Astérix revient avec Doublepolemix, Resowifix et Promoplus

Notre Gaulois préféré arrive chez les libraires ce mercredi 22 octobre. Un trente-sixième album pour une trente-sixième aventure. Cette fois, l’histoire s’intitule « Le Papyrus de César », un papyrus qui s’agite dans le marketing, la publicité et la communication à la mode golo-romaine, quoi que…

XVMa65d68da-70ca-11e5-be21-cd0f8f991a07-700x453

Comme il n’existe de bonne histoire pour public de 7 à 77 ans qu’avec un méchant il y a un méchant dont nos irréductibles et préférés Gaulois vont empêcher les pernicieuses visées.

Bonus Promoplus

ASTERIX-LE-PAPYRUS-DE-CESARLe méchant de l’histoire s’appelle Bonus Promoplus “Une fois n’est pas coutume, son nom a un lien avec sa fonction” glisse Jean-Yves Ferri, lescénariste de l’album qui avait déjà co-inventé et écrit «  Astérix chez les Pictes ». Jean-Yves Ferry et le dessinateur Didier Conrad ont reconnu lors de la présentation à la presse de leur bébé s’être inspiré de Jacques Séguéla,le célèbre publicitaire à la Rolex et ce, bien qu’ayant déjà fêté leurs 50 ans, Astérix et Obélix n’en possèdent toujours pas une. Mais ils ont fait le tour du monde, s’expriment en une multitude de langues et, vu les millions d’albums vendus on ne peut pas dire que ces deux- là aient raté leur vie.
« Bonus Promoplus n’est pas une caricature de l’auteur de la campagne présidentielle de Mitterrand en 1981. Il résulte d’une inspiration, d’un modèle de base très au fait des rouages du pouvoir, qui les comprend et en anticipe les retombées. Bonus Promoplus est finalement assez vieux pour l’univers d’Astérix. J’avais des photos de Séguéla âgé, donc je suis parti sur quelqu’un d’âgé »,
explique Didier Conrad avant de préciser: “Les cheveux longs étaient une manière non seulement de contrebalancer le gros nez et de cacher un peu son cou qui aurait paru un peu trop tordu vu sa physionomie, mais aussi un moyen de le rajeunir un peu. C’est un vieux qui cherche à faire jeune ».

ASTERIX-LE-PAPYRUS-DE-CESARLe père d’Astérix, Albert Uderzo, 88 ans, qui ne dessine plus mais garde un œil vigilant sur ses créatures, présent au lancement du nouvel album au premier étage de la Tour Eiffel ainsi qu’Anne Goscinny, la fille, unique ayant droit de René Gosciny le co-inventeur, trouve très bien Bonus Promoplus. « Il est très représentatif de l’esprit d’Astérix concernant les méchants bien sûr. Il est petit, il a l’air teigneux, il me convient comme cela, » dit-il avant d’apporter un bémol concernant le nez de Promoplus, « je le trouvais trop important. Effectivement j’ai toujours eu l’habitude de ne faire des “gros nez” qu’aux Gaulois, plus rarement aux Romains! Seuls quelques privilégiés ont droit à un bel appendice nasal violet et “grumeleux”, vous voyez certainement de qui je veux parler… de Pierre Tchernia que j’admire un ami dont nous avons fait une caricature récurrente. Jean-Yves et Didier ont pris ma remarque en considération et ont rectifié le nez qui tombait trop vers le bas ».

Hommepolitix, Doublepolemix , Resowifix et Kefelapolis

Jacques Séguéla n’a pas été la seule source d’inspiration du tandem créateur, du moins sur le plan du caractère. La personnalité de Promoplus puise aussi dans celles d’hommes politiques tels Patrick Buisson ou Henri Guaino. « Au départ, je voulais mettre César en première ligne », dit Jean-Yves Ferri « mais on ne peut pas faire n’importe quoi avec Jules César. Il fallait trouver quelqu’un qui allait se prendre des baffes à sa place… Alors j’ai pensé à un homme de l’ombre, un conseiller occulte. Un Patrick Buisson, dans la fonction, pas dans l’allure physique ».

ASTERIX-LE-PAPYRUS-DE-CESAR” Promoplus a une personnalité bien à lui et bien différente des autres méchants. Les méchants n’existent toujours qu’une fois dans les albums. Il convient donc d’inventer à chaque fois une personnalité différente propre au personnage. Oh, il a bien un petit peu de Acidenitrix. Et il me fait penser un peu à Soutienmordicus “, précise Albert Uderzo.

Inspiré par « La Guerre des Gaules », l’ouvrage éponyme de Jules César, destiné à faire savoir au Sénat romain que leur général allait de victoire en victoire, « Le papyrus de César » se déroule entre Rome et le village des irréductibles Gaulois. Entrent en scène un ancêtre des journalistes actuels, Doublepolemix, un Gaulois fou d’actualités, Resowifix et un majordome égyptien Kefelapolis. Il ne reste plus qu’à les suivre dans leurs aventures.

F.C.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail