Ça y est, la Loire est en fête !

 

 

C’est parti ! Depuis hier, mercredi, et jusqu’à dimanche, Orléans accueille la 7e édition du Festival de Loire, plus grand rassemblement européen de la Marine fluviale. Et pour ce premier jour, comme de coutume, les Orléanais étaient nombreux à fouler les quais animés et à se masser au pied des bateaux traditionnels, plus avides que jamais d’évasion, de connaissances et d’ancrage historique. Petit aperçu.

Loire3

Sur les quais, toues, gabares, plates, futreaux sont prêts à accueillir le public pour une promenade sur la Loire.

L’édition a beau se répéter, à chaque fois c’est la même question : par où commencer ? Suivre le programme heure par heure ou piocher dans les quelque 222 bateaux de la liste celui ou ceux qui attireront votre attention ? À moins que flâner le nez au vent… Oui, c’est ça, flânons…

loire4

On vient aussi du bout du monde pour admirer la Marine de Loire comme ce groupe de Brésiliens !

Découvrir le festival aux premières heures de l’ouverture est un réel bonheur : peu de monde et des mariniers disponibles. Racontant à des enfants ce que transportait le courpet, Alain et Robert, mariniers passionnés de L’Association des Gabariers d’Argentat (Dordogne), ne tarissent pas d’explications. « Du XVIe siècle jusqu’à 1850, ce type de gabare naviguait uniquement en cas de crue, sans voile ni moteur, rien qu’à la force du courant et grâce à l’habileté des gabariers. Cap vers Libourne, il transportait principalement des carassonnes en châtaignier (des piquets de vigne) pour le Bordelais et des merrains pour les douves des tonneaux ». Autre particularité et non la moindre, sa construction atypique, unique au monde : « L’ossature de la coque se compose de troncs d’arbre avec une branche pour soutenir les flans du bateau », explique Robert en montrant l’alternance de la composition sur une belle réplique en exposition. Surprenant !

 

La Loire aux enfants

Loire2

3/ À Saint-Omer (Pas de Calais), Les Faiseurs de Bateau construisent des embarcations plates pour récolter les légumes dans le dernier grand marais cultivé en France.

Alors que certains mariniers, dans leurs beaux costumes, accueillent les premiers visiteurs à bord de leur futreau ou de leur gabare pour une balade en Loire, d’autres à terre (bateliers, pêcheurs, mateloteurs…) retiennent des groupes de scolaires – et oui, on est mercredi, la Loire est aux enfants ! – pour des démonstrations et de savantes explications. Comme René et Yohann. Les bras chargés de kilos de harengs, ces deux pêcheurs hollandais s’apprêtent à fumer leurs poissons artisalement : « Nous en fumons 400 par jours ! Ils sèchent 4 heures dans une cabine en bois puis sont enfumés 1 heure dans un tonneau avec du bois de hêtre, de sapin et de chêne », explique René dans un anglais improvisé.

Un regard sur le passé

Tiens des enfants d’un centre aéré qui passent, ceux-là font une pose devant un chantier, les yeux braqués sur un long tronc d’arbre que l’on évide pour en faire une pirogue. Plus loin, ce sont des élèves de CE2 de l’école Pierre Ségelle qui s’arrêtent devant des chevaux de halage avec dans les mains de tout petits bateaux : « Nous arrivons d’une animation pédagogique organisée par le Musée de la Marine de Châteauneuf-sur-Loire, raconte leur institutrice. Une animation qui servira d’appui pour notre cours de Sciences sur l’air et la force motrice du vent. Ce festival est aussi l’occasion pour eux de découvrir un environnement proche, la Loire et son milieu naturel et d’avoir un regard sur le passé ».

 Des rencontres hautes en couleurs !

Loire13

/ Gwendoline Dolbeault-Bezat crée de surprenantes et jolies sculptures à partir de fils électriques récupérés.

Le Festival de Loire c’est aussi l’occasion d’agréables moments d’échanges et de rencontres inattendues ! Des artistes comme Christophe Allier, créateur d’objets d’art de Turquant en pierre, cep de vigne, bois flotté et carton alvéolé ou Gwendoline Dolbeault-Bezat, sculptrice de poissons et oiseaux de Loire en fils électriques récupérés. Mais aussi des touristes de l’autre bout du monde surpris de découvrir une telle armada ! « Nous venons de Sao Paulo et faisons la Vallée de la Loire en vélo avec un guide. C’est surper, c’est une belle surprise, on ne savait pas qu’il y avait ce festival ! », confient Vanessa, Paulo et Neo Zeli enchaînant les selfies à tour de bras ! Que dire aussi de l’hospitalité des invités d’honneur polonais ! « 3 000 km et 10 semaines de navigation pour venir jusqu’ici, c’est une grande aventure pour nous, lâchent tout sourire Avkadiusz Drulis et Wacek Witkowski à bord de leur magnifique szkuta. On est jaloux car on n’a pas de festival comme ça chez nous ! On voudrait rencontrer des amis marins ici et les inviter à faire le même chemin pour la fête de la Vistule en 2017 » A bon entendeur !

Pénurie de canards

Loire5

Christophe Allier, créateur d’objets d’art de Turquant en pierre, cep de vigne, bois flotté et carton alvéolé.

Côté canal, les animations pour enfants vont aussi bon train : jeux de corde, matelotage mais aussi grimper dans la mâture d’un gréement traditionnel d’un vaisseau du XVIIIe siècle ou encore embarquer dans une barque de l’Association Loire et Canal (Chécy) : « À bord de barques restaurées du canal du château de Versailles, nous proposons 20 minutes de balade tranquille, explique Michel en ramant. Du bonheur pour les enfants qui comme Céleste se laisse porter par le clapotis : « C’est mieux que d’être en voiture où on ne voit pas le paysage »… Des enfants qui, à n’en pas douter, se donneront rendez-vous dimanche à 11h pour la fameuse Duck Race au succès inattendu : « Je gère la pénuries de canards, lance Alexandre Boutaud, président de la commission de Duck Race du Rotary Club Orléans Reflet de Loire. Nous avons arrêté les ventes depuis 15 jours sur Internet pour en garder pour le festival où nous en vendons 100 par jour dès 10h. C’est pris d’assaut : ce matin, les 100 sont partis en 20 minutes ! ».

Loire12

Le héron sculpté est l’une des œuvres en fil métallique de Gwendoline Dolbeault-Bezat.

 

Depuis quelques heures, les quais, guinguettes et stands se remplissent, les groupes de musique donnent de la voie et les bateaux vont et viennent sur une Loire animée comme jamais. Ça y est le Festival bat son plein.

 

Tout le programme sur www.orleans.fr

 

 

Estelle Boutheloup

loire1

 

 

 

IMG_0462

 

 

 

 

 

 

 

Photos du festival

Christian Beaudin à la dédicace.

Christian Beaudin à la dédicace.

Il est installé sur le quai, derrière un stand baptisé “Voile de Loire”. Christian Beaudin, qui était mercredi soir à Passion culture pour y dédicacer son nouvel ouvrage, est un ligérien pur sucre. Né à Saint-Benoit-sur-Loire, rédacteur et photographe, il vient de sortir “Instantanés du festival de Loire”, son cinquième ouvrage consacré au fleuve royal et à ses hommes. C’est un festival de couleurs, sous forme de voiles, de filets, de trognes, d’oiseaux, de mats, de toues cabanées ou pas, de gabares, de cordages…des photos du Festival depuis 2003.

  • Festival de Loire aux éditions de l’Oie chez les meilleurs libraires et à commander au 16 rue Saint-Nicolas, 45 110 Châteauneuf-sur-Loire.
  • editions-jeu-oie.com
/
 
 
 
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Les commentaires pour cet article sont clos.