Festival de Loire: la lettre ouverte d’Arnaud Méthivier

A défaut d’un communiqué officiel de la Mairie d’Orléans expliquant sa décision d’interdire de scène l’accordéoniste Arnaud Méthivier pour le concert de cloture du Festival d’Orléans (voir Magcentre), voici la lettre ouverte au maire d’Orléans, adressée par l’artiste aux médias, ce mercredi matin.

guillemets-anglais-ouvrantMr le garant de la démocratie,

Je souhaite vous questionner sur un fait qui m’est arrivé ce dimanche 27 septembre 2015.

Artiste, programmé au festival de Loire 2015 à Orléans, j’étais samedi soir présent sur une des scènes du festival, en tant qu’artiste, employé par une société indépendante de production de spectacles pour présenter le spectacle NANO.

Je me suis présenté en tant que tel au public venu entendre le concert annoncé sur le programme officiel du festival de Loire « NANO (accordéon actuel) ».

J’ai pris la parole en tant qu’artiste sur une scène dédiée à l’artistique, avec l’esprit critique sur le monde qui m’entoure, proche ou lointain, comme à chacun de mes spectacles, afin de mieux faire comprendre au public le morceau de musique unique de 80 minutes qui s’en suit.

arnaud méthivierCet avant propos, récurent dans mes actes artistiques (concerts, opéra, chorégraphie,évènements),  est constitué d’auto critiques et de critiques sur le monde géopolitique dans lequel je vis ; je cherche ainsi à provoquer un comportement différent du spectateur et recherche avec le public, les moyens de combattre la passivité, la dépendance ou le conditionnement idéologique, en développant les capacités de réflexion, de comparaison, d’analyse, de création, d’action.

Il n’y a jamais de propos racistes ou d’appel à la haine ou à la violence. Il est dit notamment ce que j’aime, ce que je n’aime pas, ce que je désire, ce que je ne désire pas. Il est moi, Arnaud NANO Méthivier.

Le but est d’amener le public à s’interroger avec moi sur le monde et à se remettre en question.

Ce procédé artistique que j’utilise depuis un vingtaine d’année séduit à travers le monde. (des grands frères artistes avec qui j’ai partagé la scène l’utilisaient bien avant moi. Renaud, Moustaki, Kent, Suzanne Véga, Francis Cabrel, Charlélie Couture, Hubert Felix Thiéfaine …. )

J’ai joué ce procédé tout récemment et sans problème, au public de Corbigny, Mâcon, Osse en Aspe, Calvi, Freistatd (Autriche), Passau (Allemagne), tout comme lors de l’ultime festival de Jazz au Campo Santo à Orléans en 2014 avec notamment un cri que le public ne peut oublier.

Mon concert de ce samedi soir a obtenu un grand succès public semble-t-il, avec une standing ovation.

Dimanche, lors des réglages sonores d’un autre de mes concerts pour ce festival, annoncé à 18H30, le directeur artistique du festival de Loire est venu m’apprendre que la mairie d’Orléans ne voulait pas que je monte sur scène, rapport à des propos que j’aurais eu sur scène la veille, sans plus d’explications.

Je lui ai proposé de jouer sans avoir de micros voix ; il m’a répondu que la chose avait été évoquée  par la mairie, mais que la mairie avait peur que je prenne la parole.

En respect à ce directeur artistique embarrassé, et au bon déroulement du festival de Loire, j’ai quitté l’environnement de la scène afin d’assister dans la foule à la suite des évènements.

Au moins 3000 personnes étaient sur place à 18H30 pour assister au concert « Quart de clôture avec Calixte de Nigremont et Nano (accordéon), un lâcher de 500 pigeons voyageurs et le vol des oiseaux de Christian Moullec »

Calixte de Nigremont débuta la soirée puis introduisit un groupe de musique qui n’était pas prévu, qui n’a rien à voir avec le programme original, avant de donner la parole à Mr le maire.

Arnaud MéthivierAucune information ne fut donnée au public pour ce changement de programme, ni par Calixte ni par Mr le maire.

Le lâcher de pigeons eut lieu et le maire remerciât le public et l’invita à rentrer chez lui.

Quelques minutes plus tard, je demandais une audience rapide à Mr le maire pour comprendre mieux son interdiction de scène faite à mon encontre et pour pouvoir expliquer aux personnes et médias pourquoi je fût interdit de scène à Orléans, situation inédite pour moi.

A ce jour, Mr le Maire ne m’a pas répondu.

(S’il ne me répondait pas, je demanderais audience au député de ma circonscription qui s’appelle Olivier Carré, pour voir s’il peut m’aider à prendre contact avec le maire d’Orléans. Je crois qu’ils se connaissent.), 

J’ai pu lire ou entendre dans la presse, les paroles qui me sont reprochées.

Certaines phrases présentées ne m’appartiennent pas, d’autres sont de l’ordre du ragot, de l’amalgame  et du raccourci et toutes laissent deviner une approche succincte de ma pensée et de mes paroles.

Cela me conforte dans l’idée qu’il faut continuer la « cultivation » des personnes. C’est dans ce but que j’ai inventé sur Orléans, un évènement « La fête des Duits-rafraîchissements artistiques » et un centre indépendant de recherche artistique (C.I.R.A) en lien avec la commune d’Orléans et que je réclame l’ouverture de 3 bibliothèques de quartier existantes qui sont fermées chaque mois d’août. (Blossières, Argonne, Madeleine).

Depuis, j’ai tapé sur web « Limitation arbitraire de la liberté d’expression. » pour m’enrichir intellectuellement et pour voir s’il y avait une correspondance avec un mot. J’en ai trouvé une. 

Les premiers enseignements de ce fait sont: 

La mairie a peur de moi.

Le public de fans a été insulté par la non présence de l’artiste et aucunes explications.

Le public qui est venu me découvrir, est reparti avec une fausse idée de ce que je produis puisqu’il n’a pas été averti du changement de programme et à pu croire que le groupe sur scène était NANO.

Je n’ai pas pu interpréter la musique écrite tout exprès pour l’évènement.

J’espère que la mairie d’Orléans ne m’empêchera pas à nouveau de me produire sur scène pour mon concert avec l’autrichien Otto Lechner, du dimanche 25 octobre à 18H au Théâtre d’Orléans dans le cadre du festival RAMI, soit de façon directe, soit par pression morale sur les organisateurs.

Accordéologiquement vôtre

Arnaud NANO Méthivier. Artiste expérimental, imaginateur artistique, aventurier.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bonjour,
    A ce jour, je n’ai reçu aucune demande directe d’entrevue. Je considère que celle qui est effectuée au travers de ce post public en est une. Donc un rendez-vous sera organisé en ma présence. Enfin, la “mairie” n’a jamais eu peur de quiconque et sûrement pas d’un artiste dont elle reconnaît d’autant plus le talent qu’elle le choisit lui pour lui confier des prestations.
    A très bientôt.
    Olivier CARRÉ

  2. C’est en effet une affaire à éclaircir car Orléans n’est pas sous un régime de dictateur, et Olivier Carré ne tient pas plus ce rôle que son prédécesseur.
    Si la Mairie avait “peur” de quelqu’un, rien ne lui serait plus facile que de ne pas enrôler dans la programmation plutôt qu’interdire à l’arrivée.

    Qui a donc “interdit” l’artiste ? c’est une chose qui ne se fait pas à Orléans !

    … quoique ?… il me souvient d’un certain Dieudo… mais, même si les noms de ces deux artistes se terminent par 0 (‘Nano’ ‘Dieudo’) je ne ferai à aucun des deux l’injure de le comparer à l’autre !…
    😉

    • Je ne suis pas tout à fait d’accord, Majnun a été interdit de festival ou d’une autre scène, sous prétexte qu’il jouait trop !!! Arnaud Méthivier a fait une demande auprès de la mairie pour Majnun, c’est : non…parce qu’il joue trop ! Un artiste joue souvent à partir du moment où les gens l’aime…qui peut prendre ce droit d’empêcher un artiste de jouer, on nous colle bien des Johnny Halliday et d’autres, alors un artiste qui est entrain de monter et d’être apprécié, on décide que non !!! connaissant Arnaud Méthivier, je lui fait confiance plus qu’à qui conque dans cette histoire ou alors qu’on me le prouve, je sais reconnaître mes erreurs…pas de soucis. Moi je suis honnête en toutes circonstances et ne parle pas la langue de bois, j’aime trop les arbres et ne leur ferai pas cette insulte comme Monsieur Claude Nougaro le chante avec merveille et poésie. Que les gens de la Mairie nous montrent eux aussi de quoi sont faites leurs paroles..Honnêteté ou langue de bois. Merci

  3. Restons calmes !
    Monsieur Carré est né en 1961. Il n’a donc que fort peu été touché par la sinistre “rumeur” des années 68. Orléans à cette époque s’est distinguée par sa capacité à absorber les plus “invraisemblables on-dit”.
    Notre bon NANO s’est trouvé confronté à ce syndrome particulier qui fait un des charmes de notre belle cité. Et Monsieur le Maire, oublieux de l’Histoire, à gobé les assertions de L’homme qu’a vu l’homme qu’a vu l’homme qui aurait dit que Arnaud aurait dit… :

    “Certaines phrases présentées ne m’appartiennent pas, d’autres sont de l’ordre du ragot, de l’amalgame et du raccourci et toutes laissent deviner une approche succincte de ma pensée et de mes paroles.”

    Il n’y a même pas à se demander pourquoi ? Pour qui ? Il n’y a même pas d’enjeu, seulement l’ivresse de causer.
    La naïveté de la Mairie, l’inconséquence et le radotage de certains (ir)responsables écoutés aboutissent de fait à une décision lourde de sens : Kontroll, censure, interdit, Konforme ????
    NANO paie le prix de sa différence, c’est le plus fragile.

    “Dormez, braves gens, la garde veille”.

Les commentaires pour cet article sont clos.