“Jean Germain, maire de Tours, enquête sur un suicide politique”

En septembre paraîtra un ouvrage consacré à Jean Germain, l’ancien maire PS de Tours qui s’est suicidé le matin du procès au cours duquel il devait comparaître comme prévenu le 7 avril. Le procès des “mariages chinois”. A la plume, son ami le plus proche Alain Dayan qui a vécu sa mort comme une tragédie personnelle et un journaliste tourangeau, Arnaud Roy.

jean germain hommage

Sous le titre “Jean Germain, maire de Tours, enquête sur un suicide politique” cet ouvrage, dont la parution est prévue en septembre, tente de faire toute la vérité sur le mécanisme qui a poussé l’ancien vice-président de la région Centre, à se donner la mort avec un fusil de chasse.

Alain Dayan.

Alain Dayan.

Pour Alain Dayan, il s’agit de laver l’honneur de son ami qui n’a pas commis de détournement d’argent à son profit, mais qui était sous influence d’une femme, Lise Han, l’intermédiaire des fameux mariages chinois. Les deux auteurs qui dressent un portrait fidèle et documenté de Jean Germain, ancien sénateur d’Indre-et-Loire, ont aussi voulu savoir qui avait enclenché le mécanisme de la dénonciation des factures municipales balancées, d’abord dans la presse puis à la justice. Une méthode qu’Alain Dayan compare lui aux pratiques de Vichy et qui ont abouti à l’enquête judiciaire et à la mise en cause du maire dont la défaite aux municipales de 2014 n’a fait qu’accélérer le désespoir.

Les milieux d’extrême gauche et des ennemis politiques de Jean Germain, à droite aussi, seraient dans le collimateur des auteurs. D’où le titre du livre, “Jean Germain, maire de Tours, enquête sur un suicide politique” qui rend responsable de la mort de l’ancien maire, non pas la presse qui n’a fait que son travail, mais des adversaires politiques qui l’ont poussé à la faute fatale.

Ch.B

Afficher les commentaires