Cinquante-cinq réfugiés de la “jungle” de Calais accueillis dans le Loiret

Le Loiret fait partie des premiers départements sollicités pour accueillir des réfugiés de Calais. Cinquante cinq personnes, pour la plupart des Erythréens, des Soudanais et quelques Syriens qui fuient les zones de guerre seront hébergées “temporairement” dans centres de vacances ou des centres d’apprentissage inoccupés.

jungle de Calais

“Ils sont volontaires” a précisé le préfet de région Michel Jau. Dans un premier temps, après une assistance sociale et sanitaire qui sera assurée par des associations comme la Croix rouge, les 55 réfugiés feront l’objet d’un examen de leur situation juridique par les services préfectoraux. “Le plus vite possible” a souligné Michel Jau. “Certains devront quitter le territoire” a t-il précisé.  Il s’agit pour la plupart de demandeurs d’asile, des célibataires qui ont vécu des parcours douloureux, voire dramatiques et qui se sont retrouvés bloqués à Calais dans ce qu’il est convenu d’appeler la “jungle”. Une situation honteuse a qui a fait l’objet d’une pétition d’intellectuels et d’artistes, baptisée l’appel des 800.

Désengorger Calais

L’opération qui vise à désengorger Calais où 6 000 réfugiés notamment des Erythérens qui fuient la dictature se sont agglutinés dans une agglomération où leur présence massive et anarchique devenait aussi insupportable à la population. Quelques régions seulement ont été choisies, Bretagne, PACA, Lorraine, Aquitaine et le Centre-Val de Loire où seul le Loiret est concerné pour l’instant, en fonction de structures aptes à les accueillir. Dans les jours qui viennent, d’autres départements de la région seront sollicités notamment pour des familles cette fois, auxquelles il faudra trouver des logements plus adaptés, mais dans le Loiret “on n’ira pas au-delà des capacités” qui ont été déterminées par la préfecture en lien avec les associations dont la Croix rouge, l’AFPA et le CADA a précisé Michel Jau. Au total selon certaines sources dans le Nord, 2 000 réfugiés auraient accepté de quitter “la jungle”. 

“Ils ont des droits mais aussi des devoirs” a souligné le préfet de région qui avait organisé avec la préfecture du Nord-Pas-de-Calais le transport des 55 réfugiés à bord de cinq bus et un accueil citoyen à Orléans en fin de journée. Une quinzaine d’entre eux ont été admis “dans les meilleurs conditions possible” mardi à Olivet et 25 à Pierrefitte-ès-Bois (sud-est du Loiret) dans un centre de vacances géré par le CGCV, sous tutelle du ministère de l’Environnement.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *