouvert à tous, générant l’émotion, le questionnement, la sensibilité, dans le cadre exceptionnel du parc du château privé de La Motte, qui s’ouvre au public pour cette occasion.

 

Les artistes au coeur du village

Une quinzaine d’artistes installeront leurs oeuvres ici et là, au coeur du village de Chaumont-sur-Tharonne. Dans les Ateliers municipaux mais aussi dans la salle du conseil de la Mairie, ces expositions accompagneront le parcours étonnant qui est proposé autour de la sculpture contemporaine et en paysages. Ce sont cette fois toutes les formes d’art contemporain qui sont sollicitées (peinture, photo, sculpture) avec Olivier Semon, Olivier Coulange, Patricia Loué, Jean-François Maubert, Nathalie Cirino, Virginie Groleau…

Les performeurs sur bois

photo_perf_bois_p4-ceb1aDe visu et in situ… la naissance d’une œuvre créée dans une bille de séquoia. Les « performeurs » présents ont seulement quelques jours pour faire naître une sculpture monumentale aboutie de la matière brute. Le spectacle sur la place de Chaumont-sur-Tharonne est souvent spectaculaire, toujours captivant, et parfois étourdissant quand l’artiste fait de la tronçonneuse le prolongement de son bras et de son imaginaire !

Cette nature foisonnante, libérée par le geste démiurgique de la main humaine, est étonnamment récente : elle a moins de deux siècles. Le lieu est devenu un espace d’invention permanente : une invention qui a le double sens d’une création et d’une découverte. Ici l’homme découvre une nature expansive, qui se renouvelle sans cesse, et la recrée, en s’y immergeant et s’en laissant imprégner. Inventer la nature, c’est aussi la mission d’interprète-démiurge que peut se donner l’artiste. Sans doute pourrait-on dire que, pour l’artiste, inventer la nature, c’est découvrir et explorer les résonances de l’humain dans les règnes animal et végétal, pour les exhiber dans des oeuvres ; lesquelles portent par ailleurs aussi la marque des représentations archétypales tracées par la main de la nature elle-même dans les profondeurs de l’âme humaine.

IMG/jpg/_photo_matthieun_b.jpg

Matthieu Corradino
Philosophe, Commissaire d’Exposition du Jardin de sculptures de la Biennale de Sologne 2015

Ancrée dans le village de Chaumont-sur-Tharonne et ses environs, au cœur d’un pays de vertes forêts criblées de clairières aux somptueux étangs, la Biennale de Sologne a deux ambitions : promouvoir à la fois les sculptures et les installations en paysage. Aux sculptures, elle offre un sol pour s’enraciner, aux installations, des pièces d’eau sur lesquelles flotter. En délimitant ainsi deux vastes sites de création et d’exposition, elle s’inspire de l’histoire des lieux, de la geste de ceux qui les peuplent aujourd’hui.
Autrefois le pays de Sologne était couvert de marais insalubres où les souffles paludéens balayaient toute forme de vie. Pour assainir et vivifier ces terres marécageuses, les Solognots songèrent à séparer eau et terre. Ainsi, l’eau, collectée dans des étangs, fut rendue à sa pureté et put accueillir la vie, en devenant poissonneuse ; quant à la terre, elle fut boisée et devint giboyeuse.
En séparant ainsi la terre et l’eau, les habitants de la Sologne portèrent secours à la nature en l’aidant à reprendre ses droits : ils divisèrent la nature non pas pour y régner mais pour la laisser faire, renonçant à exploiter méthodiquement sols et rivières par l’agriculture et la navigation. Tel fut leur choix : diviser la nature pour la libérer. En suivant leur exemple, nous offrons aux artistes deux sites distincts de terre et d’eau, pour leur donner l’occasion de déployer amplement leur vivacité créatrice.

 
 

Originally posted 2015-06-12 14:56:44. Republished by Blog Post Promoter

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Et maintenant, voici la 5e édition -du 2 au 17/09- dans le Parc du Château de la Motte à Chaumont-sur-Tharonne (commissaire de ce “Jardin de Sculptures” : Stanley Neff). A ne pas manquer, la Biennale a une belle l’ampleur : 120 oeuvres de quelque cinquante artistes d’horizons divers. Entrée libre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail